LE DIRECT
Photo d’un joint prise le 14 mai 2016 à Paris.

Nouveau plan de lutte contre le trafic de drogues : pourquoi changer de stratégie ?

7 min
À retrouver dans l'émission

Le plan anti-drogues présenté par Christophe Castaner, ministre de l'intérieur, prévoit la mise en place de cinquante cinq mesures de lutte contre les trafics de stupéfiants. Pourquoi et comment vont être réorganisés les services de police, justice, et des douanes ?

Photo d’un joint prise le 14 mai 2016 à Paris.
Photo d’un joint prise le 14 mai 2016 à Paris. Crédits : KENZO TRIBOUILLARD - AFP

Plus de cinquante mesures annoncées pour lutter contre le trafic de drogues. Mardi 17 septembre, le gouvernement, par la voix de Christophe Castaner, ministre de l’intérieur, a présenté un nouveau plan anti-drogues. Un plan lancé depuis Marseille – la cité phocéenne faisant régulièrement tristement parler d’elle avec les règlements de comptes liés au trafic de stupéfiants. 

Le ministre de l’intérieur, a déclaré, en présentant ce plan, qu’une réforme de la lutte contre le trafic de drogues était « impérative » - que l’organisation du trafic avait beaucoup changé, qu’elle s’était mondialisée, sauf l’organisation des services de police. Pourquoi réorganiser la lutte contre le trafic de drogues ? Que prévoit ce nouveau plan ? Est-il le signe d’un changement de stratégie ?
 

Guillaume Erner reçoit Dominique Duprez, sociologue, directeur de recherche émérite au CESDIP/CNRS, a enquêté sur les usages et trafics de drogues notamment à Lille et en banlieue parisienne. 

Dominique Duprez livre sa réaction au plan anti-drogues présenté par le gouvernement : "Lorsque j'ai découvert ce rapport, j'ai vraiment eu l'impression d'un catalogue à la Prévert de mesures sécuritaires. On nous parle de changements mais on est vraiment dans la continuité des gouvernements précédents, de gauche comme de droite."

"On sait que les usages en France ont fortement augmenté. On est à la fois champions européens de la consommation et de la répression." Dominique Duprez

Ce plan s'inscrit dans une logique répressive dans un contexte de surpopulation carcérale en partie due à la législation actuelle contre les drogues : "Si ce plan était mis en oeuvre, ça voudrait dire une explosion de toutes les incarcérations alors que les prisons françaises sont déjà largement peuplées de gens poursuivis par rapport à la législation contre les stupéfiants." Dominique Duprez

À propos de la proposition de mettre en place une plateforme anonyme de signalement des points de vente de drogue : 

"Pour moi c'est vraiment une catastrophe. Sur un plan démocratique, c'est vraiment instaurer la dellation." Dominique Duprez

La prévention semble être le parent pauvre de ce nouveau plan : "La prévention tient en 2 ou 3 lignes sur les 55 mesures. Pour faire de la prévention il faudrait que le tissu associatif lié aux addictions soit mobilisé, ce qui n'est absolument pas le cas." Dominique Duprez

Intervenants
  • Sociologue, directeur de recherche au CNRS, au centre de recherche CESDIP, spécialiste des questions liées au trafic de drogues.
L'équipe
Production
Réalisation
À venir dans ... secondes ...par......