LE DIRECT

Piqures de rappel

6 min
À retrouver dans l'émission

Piqure de rappel pour la Turquie et le président ERDOGAN, longtemps ambigu vis-à-vis de DAECH, suite à l'attentat d'Istanbul. Piqure de rappel pour la ministre de la santé sur la vaccination obligatoire, et piqure de rappel pour les fans de Rocky avec la sortie du film "Creed".
Au propre comme au figuré… et une piqure fort douloureuse si on prend l’expression au figuré pour commencer, pour évoquer l’attentat qui a eu lieu hier en Turquie… la troisième attaque terroriste en moins d’un an… après celle d’Ankara au mois d’octobre qui a fait 105 morts… et celle de Suruc au mois de juillet qui a tué 34 personnes…

Un rappel que, malgré des années de complaisance vis-à-vis de DAECH, le régime du président ERDOGAN paye un très lourd tribut pour avoir laissé se développer à ses frontières l’organisation terroriste…

Et c’est ce qui ressort des différents éditos de la presse ce matin… « ERDOGAN, la fin des illusions » titre Philippe GELIE dans le Figaro… « Dans un Moyen-Orient en pièces, plus aucun pays ni aucun régime ne semble à l’abri de la gangrène djihadiste et du risque de déstabilisation qu’elle entraîne. (…) Le président Recep Tayyip ERDOGAN a mené une politique des plus ambiguës envers l’Etat Islamique, lui appliquant la manière douce pour réserver la manière forte à leurs ennemis communs kurdes. »

Et il faut avouer que les éditorialistes ce matin ne sont pas tendres avec le pouvoir turc, quitte à flirter parfois avec un ton légèrement condescendant, sur le refrain facile de « à force de jouer avec le feu »… « La coupable complaisance d’ERDOGAN à l’égard de DAECH n’y aura rien changé, écrit Xavier BROUET dans le Républicain Lorrain. L’escalade mortifère se confirme. (…) Le sinistre bilan n’a rien à envier à celui de la France d’après Charlie. Sauf qu’il démontre ici l’inanité de toute compromission avec l’Etat islamique. »

« La Turquie a longtemps joué un rôle ambigu sur le théâtre syrien, entre opposition au régime d’ASSAD et guerre civile contre les Kurdes. Elle en paye à son tour le prix. L’attentat perpétré hier à Istanbul ne lui laisse plus le choix entre ses ennemis », estime Jean-Louis HERVOIS de la Charente Libre. « Depuis des années, les Turcs laissent passer des cohortes de candidats au djihad, écrit encore Alain DUSART dans l’Est Républicain. Le jour même de l’attentat, sort dans ce pays un sondage où 10% des personnes interrogées ne considèrent pas DAECH comme une organisation terroriste. Pire : 21% estiment qu’elle représente l’islam. Ennemi à l’intérieur, le ver est dans le fruit turc. »

L’autre piqure de rappel ce matin… c’est celle concernant la vaccination obligatoire…

Oui, une piqure a priori plus indolore… quoi que… La ministre de la santé a lancé hier un débat public sur l’obligation vaccinale en France… La vaccination obligatoire, sujet de tous les fantasmes… mais le recul de la vaccination en France, et le retour de pathologies comme la rougeole sont eux des données épidémiologiques bien réelles… « Faut-il remettre en cause l’obligation vaccinale alors que la défiance vis-à-vis de la vaccination ne fait que croître ? » interroge le Monde dans son édito. Il faut rappeler qu’en France, seuls trois vaccins sont obligatoires pour les enfants avant 11 ans : la diphtérie, le tétanos et la polio… c’est le DTP. Les autres sont seulement recommandés.

« Or, on constate plusieurs phénomènes préoccupants, explique le journal… Chez les bébés de 0 à 9 mois, la couverture vaccinale a baissé d’environ 5% entre 2014 et 2015. » Et, comme le rappelle le Figaro, « On avait oublié les ravages que pouvaient causer la rougeole, jusqu’à ce qu’autour de 2011, une épidémie explose en France. » 24 000 cas entre 2008 et 2015… alors qu’il n’y en avait avant cela moins d’une centaine par an…

Et sur ces 24 000 cas, l’Institut de veille sanitaire « remarque que près de 1500 cas ont présenté une pneumopathie grave, 34 une complication neurologique et 10 sont décédés. »

Mais alors pourquoi cette défiance en France vis-à-vis du vaccin, alors que la très grande majorité des médecins indiquent que le rapport risque/bénéfice… c'est-à-dire les risques potentiels de la vaccination par rapport aux bénéfices qu’elle apporte en terme de santé publique, ce rapport est très clairement et sans ambigüité en faveur de la vaccination…

Eh bien ce désamour, pourrez-vous lire dans Libération, est multiforme… Il y a les « opposants idéologiques, pas si nombreux mais très actifs sur les réseaux sociaux et sur internet. Mais on assiste surtout à une forte défiance à l’égard des autorités. Défiance qui se nourrit d’une grande pauvreté dans la réponse des gouvernants. (… ) Ces derniers temps, à chaque polémique concernant d’éventuels effets secondaires, (…) la ministre de la Santé lâchait, péremptoire : « La vaccination, ça ne se discute pas. » Eh bien si. La politique vaccinale, ça se discute. Pourquoi diable trois vaccins obligatoires et pas les autres ? » Pourquoi certains vaccins sont remboursés et pas d’autres ? Pourquoi d’autres pays européens n’ont pas de politique vaccinale obligatoire et nous si ?

« Politiquement, les pouvoirs publics perdaient de la crédibilité en restant sur une position autoritaire, estime Caroline OLLIVIER-YANIV, spécialiste de la communication en santé publique, dans les colonnes du Figaro. En ouvrant le débat à tous, ils vont enlever des arguments aux mouvements antivaccins les plus radicaux, prompts à verser dans la théorie du complot. Je me demande juste si l’initiative n’arrive pas un peu tard par rapport à l’état de polémique sur le sujet. »

Dernière piqure de rappel : plus douloureuse. Le crochet du droit dans l’arcade.

Sylvester Stallone à la première de Creed à Londres
Sylvester Stallone à la première de Creed à Londres Crédits : Reuters

Quarante ans sur le ring, ça méritait bien une double page… et c’est ce que fait le Parisien aujourd’hui pour la sortie du nouvel épisode de la saga ROCKY… « Creed », avec l’immarcescible Sylvester STALLONE alias Rocky BALBOA, 69 ans… un âge périlleux pour renfiler les gants… même ceux d’entraîneur du fils de son ancien ennemi juré, Apollo CREED, dramatiquement tué par le fourbe russe Ivan DRAGO, alias Dolph LUNDGREN dans l’épisode 4 en 1985.

Dans cette double page, vous trouverez un résumé des épisodes précédents, une petite figurine STALLONE à habiller vous savez en découpant les languettes pour coller sur votre frigo, une critique bien évidemment enthousiaste du nouveau film et un questionnaire… que je ne peux m’empêcher de vous soumettre… La femme de Rocky… (Adrian) est interprétée par l’actrice… Talia SHIRE, qui est… La tante de Nicolas CAGE, la grand-mère de Lady GAGA ou la sœur de Francis COPPOLA ? (réponse A&C)

Vous êtes murs pour aller voir CREED…

L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......