LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Photo d’un manifestant anti Bolsonaro tenant un drapeau brésilien prise lors des manifestations du 7 septembre 2021 à Sao Paulo.

Manifestations pro et anti-Bolsonaro : pourquoi la pression s’intensifie-t-elle sur le président brésilien ?

8 min
À retrouver dans l'émission

Jour de fête nationale au Brésil, le 7 septembre 2021 a mobilisé dans la rue pro et anti Bolsonaro, dans un contexte marqué par de vives critiques à l'égard du président brésilien pour sa gestion de la pandémie de covid.

Photo d’un manifestant anti Bolsonaro tenant un drapeau brésilien prise lors des manifestations du 7 septembre 2021 à Sao Paulo.
Photo d’un manifestant anti Bolsonaro tenant un drapeau brésilien prise lors des manifestations du 7 septembre 2021 à Sao Paulo. Crédits : NELSON ALMEIDA - AFP

La journée du 7 septembre 2021 était cruciale pour le président brésilien Jair Bolsonaro. Depuis plusieurs jours déjà, la pression montait autour de cette journée symbolique, fête nationale au Brésil. Les partisans de Bolsonaro ont été fortement encouragés par leur président à se mobiliser et à descendre par milliers dans les rues. Certains menaçent même d’envahir la Cour suprême à Brasilia. De leur côté, les anti-Bolsonaro ne voulaient pas leur laisser le champ libre. 

Chloé Cambreling reçoit Christophe Ventura, directeur de recherche à l’IRIS (Institut de Relations Internationales et Stratégiques), spécialiste de l’Amérique latine, auteur de « L’Amérique latine au défi de sa reconstruction », dans l’ouvrage « L’année stratégique 2022 », sous la direction de Pascal Boniface, ed. Armand Colin.

Vous pouvez écouter l'interview en intégralité en cliquant sur le player en haut à gauche de cette page.

Les enquêtes contre Bolsonaro

Il faut revenir sur l'attaque contre la Cour suprême. Si Bolsonaro a des mots aussi durs contre elle, c'est qu'elle a ouvert plusieurs enquêtes contre lui : qu'est-ce qui lui est reproché ?

Elles partent du tribunal électoral, qui a sollicité la Cour suprême pour lancer des procédures contre Bolsonaro au sujet de la déclaration de fausses nouvelles relatives au fait que le système de vote électronique brésilien ne serait ni légitime, ni fiable. C'est là qu'il a demandé une procédure permettant un recomptage manuel des votes. L'enquête a aussi un volet financier : comment a été financée l'organisation des mobilisations pro-Bolsonaro hier ?  L'idée de la Cour suprême maintenant, c'est aussi d'enquêter sur ce volet.

Le juge de la Cour suprême est important car en septembre 2022, il deviendra le président du tribunal électoral qui aura le mandat pendant la présidentielle, et donc on comprend mieux le contexte immédiat.

Bolsonaro inéligible ?

Y a-t-il vraiment une possibilité que Bolsonaro soit déclaré inéligible ?

Hier, il a enfoncé un clou dans ce sens-là, puisqu'il a dit qu'il n'accepterait pas la décision du juge et de la Cour suprême. Pour beaucoup de juristes au Brésil, c'est un motif de destitution prévu par la Constitution brésilienne. La question est de voir si  les juristes de la Cour suprême considéreront que c'est légitime. On n'en est pas à la destitution, car Bolsonaro garde beaucoup de soutiens au Congrès. En tout cas, ce sera un prochain volet de polarisation de cette crise politique entre Bolsonaro et ses adversaires.

Affaiblissement du président

Le contexte au Brésil, c'est aussi la crise sanitaire, très mal gérée par Bolsonaro. Ce qui s'est passé hier, c'est une réaction de panique, une preuve de l'affaiblissement du Président ?

Jamais il n'a été aussi bas dans les sondages, mais il garde un socle très fidèle, pour lequel il gouverne en premier lieu. Il veut le mobiliser, l'électriser pour cette campagne qui va être très rude, avec peut-être Lula ou d'autres candidats de la droite traditionnelle. De ce point de vue, ce qui s'est passé hier n'est pas un échec. Fondamentalement, il n'y a pas eu de renversement des pouvoirs brésiliens.

Un état de tension

Hier, il y avait aussi des manifestations anti-Bolsonaro. Le Brésil peut-il tenir longtemps dans cet état de tension ?

Ces manifestations ont eu lieu, mais sans être massives. Au Brésil, il y a des camps très militants, mais aussi un ventre mou de la population brésilienne qui pour l'instant observe ; on ne sait pas si elle va aller vers Bolsonaro, vers une autre droite ou vers la gauche, ou encore vers Lula.

L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......