LE DIRECT
Photo prise le 9 février 2016 sur un téléphone.

La Cour de Cassation met-elle fin au modèle économique d’Uber ?

6 min
À retrouver dans l'émission

Mercredi 4 mars 2020, la Cour de Cassation a rendu publique une décision historique, celle de requalifier en contrat de travail le lien entre Uber et l’un de ses chauffeurs. Une décision qui devrait conforter la grève des chauffeurs VTC ce vendredi 6 mars 2020. Est-ce la fin de l'ubérisation ?

Photo prise le 9 février 2016 sur un téléphone.
Photo prise le 9 février 2016 sur un téléphone. Crédits : GEOFFROY VAN DER HASSELT - AFP

Les chauffeurs VTC sont en grève vendredi 6 mars 2020. Ils sont invités à se déconnecter des plateformes Uber, Kapten, Marcel et autres compagnies pour protester contre leurs conditions de travail. Des chauffeurs en grève qui seront sans doute portés par la décision de la Cour de cassation, rendue publique mercredi 4 mars 2020. La plus haute juridiction française a en effet requalifié en contrat de travail le lien entre Uber et l’un de ses chauffeurs. 

Dans sa décision de requalifier en salarié un chauffeur jusque-là auto-entrepreneur/ travailleur indépendant – elle a précisé qu’il y avait un "lien de subordination" entre Uber et ses chauffeurs et que le statut de travailleur indépendant était "fictif".

Que change cette décision pour le géant américain des VTC ? Met-elle en péril le modèle de l’"ubérisation" ?

Guillaume Erner reçoit Frédéric Fréry, professeur de stratégie à l’ESCP.

Que change la décision ?

"Le principe de l'organisation d'Uber, est que là où une entreprise normale a ce qu'on appelle des frais fixes, c'est-à-dire qu'elle paye des salaires tous les mois, Uber a des frais variables, car ils font appel à des prestataires qui possèdent leurs propres voitures." Frédéric Fréry

Mais cet arrêt de la Cour de cassation peut faire jurisprudence et donc les chauffeurs qui pourraient le demander pourraient devenir des salariés de Uber ou être requalifiés en tant que tels. Frédéric Fréry

Vers des coûts à la hausse dans l'ensemble des services "ubérisés" ? 

"L'an dernier, Uber a perdu 8,5 milliards de dollars sur un chiffre d'affaires de 12,9. C'est vraiment des proportions qui sont dantesques et d'après certaines études faites par des collègues californiens les coûts de Uber augmenteraient d'à peu près de 30%" Frédéric Fréry

Cette jurisprudence va jouer. C'est intéressant de noter d'ailleurs que l'arrêt de la Cour de cassation, quand il a été publié, a été traduit en anglais et en espagnol pour bien montrer  que ça peut servir d'exemple. Et il n'y a aucune raison, effectivement, que ça se limite spécifiquement à Uber, mais que ça touche tout ce que l'on appelle l'ubérisation aujourd'hui. Frédéric Fréry

Vous pouvez écouter l'interview en intégralité en cliquant sur le player en haut à gauche de cette page ou en consultant la vidéo ci-dessus:

Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......