LE DIRECT
Christiane TAUBIRA au moment de son départ du ministère de la Jutice

Délatéralisation

6 min
À retrouver dans l'émission

Démission de Christiane TAUBIRA, dégressivité des allocations chômage, confusions identitaires : le gouvernement est en train d'abolir toute notion de latéralité.

Christiane TAUBIRA au moment de son départ du ministère de la Jutice
Christiane TAUBIRA au moment de son départ du ministère de la Jutice Crédits : Christian Hartmann - Reuters

le sens de la latéralisation… c’est ce sens, acquis tant bien que mal au cours de l’enfance, qui nous permet de distinguer la droite de la gauche… on l’acquiert d’ailleurs plus ou moins bien… il y a des gens comme moi qui se trompent régulièrement et qui ont besoin d’avoir des chaussures avec des pastilles de couleur, rouge à droite, vert à gauche, pour être sûr de ne pas se perdre en permanence…

Eh bien figurez vous que ce problème de délatéralisation… je ne suis pas le seul à en souffrir… et à la lecture de la presse ce matin, il faut croire que le gouvernement actuel va créer toute une génération d’enfants délatéralisés, qui n’auront plus aucune notion de droite ou de gauche…

A commencer par ce livre surprise de Christiane TAUBIRA, « Murmures à la jeunesse »… l’ex-caution de gauche du gouvernement étrille sans retenue la déchéance de la nationalité… Un « petit livre blanc qui servira à l’évidence de vade-mecum aux frondeurs socialistes prêts à s’opposer à l’adoption du projet de loi à l’Assemblée Nationale », pour Dominique GARRAUD de la Charente Libre. Très à gauche donc…

Et pourtant Christiane TAUBIRA reste très loyale à François HOLLANDE… « Elle se garde bien de critiquer sa politique économique, sociale ou culturelle », écrit Aurélien SOUCHEYRE dans l’Humanité. L’ex-garde des Sceaux a « une place à part. Elle n’est ni Arnaud MONTEBOURG, ni Benoit HAMON. Premièrement, elle n’a pas été expulsée du gouvernement, mais l’a quitté de son plein gré. Deuxièmement, François HOLLANDE trouve toujours grâce à ses yeux. »

Très à gauche, ou pas vraiment Christiane TAUBIRA, on ne sait plus bien… Pour Noël MAMMERE en tout cas, son départ « confirme que la gauche a définitivement abandonné ce gouvernement »… c’est ce qu’il écrit dans son blog sur Médiapart… « L’équipe qui reste, remaniée ou non dans quelques semaines, n’a plus rien à voir avec « l’Union de la gauche » des années Mitterrand, ni avec la « gauche plurielle » des années Jospin, ni même avec la gauche de 2012. L’équipe de Manuel Valls ressemble de plus en plus à une horde sauvage, dirigée par un pion autoritaire, qui veut faire table rase des valeurs, des principes et de l’histoire des forces dites de progrès », écrit le député écologiste…

Mais de son côté, Jean-Marc CHEVAUCHE du Courrier Picard rappelle que Christiane TAUBIRA, « cette icône de la gauche a voté la confiance au gouvernement BALLADUR en 1993. (…) Elle se présenta avec Bernard TAPIE aux élections européennes de 1994. (…) En 2002, elle fut la candidate du Parti Radical de Gauche, le parti le plus à droite de la gauche. »

C’est à n’y plus rien comprendre, surtout lorsque vous êtes déjà naturellement délatéralisé comme moi… sauf à se rappeler que la gauche, avant d’être la gauche, est senestre, du latin sinistra… et aujourd’hui sinistrée…

Et la récente sortie sur les allocations chômage n’arrange rien à votre affaire…

Aux miennes ou à tous les lecteurs attentifs des soubresauts politiques de ce gouvernement… comme Cécile CORNUDET dans les Echos qui écrit dans son édito : « Après les 35 heures, dont il veut diminuer le coût pour les entreprises, le gouvernement vient de mettre sur la table le sujet de la dégressivité des allocations chômage, une mesure qui a la particularité de figurer en bonne place dans tous les projets des candidats Les Républicains à la primaire de novembre. » Une manœuvre habile selon elle, puisqu’en « montrant qu’il continue de s’attaquer à des tabous de la gauche, François HOLLANDE veut mettre la droite dans la position de l’idéologue qui freine l’unité nationale dont rêvent les Français. »

François HOLLANDE, la même personne qui avait pourtant déclaré il y a deux ans, comme le rappelle Etienne LEFEBVRE, que « Ce n’est pas à un moment où il y a taux de chômage élevé qu’il faut réduire les droits des chômeurs ». Et même les éditorialistes ont besoin ce matin de repréciser ce qui relève ou non du champ de la gauche ou de la droite… comme Baptiste LAUREAU dans Paris Normandie, qui écrit : « Faute de parvenir à inverser la courbe du nombre de demandeurs d’emploi, ce gouvernement de gauche (si ! si !) - c’est écrit entre parenthèses, avec des points d’exclamation (si ! si !) comme une injonction à croire à l’invraisemblable… - ce gouvernement de gauche (si ! si ! ) – donc – n’exclut pas de faire payer les plus précaires. »

Même le journal l’Opinion, pas vraiment marqué à gauche, note dans son édito : « comment réduire les allocations au nom de l’incitation à reprendre un travail, tant que l’accompagnement des chômeurs reste indigent ? ». De quoi en perdre une bonne fois pour toutes, tout sens de l’orientation politique…

Cet art subtil de la délatéralisation permanente, c’est peut-être Gaëtan de CAPELE qui le résume le mieux dans le Figaro ce matin… intitulé « Marche en crabe »… la marche du crabe, vous le savez, c’est une façon d’aller de l’avant en ne faisant qu’alterner marche à droite et marche à gauche… « une chose est sûre : cette stratégie du contournement, par une sorte de marche en crabe, n’est pas le chemin le plus court pour redresser le pays. »

Et dans cette esthétique de la grande délatéralisation… un journal marque des points…

Oui, La Croix et l’Humanité reviennent ce matin sur un sondage publié par le JDD avant hier… sondage qui a fait couler pas mal d’encre depuis, sur le vivre-ensemble… (sortez vos plus beaux guillemets)… sondage qui a plongé Alain REMOND dans « la plus extrême perplexité. Voici la question posée : « Avez-vous rencontré des problèmes (insultes, agressions) avec une ou plusieurs personnes de groupes suivants : des personnes d’origine maghrébine, des Roms, des personnes de confession musulmane, d’origine africaine, de confession catholique, juive, ou d’origine asiatique. »

Voilà. « Choisis ton délinquant.com » titre l’Humanité pour résumer la bronca qu’a déclenché ce sondage… « Outre que cette façon de réduire des citoyens présumés français à leur « origine » ou à leur « confession », écrit encore Alain REMOND, je me permets de signaler qu’il existe « des personnes d’origine africaine » qui sont également « des personnes de confession catholique », « des personnes d’origine maghrébine » qui sont également des « personnes de confession juive ». Quant aux Bretons avec qui il peut arriver de rencontrer des problèmes, conclut Alain REMOND, il conviendrait préalablement de s’assurer s’ils sont de confession catholique, musulmane, juive ou de pas de confession du tout. »

Et j’ajouterai que si on ajoute à ce sondage à minima un peu gauche, si ce n’est vaguement sinistre, la question de l’orientation politique, on finit vraiment par en perdre son latin.

Chroniques

8H55
3 min

La Séquence des partenaires

La Séquence des partenaires : Mardi 2 février 2016
L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......