LE DIRECT
Photo du logo de l’application TikTok sur un smartphone, prise le 7 août 2020 à Washington aux Etats-Unis.

TikTok : pourquoi tant de méfiance ?

8 min
À retrouver dans l'émission

Depuis plusieurs semaines, TikTok, application chinoise de partage de vidéos, est dans le collimateur des EU. Donald Trump menace d’en interdire l’utilisation sur le sol américain. Le groupe chinois détenteur de TikTok a répliqué le 24 août 2020 en déposant plainte contre l’administration Trump.

Photo du logo de l’application TikTok sur un smartphone, prise le 7 août 2020 à Washington aux Etats-Unis.
Photo du logo de l’application TikTok sur un smartphone, prise le 7 août 2020 à Washington aux Etats-Unis. Crédits : DREW ANGERER - Getty

Que se passe-t-il avec TikTok ? Cette application de partage de vidéos compte plus d’un milliard d’utilisateurs à travers le monde. Les adolescents en sont très friands. Mais depuis plusieurs semaines, TikTok est dans le collimateur des Etats-Unis. Donald Trump menace d’en interdire l’utilisation sur le sol américain. Le groupe chinois détenteur de TikTok a répliqué lundi 24 août 2020 en déposant plainte contre l’administration Trump.

Plus d’un milliard d’utilisateurs à travers le monde, plus de 6 millions en France, comment expliquer que TikTok soit devenu un phénomène viral plébiscité par les jeunes générations ? La méfiance des Etats-Unis et de l’administration Trump en particulier est-elle justifiée ? 

Guillaume Erner reçoit Sophie Jehel, maîtresse de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’université Paris 8, spécialiste des pratiques numériques, a co-dirigé notamment « Education critique aux médias et à l’information en contexte numérique » ed. Presses de l’Enssib.

Qu’est-ce que TikTok ? 

C'est une application ludique qui permet aux jeunes utilisateurs (elle est particulièrement utilisée par les filles), aux utilisatrices, de réaliser, de publier de courtes vidéos qui sont souvent des chorégraphies en karaoké ou des défis. J'ai réalisé une petite enquête avec une de mes étudiantes. Les collégiennes nous disaient qu'il y avait des défis : on marche à l'envers, on peut parler avec ses pieds, on peut faire des petites choses amusantes, de petites vidéos amusantes. Les jeunes filles miment des chanteurs, des chanteuses plus âgées, célèbres, et espèrent gagner la course à la couronne, qui est une petite gratification que donne la plateforme aux meilleures vidéos, à celles qui ont le plus de « like » de leur public. Ce qui capte l'attention des adolescentes, c'est la viralité, le caractère aléatoire aussi des récompenses.

Ce qui capte l'attention des adolescentes, c'est aussi la créativité que permet la plateforme, qui met à disposition des outils de montage simples, des filtres qui permettent des réalisations amusantes. Les adolescentes sont capables de passer des heures et des heures pour faire un bon TikTok. Sophie Jehel.

Il y a aussi un côté international qui plaît beaucoup aux jeunes collégiennes. 

Snapchat est encore en tête

Aujourd’hui, les adolescentes disposent d'une palette d'applications. La plus utilisée reste quand même Snapchat. Dans l'observatoire dont je traite les données - un Observatoire des pratiques numériques des adolescents en Normandie, qui est réalisé par les CEMEA - on récupère à peu près entre 4 000 et 5 000 questionnaires, Snapchat vient en tête : on a 94% des filles qui ont un compte Snapchat. 

TikTok s'est d'abord implanté chez les préadolescents. Aujourd'hui, on est à 46% de filles de 15 à 17 ans qui déclarent avoir un compte TikTok. 

Sur Snapchat, ça va être des conversations plus ponctuelles, plus intimes, plus privées. Et sur TikTok, on veut faire la jolie réalisation en vidéo. Sophie Jehel.

On passe aussi beaucoup de temps à regarder toutes les vidéos qui sont proposées dans le fil de recommandations du réseau.

Une bataille capitalistique, sur fond de concurrence commerciale entre la Chine et les Etats-Unis

Les adolescents sont devenus une cible absolument stratégique pour le développement des plateformes numériques. Sophie Jehel.

Donc le fait de voir – par rapport à l'oligopole qui s'est constituée depuis une dizaine d'années autour des GAFAM – le fait de voir tout à coup une application chinoise qui séduit énormément les jeunes adolescentes américaines, a commencé à poser des problèmes. Et je crois que c'est à ce moment-là que les Américains ont compris (enfin il n'y a pas eu que ce moment-là, il y a eu aussi Cambridge Analytica, Snowden) que la récupération des données personnelles sont aussi un enjeu politique et stratégique.

TikTok face aux critiques

Les reproches sont assez sérieux contre TikTok, et notamment le fait que cette plateforme réalise une censure politique des vidéos, censure qui semble conforme aux intérêts des Chinois. 

Face à cela, Trump a demandé à TikTok d'être racheté par une entreprise américaine - on dit que Microsoft est très intéressé, ce qui n'est pas du goût de TikTok. 

Sur le plan économique, TikTok vient vraiment attaquer la position commerciale de Facebook. Sophie Jehel.

Facebook a déjà lancé deux applications concurrentes de Tik Tok pour essayer de regagner cette part de marché auprès des adolescents et Facebook joue la carte de la liberté d'expression en disant : "Nous ne censurons pas, nous ne faisons pas de censure politique sur sur Facebook, les minorités, les militants peuvent s'exprimer sur Facebook."

L'idée serait que pour que Tik Tok continue à être présente sur le marché américain, elle soit rachetée par une entreprise américaine. 

Ce qui est intéressant, c'est que tous les reproches qui sont faits auprès de Tik Tok - le fait que ce soit une plateforme sur laquelle des discours de haine éventuellement néonazis puissent circuler, le fait que soient adoptées des règles de modération qui sont assez éloignées des règles légales en Europe et aux Etats-Unis, notamment suppression de certains contenus homosexuels, le fait que des jeunes filles viennent mimer des chanteuses, fait qu'un certain nombre de contenus peuvent être hyper sexualisés, peuvent faciliter les rencontres avec des adultes malveillants - donc Facebook, depuis plus de six mois, a pris comme cible également TikTok.

Les risques que l'on met en avant sont réels. Cela dit, si des parents se rendent compte qu'il y a des soucis parce que comme sur toutes les plateformes, il peut y avoir des commentaires haineux qui circulent ou misogynes ou sexistes, ou dès lors que ces commentaires sont racistes, illégaux, il y a une plate forme en France qui s'appelle Net écoute, qui peut permettre d'en obtenir la suppression relativement rapidement. 

Tous les problèmes que rencontre cette plateforme, on les rencontre en fait aussi sur toutes les autres plateformes de nature publicitaire comme Facebook, Snapchat, Instagram. Sophie Jehel.

Vous pouvez écouter l'interview en intégralité en cliquant sur le player en haut à gauche de cette page.

Intervenants
  • maîtresse de conférences en sciences de l’information et de la communication à l’université Paris 8, spécialiste des pratiques numériques, a co-dirigé « Education critique aux médias et à l’information en contexte numérique » ed. Presses de l’Enssib.
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......