LE DIRECT
Photo prise dans le métro londonien le 5 janvier 2021, la Grande-Bretagne ayant dû faire face, avant la France, à une recrudescence des cas de coronavirus due au variant britannique.

Mutations Covid-19 : pourquoi le variant britannique est-il majoritaire ?

9 min
À retrouver dans l'émission

En France, fin mars 2021, le variant britannique représente 80% des nouvelles infections au coronavirus contre 3% début janvier 2021. Comment et pourquoi un variant parvient-il à s'imposer face aux autres ?

Photo prise dans le métro londonien le 5 janvier 2021, la Grande-Bretagne ayant dû faire face, avant la France, à une recrudescence des cas de coronavirus due au variant britannique.
Photo prise dans le métro londonien le 5 janvier 2021, la Grande-Bretagne ayant dû faire face, avant la France, à une recrudescence des cas de coronavirus due au variant britannique. Crédits : TOLGA AKMEN - AFP

Le variant B.1.1.7 du coronavirus SARS-CoV-2 : c’est le nom scientifique du variant britannique. Comme le rappelait le journal « Le Monde », mercredi 31 mars 2021, en France, il représente aujourd’hui 80% des nouvelles infections contre 3% début janvier 2021, tandis que le brésilien et le sud-africain en représentent à peine 5% à eux deux. Pourquoi le variant britannique a-t-il réussi à s’imposer face aux autres ? Comment un variant parvient-il à être en tête de course ? 

Guillaume Erner reçoit Mircea Sofonea, maître de conférences en épidémiologie et évolution des maladies infectieuses à l’Université de Montpellier.  

La force du variant anglais

Pour aborder le variant anglais, il faut d'abord comprendre les mutations du virus. 

Tous les variants préoccupants ont un nombre de mutations plus élevé que la moyenne. Il faut savoir que les mutations arrivent aléatoirement et elles se fixent sur le génome du Sars-cov-2, tous les mois, à mesure d'une à deux mutations par mois. On les observe dans les séquençages.

Alors pourquoi le variant anglais, aussi appelé V1, se répand-il davantage ? C'est une question de mutation. 

Il a des mutations sur la protéine Spike, dont les propriétés lui accordent des affinités supplémentaires avec les récepteurs à la surface des cellules qu'il infecte dans les voies aériennes de l'être humain ou dans le système digestif. Vraisemblablement, ces mutations permettent une meilleure infectivité de ce virus dans le corps humain. 

Vous pouvez écouter l'interview en intégralité en cliquant sur le player en haut à gauche de cette page.

Intervenants
  • maître de conférences en épidémiologie et évolution des maladies infectieuses à l’Université de Montpellier.
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......