LE DIRECT
Tintin...en voiture

Tintin et la réforme constitutionnelle

5 min
À retrouver dans l'émission

François HOLLANDE et Nicolas SARKOZY, Dupond et Dupont de la déchéance de nationalité, mais aussi Emmanuel MACRON et Manuel VALLS, Laurent FABIUS et Alain JUPPE, et on termine par Milou, le chien Fléchette qui sent les billets de banque.

Tintin...en voiture
Tintin...en voiture Crédits : Radio France

Vous allez me dire que j’en fais un peu trop dans la flagornerie à force de vanter tout au long de la semaine l’excellente fiction diffusée tous les soirs à 20h30 sur France Culture… « Tintin et les cigares du pharaon »… mais pas du tout en fait…

C’est que ce matin à la lecture de la presse, je me suis demandé si l’écoute de cette fiction au moment de me coucher n’était pas inconsciemment en train de me plonger dans un imaginaire persistant des aventures du petit reporter belge… tenez, en voici le point de départ : « Dans l’affaire Tournesol, un fameux Tintin rappelle Jean-Marcel BOUGUEREAU dans la République des Pyrénées, Hergé invente une scène mémorable, où le capitaine HADDOCK essaie désespérément de se débarrasser d’un morceau de Sparadrap. Depuis plusieurs mois, François HOLLANDE ressemble au capitaine avec son maudit Sparadrap, la déchéance de nationalité. »

Et oui… parce que « cela fera bientôt trois mois que la France semble suspendue à ce qui apparaît comme l’unique débat du moment. La déchéance de nationalité pour les auteurs de crimes et délits terroristes. (…) Certes, le sujet est grave écrit Florence COURET dans la Croix, mais le débat s’étire en une interminable foire d’empoigne. »

Et c’est cette foire d’empoigne qui m’a ramené ce matin aux aventures de Tintin… et plus particulièrement de deux personnages pour lesquels j’ai toujours eu un petit supplément d’affection. Dupond et Dupont. Qui s’empoignent, régulièrement, pour des raisons totalement absurdes… puisqu’ils disent toujours strictement la même chose… mais n’y comprennent rien.

Et mes deux Dupond/t dans cette affaire… ce ne sont pas tant François HOLLANDE et Manuel VALLS, qui jouent la même partition sur des airs différents… mais plutôt François HOLLANDE et Nicolas SARKOZY, qui se sont sortis in extremis de ce vote à l’Assemblée, chacun pour son camp…

Pour le chef de l’Etat, « le résultat à l’Assemblée Nationale n’est positif que dans la mesure où il est meilleur que redouté quelques heures avant. 165 voix pour au PS, c’est quasiment les trois cinquièmes au sein du seul groupe socialiste ; mais cela signifie que 111 députés ont refusé de suivre l’exécutif, analyse Guillaume TABARD dans le Figaro. (…) La même analyse peut être faite symétriquement à droite. Nicolas SARKOZY et ses amis peuvent se féliciter d’être clairement majoritaires (…) mais 74 votes contre ce n’est pas rien non plus. » Guillaume TABARD parle même de « pacte de Versailles entre François HOLLANDE et Nicolas SARKOZY »… là où un ancien ministre, cité par Cécile CORNUDET dans les Echos… Arnaud MONTEBOURG pour ne pas le citer, invente le terme de « sarkhollandisme »…

DUPOND et DUPONT seront-ils les dindons de leur propre farce… réponse au prochain épisode, au Sénat….

Mais il y a un autre couple de DUPOND/T selon vous ce matin Nicolas

Oui et celui là est peut-être encore mieux rôdé que le précédent… « Emmanuel MACRON défie Manuel VALLS et prend ses distances avec la déchéance de nationalité »… c’est à lire dans le Figaro toujours…

« J’ai, à titre personnel, un inconfort philosophique avec la place que ce débat a prise, parce que je pense qu’on ne traite pas le mal en l’expulsant de la communauté nationale », a déclaré le ministre de l’économie… « Le premier ministre Manuel VALLS, avec qui la tension est à son comble depuis plusieurs semaines, l’a immédiatement recadré à distance » raconte l’article… de façon courtoise, mais hors micro, les mots sont plus coupants… au propre comme au figuré… « l’un de ses portes-flingues [a lâché] : « Il faut couper les couilles de ce petit con ».

« Exit l’époque ou Manuel VALLS et Emmanuel MACRON étaient les meilleurs amis, liés par une volonté commune de pratiquer un socialisme transgressif », confirme dans son édito Stéphane SIRET dans Paris Normandie.

Mais je ne m’arrête pas là dans mon obsession tintinophile… J’ai encore une belle paire de DUPOND/T sous le coude ce matin... C’est Bruno DIVE qui me l’a suggérée dans Sud Ouest : « Plus jeune Premier ministre de toute l’Histoire de la République, président de l’Assemblée Nationale, premier secrétaire du PS, plusieurs fois ministre (…) étrange destin que celui de Laurent FABIUS, qui n’est pas sans en évoquer un autre : Alain JUPPE. Tous deux ont été les favoris respectifs et les dauphins presque désignés de deux Président, François MITTERRAND et Jacques CHIRAC. »

D’ailleurs, l’article que lui consacre Libération est presque un titre d’album… « FABIUS au Quai » comme on dit « Tintin au Congo ». Et Etienne de MONTETY dans le Figaro nous rappelle dans sa chronique « Un dernier mot » que « Quai » est un nom commun qui signifie : « Embarcadère pour de nouvelles aventures ».

Alors, le nouvel épisode de ces aventures, ce serait « Fafa au Conseil Constitutionnel ». Il faut dire qu’à défaut de DUPOND/T, Laurent FABIUS a plus le look d’un RASTAPOPOULOS, en moins méchant… tenez, le voilà en dernière page des Echos en héros de bande-dessinée… caricaturé par ÏoO… en RASTAPOPOULOS un peu dépressif… et le billet « en vue » rappelle d’ailleurs qu’il est le beau-frère du réalisateur de « Goodbye Emmanuelle »… vous voyez bien qu’on nage en pleine fiction.

Du coup, on termine avec Milou

Oui, je vais terminer mon obsession tintinophile par un passage par la case « canidé »… en page 3 du Parisien… celui du chien Fléchette… titré « pour Fléchette, l’argent a une odeur »… Et en effet, puisque Fléchette, une femelle malinois, est un chien de gendarmerie dressé à sentir, à reconnaître les billets de 500 euros. Ces billets qui risquent de bientôt disparaître, compte tenu du fait qu’ils sont essentiellement utilisés pour les trafics, le blanchiment et autres activités criminelles… c’est le dossier du jour du Parisien.

L’article nous apprend cependant « qu’ils soient de 5, 10 ou 500, tous les euros ont la même odeur pour Fléchette… odeur composée notamment d’encres, de papiers et de filigranes. Dans les faits, un chien ne discriminera pas le montant des billets ». Je dirais même plus. Il ne fera pas la différence. Et c’est bien là toute la différence, avec les autres, ceux d’avant. Et je dirais même plus : C’est TOUTE la différence… mais je n’en dirai pas plus.

Chroniques

8H55
2 min

La Séquence des partenaires

La Séquence des partenaires : Jeudi 11 février 2016
L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......