LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
"Faux virus" : tag photographié aux Pays-Bas en juillet dernier

Comment définir le complotisme ?

4 min
À retrouver dans l'émission

Ces derniers jours un mot revient dans beaucoup d'articles, celui de "complotisme"... Revue de presse des idées

"Faux virus" : tag photographié aux Pays-Bas en juillet dernier
"Faux virus" : tag photographié aux Pays-Bas en juillet dernier Crédits : Leyla Vidal - Maxppp

Comment le définir rigoureusement, ce complotisme ? Comment le cerner avec précision ?  En lisant plusieurs tribunes ou entretiens cette semaine, quelques éléments de réponse se dégagent.

Par exemple le complotisme, est-ce le simple fait de se poser des questions sur les versions officielles ?

Non, se dit-on en lisant dans le Figaro cette interview de Paul Cébille, chargé d’études à l’Ifop.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Pourquoi 26 % des Français ne souhaitent pas, pour le moment, se faire vacciner contre le Covid ? Selon lui l'une des raisons principales opposée à la vaccination, c'est "l'attente d'être sûr de l’absence de risques liés à un vaccin très récent". "Nous sommes, dit-il, à mon sens, dans autre chose que de l’anti-vax ou du complotisme". Il rappelle aussi que les doutes des français ne datent pas d'aujourd'hui. "L'affaire des masques jugés inutiles au début de l’épidémie puis rendus obligatoires jusque dans les rues, a pu cristalliser l’opinion publique autour d’un soupçon de mensonge". "La défiance de la population persiste et pourrait faire craindre de nombreux freins à l'application de certaines mesures comme une campagne de vaccination".

Si le complotiste n'est donc pas forcément celui qui doute... est-il en conséquence celui qui affirme des contre-vérités ? Là encore, c'est probablement plus compliqué que cela...

Prenons l'exemple du Président américain actuel. Lui et ses supporters sont très souvent qualifiés de complotistes. Pourtant, nous rappelle un éditorial du Monde, Donald Trump n'est pas loin s'en faut l'homme qui a inventé le mensonge en politique. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

"Nombre de ses prédécesseurs, nous rappelle le grand quotidien, républicains ou démocrates, se sont distingués" - sous-entendu dans l'art de ne pas dire la vérité : "Lyndon Johnson, Richard Nixon pendant la guerre du Vietnam ; George W. Bush sur les armes de destruction massive en Irak (...) Trump n’a commis aucune bourde de cette ampleur en politique étrangère". Sa pratique est "autre". "Pour Trump, la vérité n’existe pas, elle n’a pas de réalité autre que ce qu’il croit dans un moment donné et qui peut changer le lendemain. Ses porte-parole parlent de "faits alternatifs", faits qui prennent de l’importance par la grâce des réseaux. Ce n’est pas le mensonge politique qui est nouveau, c’est l’échelle à laquelle il est reproduit qui en change la nature. Elle gomme la frontière entre réel et fiction ; vrai et faux ; fantasme et réalité".

Et c'est peut-être cela, donc, qui caractérise le complotisme actuel.

Comment lutter contre le phénomène ? De nombreux articles posent la question.

C'est le cas par exemple de la revue scientifique britannique Nature. Il y a plusieurs façons selon elle de combattre le complotisme.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Il y a, dit-elle, le debunking, c'est à dire la démystification, la contradiction apportée à la fausse nouvelle. "C' est extrêmement difficile, mais ça peut fonctionner", peut-on lire. Il faut expliquer pourquoi une information est erronée plutôt que de simplement l'étiqueter comme telle.

Mais poursuit la revue... "le "prébunking" - la prémystification, pourrait-on dire - est plus efficace. Tout comme un vaccin contre la désinformation, cette technique avertit les gens qu'ils pourraient être confrontés à des informations erronées avant qu'ils n'y adhèrent. Le fait de pousser les gens à réfléchir à l'exactitude des infos les décourage d'en partager de fausses".

C'est ce qu'a essayé de faire hier Le Monde, à propos de ce fameux film Hold-up qui évoque la crise du COVID : contredire les affirmations inexactes qui sont dedans, avant qu'elles n'aient trop d'effets.

Sur son site internet, Le monde a répondu aux questions de ses lecteurs sur le sujet. Le live est publié.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Certains internautes défendent Hold-up, le site relate en réponse les nombreuses contre-vérités que le film énumère. Il y a aussi cet internaute qui s'interroge. "J’ai travaillé des mois en réanimation, dit-il, j’ai vu des patients agoniser du covid (...) dans ces services spécialisés, tous les pays du monde rapportent les mêmes scènes, comment ce documentaire peut-il faire fi de ces faits ?"

Réponse du Monde : "au-delà des erreurs factuelles, c'est ce qui nous a le plus marqué dans ce documentaire : la réalité que vous décrivez y est complètement passée sous silence. Cela n'enlève rien au fait qu'il y aurait de nombreux débats légitimes à poursuivre sur la gestion de cette crise en France et ailleurs, mais encore faut-il pouvoir les nourrir sur la base de faits concrets".

Chroniques
8H34
24 min
L'Invité(e) actu
Michel Agier : "Le virus fait rejaillir les peurs cosmiques"
L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......