LE DIRECT
Photo prise le 15 mars 2020 à Lyon, pendant le premier tour des élections municipales, qui se déroule deux jours avant le confinement lié à l’épidémie mondiale de coronavirus.

Municipales : sur quels critères les Français vont-ils voter dimanche ?

9 min
À retrouver dans l'émission

Les élections municipales de 2020 sont atypiques, à plus d’un titre. Les électeurs seront-ils au rendez-vous du second tour dimanche 28 juin 2020, trois mois après le premier tour du 15 mars 2020, la pandémie ayant sévi dans l'entre deux tours ? Quels critères pourraient ou non les mobiliser ?

Photo prise le 15 mars 2020 à Lyon, pendant le premier tour des élections municipales, qui se déroule deux jours avant le confinement lié à l’épidémie mondiale de coronavirus.
Photo prise le 15 mars 2020 à Lyon, pendant le premier tour des élections municipales, qui se déroule deux jours avant le confinement lié à l’épidémie mondiale de coronavirus. Crédits : JEFF PACHOUD - AFP

Plus de trois mois après le premier tour des élections municipales du 15 mars 2020, une partie des Français est appelé à voter, dimanche 28 juin 2020, pour le deuxième tour. La campagne officielle pour ce second tour a démarré le 15 juin 2020 ; elle se fait dans le respect de certaines règles sanitaires ; tout comme l’organisation du scrutin dans les bureaux de vote dimanche 28 juin 2020. Entre le premier et le second tour, le gouvernement et les élus locaux ont donc dû gérer la crise du coronavirus. Autant dire que ces élections sont atypiques, à plus d’un titre. Les électeurs seront-ils au rendez-vous pour le second tour ? Quels critères pourraient ou non les mobiliser ? 

Guillaume Erner reçoit Bruno Jeanbart, directeur général adjoint de l’Institut OpinionWay, auteur de l’ouvrage “La présidence anormale” ed. Cent Mille Milliards / Descartes et compagnie.

Les incidences d'un scrutin fin juin  

La première incidence est très clairement sur la participation. On a vu qu'elle était historiquement faible au premier tour avec près de 20 points de moins que dans une élection municipale traditionnelle. Et on peut soupçonner qu'on se retrouvera dans la même configuration dimanche prochain parce que les conditions du scrutin sont un peu identiques à celles du 15 mars, toujours dans une période de crise sanitaire forte. Et puis aussi, on a un scrutin qui peut paraître déconnecté à beaucoup d'électeurs dans la période actuelle, qui peut paraître éloigné de leurs préoccupations. Bruno Jeanbart

"Les municipales sont une élection avec une forte prime aux sortants. Et c'est vrai qu'on peut aussi imaginer que cette pandémie a renforcé le fait que ceux qui ont pu avoir un peu de visibilité dans leurs actions pendant la crise sont les maires. On a un peu le sentiment que les maires les plus actifs étaient les maires dans la période qui n'avaient pas été réélus dès le premier tour. Et donc, c'est vrai qu'il y a possibilité probablement pour certains d'entre eux, de bénéficier de leurs actions, de leur visibilité."

Des tendances difficile à détecter ? 

"Il y a eu une baisse générale dans toutes les catégories de population. Normalement, par exemple, dans une élection municipale, il y a un poids très important des séniors dans l’électorat qui peut être deux fois plus important que les plus jeunes. On peut imaginer que dimanche prochain, ce sera la même chose et donc ça rééquilibre un petit peu les choses et confère un poids un peu moins important aux séniors dans le scrutin qui s'annonce ce dimanche."

C'est toujours difficile de dessiner des tendances générales sur les municipales et je dirai encore plus sur celles-là compte tenu du contexte. Mais c'est vrai que les Verts ont réalisé de très bons scores dans un certain nombre de villes parce que parfois, pour la première fois, ils étaient à la tête des coalitions. Parmi ceux qui ont voté, la question de l'environnement était un enjeu extrêmement important. C'était la première motivation de vote des électeurs que nous avons interrogés. Donc oui, mais il va falloir confirmer avec le gain de plusieurs villes maintenant. Et ça, on voit que ça ne peut s'annoncer plus compliqué parce que dans certaines villes où les verts étaient bien placés, les alliances faites entre les deux tours ne leur sont pas forcément favorables. Bruno Jeanbart

Vous pouvez (ré)écouter l'interview en intégralité en cliquant sur le player en haut à gauche de cette page.

Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......