LE DIRECT
Photo prise dans un chantier naval en Thaïlande de transport de containers de cargos.

La relocalisation n’a-t-elle que des vertus ?

8 min
À retrouver dans l'émission

A l'aune de la crise actuelle liée à la pandémie, la question de la relocalisation d'une partie de notre industrie est revenue sur le devant de la scène. Que peut nous apprendre la meilleure jeune économiste 2020 sur les mécanismes de la mondialisation et les possibles stratégies de relocalisation ?

Photo prise dans un chantier naval en Thaïlande de transport de containers de cargos.
Photo prise dans un chantier naval en Thaïlande de transport de containers de cargos. Crédits : primeimages - Getty

S’il est une chose que l’actuelle pandémie a mis en exergue, c’est notre vulnérabilité dans un contexte de mondialisation. Nos économies, nos moyens de production, d’approvisionnement, sont devenus trop dépendants de géants comme la Chine. Jusqu’au sommet de l’Etat, la relocalisation d’une partie de notre industrie semble aujourd’hui devenue une évidence pour ne pas dire une nécessité. A-t-on pour autant intérêt à tout relocaliser ? Que peut nous apprendre la meilleure jeune économiste 2020 sur le sujet ? 

Guillaume Erner reçoit Isabelle Méjean, économiste, professeure à l’Ecole Polytechnique, chercheure au CREST (Centre de Recherche en Economie et Statistiques).

Isabelle Méjean vient de recevoir le prix du meilleur jeune économiste 2020, décerné par « Le Monde » et Le cercle des économistes.

La pandémie a mis en lumière, plus qu'un problème de dépendance à des biens étrangers, un aspect de la mondialisation mal connu, à savoir la concentration du commerce mondial au sein d'un petit monde de chaînes de valeur.

"Tout baisse de productivité a tendance à se répercuter sur l'ensemble de la chaîne de production. Les ralentissements vont avoir des conséquences très importantes".

C'est le résultat d'une économie de marché et d'une époque où l'on a observé de très fortes pressions concurrentielles. La réponse des entreprises a été d'optimiser leurs chaines de valeurs et donc de concentrer les étapes de production pour réduire les coûts. 

"Si on identifie des points de fragilité, il est toujours possible de faire une politique industrielle active et de favoriser une meilleure diversification des processus productifs".

Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......