LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Myriam EL KHOMRI et Pierre GATTAZ, en septembre 2015

Stop ou encore

6 min
À retrouver dans l'émission

La réforme du droit du travail qui fait s'étrangler la gauche et pavoiser la droite, à un an de l'élection présidentielle, et le maintien, ou non, de la Grande Bretagne au sein de l'UE : le pari politique du "stop ou encore"

Myriam EL KHOMRI et Pierre GATTAZ, en septembre 2015
Myriam EL KHOMRI et Pierre GATTAZ, en septembre 2015 Crédits : Charles Platiau - Reuters

Loin de moi l’idée de faire sur cette antenne la promotion de la célèbre émission d’une radio concurrente… donc rassurez-vous, il n’y aura ni Laurent VOULZY, ni appel au standard… mais tout de même, à la lecture des journaux ce matin… difficile de ne pas plonger dans cette bonne vieille dialectique binaire à l’ancienne… stop, ou encore…

Avec pour commencer une vaste et foisonnante prose autour de la réforme du droit du travail, de la ministre Myriam EL KHOMRI… je vous en parlais ici même hier matin… la fin des 35 heures, l’assouplissement des licenciements économiques, entre autres mesures choc… une réforme qui vaut au gouvernement les louanges gênées de la droite (voir pour cela l’édito d’Yves THREARD dans le Figaro intitulé « On aimerait y croire »), et les huées éberluées de la gauche… il y a dans les Echos un article presque amusant tant il est surréaliste… Intitulé « La stratégie de HOLLANDE suscite l’incompréhension des troupes »… un titre euphémistique pour décrire une réalité presque magique, tellement elle paraît invraisemblable à certains responsables de gauche…

« Un ténor du gouvernement, sous couvert d’anonymat, s’avoue « perplexe ». Un haut responsable parle d’« ésotérisme ». Un de ses fidèles se dit dans le « brouillard total ». (…) « Le drame, affirme-t-on dans la majorité, c’est (…) qu’il fait tout à l’envers. Au début du mandat, il aurait dû faire preuve d’autorité ; aujourd’hui, il faudrait faire la synthèse. (…) « Ça fait trop, j’en peux plus. A un moment, c’est notre crédibilité personnelle qui est en cause », se plaint un hollandais habituellement bien peu enclin à critiquer l’exécutif. Le même poursuit : « Tout cela à un nom : un suicide électoral ».

Et nous voilà les deux pieds dedans : stop ou encore. « En poker, ça s’appelle faire tapis, pour Matthieu VERRIER de la Voix du Nord. Le gouvernement mise tous ses derniers jetons sur ce coup. Une victoire reconstitue son capital avant l’élection de 2017. Une défaite déshabille complètement l’exécutif, de sa crédibilité et de son assise politique. » Analyse similaire, quoi que sur un ton un peu plus sévère, de Jean-Marcel BOUGUEREAU dans la République des Pyrénées… « Si la droite avait voté cette loi, ce serait l’insurrection. Comme c’est la gauche, la résignation prendra le dessus. Mais la gauche finira par payer. Et très cher. » Ca rigole pas à la Rep…

Mais ce ton sévère, de même que les satisfecit du bout des lèvres de la droite, disent bien le désordre politique, idéologique et intellectuel que suscite ce projet de réforme… à un an de l’élection présidentielle… une sorte de blitzkrieg final qui n’est pas sans en rappeler un autre… « les fins de mandat ont le même parfum », selon Cécile CORNUDET des Echos, qui écrit : « François HOLLANDE, comme Nicolas SARKOZY avant lui, est en train de suivre ce qu’on pourrait appeler la loi paradoxale des fins de quinquennat. Le plus dur pour la fin, quand il n’y a plus grand monde pour vous soutenir. (…) Faute d’avoir lancé l’essentiel des réformes au lendemain de la présidentielle, ils tentent de se rattraper sur le tard. (…) Les deux poussent le parallélisme des formes jusqu’à utiliser les derniers mois du mandat pour faire oublier leurs excès fiscaux du début, même s’ils sont inversés. (…) « Rassembler » est leur ambition, comme leur a appris François MITTERRAND avant une réélection présidentielle. Faire le vide semble être leur destin. »

Dans un an, il sera donc temps de voter « stop » ou « encore »… en 2012, Nicolas SARKOZY n’a pas été invité à prolonger la chansonnette…

Stop ou encore en Europe également…

Oui, le Conseil Européen, réuni depuis hier et jusqu’à ce soir, doit trouver une solution pour maintenir, ou non, la Grande Bretagne au sein de l’UE. Ce que le journal l’Opinion résume de façon très claire : « Maintien du Royaume Uni dans l’Union Européenne : ça passe ou ça casse ». Stop, ou encore.

Alors on comprend vite que la question est rhétorique… ça va passer, les dirigeants des 27 autres pays étant tétanisés à l’idée du Brexit, et prêts à tout pour l’empêcher… ce qui vaut ce titre à Mediapart… « Brexit : David CAMERON a-t-il gagné face à l’Europe ». Ce que postule l’article, c’est que si l’UE cède à la Grande Bretagne, l’Europe sera peut-être sauvée temporairement, mais aura mis le doigt dans un dangereux engrenage… « Voici le « deal » : David CAMERON s’engage à batailler pour le maintien de la Grande-Bretagne dans l’UE, lors d’un référendum à haut risque attendu pour le 23 juin, et eux, en échange, promettent d’aménager le statut de Londres dans l’UE. (…) Mais (ces concessions) pourraient inciter d’autres capitales à vouloir détricoter l’Union au fil des ans. »

Ce que Philippe MARCACCI, de l’Est Républicain résume en ces termes : « Il s’agit simplement ici de permettre à David CAMERON de faire le show, d’arriver en tapant du poing sur la table dans un tonitruant « Je me bats pour la Grande Bretagne » (…) car derrière, celui-ci enchaînera avec la campagne du référendum sur le maintien du Royaume Uni dans l’UE. Un piège en forme de coup de poker politique (encore un) qu’il a lui-même tendu et qui fait aujourd’hui peser de sombres menaces sur une Europe fragilisée de toutes parts et plus divisée que jamais sur la question des migrants. »

Une façon, en somme, pour le Premier Ministre britannique, de voter à la fois « stop » et « encore ».

Puisque c'est "stop ou encore", vous allez tout de même nous parler de musique ?

Absolument, et je terminerai très rapidement par l’Humanité, avec deux articles… tout d’abord cette photo dont je ne me lasse pas et que je vous recommande vivement, de Myriam EL KHOMRI hilare serrant la main à Pierre GATTAZ, un petit rire en coin et l’œil qui frise, comme s’il venait de faire une blague un peu honteuse sur les salariés de Goodyear en prison…

Mais je conclurai surtout pas un gros « encore »… avec ce reportage toujours dans l’Huma en pages culture sur la discothèque de Radio France… et oui, vendredi c’est corporate (et puis il fallait que je me rattrape après cette publicité scandaleuse pour une radio concurrente)… tout à fait sérieusement, Victor HACHE s’est rendu dans l’immense discothèque de 4000m² boulevard NEY que Matthieu CONQUET connaît bien… outre la déambulation, l’article nous apprend qu’il y aura une grande vente aux enchères de 5000 vinyles le 19 juin ici à la Maison de la Radio… mais aussi que vous pourrez voir cette incroyable discothèque dans l’émission Radio Vinyle, diffusée sur Mouv’ et pour la première fois ce soir à 23h45 sur France Ô … avec comme invités JoeySTARR et Oxmo PUCCINO. On vote « encore » !

Chroniques
8H55
3 min
La Séquence des partenaires
La Séquence des partenaires : Vendredi 19 février 2016
L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......