LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Des jeunes manifestent pour lutter contre le changement climatique à Paris

Santé, féminisme, écologie : comment les générations actuelles doivent réinventer des combats intemporels

3 min
À retrouver dans l'émission

Le sujet imprègne beaucoup de débats actuels, à travers des articles que l'on peut lire sur le site Project Syndicate, Telos.eu, ou encore Libération.

Des jeunes manifestent pour lutter contre le changement climatique à Paris
Des jeunes manifestent pour lutter contre le changement climatique à Paris Crédits : JACQUES DEMARTHON / AFP - AFP

Sur Project Syndicate, site d'analyse, écrivent souvent de grands économistes comme par exemple le turco-américain Daren Acemoglu.  "L'héritage dilapidé de la plus grande génération" c'est le titre de sa tribune, qui compare les crises actuelles à d'autres précédentes dans l'histoire. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

"Pour ceux de la génération de la première moitié du XXe siècle, écrit-il, les crises d'aujourd'hui paraîtraient plutôt ordinaires. Ils ont vu bien pire : les deux guerres les plus sanglantes de l'histoire, la misère créée par la Grande Dépression, ou des menaces pour la démocratie  telles que le communisme soviétique ou le national-socialisme d'Hitler". Néanmoins "il pourrait être plus difficile que par le passé de résoudre les difficultés actuelles , dit-il, car la plupart devront être réglées par le biais de la gouvernance mondiale, qui fait défaut". Selon lui, par le passé, l'Etat nation a su créer par exemple l'imposition, la redistribution progressives, le salaire minimum, l'assurance maladie et les prestations de retraite. Mais aujourd'hui sur des sujets comme la COVID-19, les inégalités, la fuite des capitaux, le climat, les solutions nationales sont insuffisantes.  Daren Acemoglu voit cependant un exemple encourageant dans l'histoire, c'est la construction Européenne, qui a dit-il "engendré quatre décennies d'épanouissement démocratique, de paix internationale". La question qui se pose aujourd'hui pour lui est de savoir "si cette glorieuse réalisation d'après-guerre peut être répétée".  En quelques sortes comment est-ce que les générations actuelles peuvent réinventer et moderniser les combats d'hier ?  

C'est une question que posent finalement de nombreux débats actuels.

Sur le site Libé.fr, la philosophe Camille Froidevaux-Metterie évoque cette polémique du crop-top. Il s'agit de ce haut qui s'arrête au niveau du nombril et qui a fait exclure plusieurs adolescentes de leur établissement scolaire pour tenue inappropriée.  Lundi dernier en soutien des centaines de filles et garçons ont décidé de porter à l’école des tenues jugées “provocantes”. Est-ce un sujet du "nouveau féminisme", de la génération actuelle ? Non, répond l'autrice et chercheuse. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Pour elle "les mécanismes du contrôle social sur les corps féminins continuent de fonctionner à plein, cinquante ans après le tournant de la révolution féministe". "Si l’on devait condenser d’une formule, écrit-elle toujours, l’objectif des combats féministes depuis qu’ils existent, ce pourrait être : faire advenir un monde où les femmes ne soient plus définies par leurs corps. En réclamant de pouvoir s’habiller comme nous le souhaitons sans avoir à craindre les remarques déplacées, les injures et les agressions, nous œuvrons à la déconstruction des représentations sexistes qui opposent les femmes disponibles et séductrices aux hommes avides et impétueux". 

S'il y a un sujet qui pourrait cliver vraiment différentes générations entre elles, ce serait peut-être l'écologie. C'est le sujet d'un article de la sociologue Monique Dagnaud que l'on peut lire sur le site de réflexion Telos.eu.  

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

"Rendre responsables les générations d’avant  des malheurs d’ aujourd’hui c'est de bonne guerre", écrit-elle. Pourtant, sur le sujet de l'écologie, les différences d'opinion entre classes d'âge ne sont pas si marquées. Selon des études citées dans l'article, l'importance du sujet fait globalement consensus même si certes les 15-24 ans ont un engagement plus prononcé que les autres.  L'environnement a pu également remettre à la mode des mouvements sociaux des années 70, issus de la nouvelle gauche ou de la mouvance hippie, par exemple "la culture du partage et de l’auto organisation, la transition alimentaire, l'agriculture urbaine". Quant aux Millennials, "ils ont bénéficié du technocapitalisme en termes de confort matériel, d’accès à l’éducation, plus que toute autre génération avant eux".  

Selon Monique Dagnaud : "la dramatisation du conflit de génération est assez artificielle. La conscience écologique marque l’annonce d’une reprise du flambeau contestataire, dit-elle, plutôt qu’une véritable déclaration de guerre aux générations d’avant".

Chroniques
8H34
23 min
L'Invité(e) actu
Dominique Bourg : "Parler du "modèle amish" est une grossièreté absolue"
L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......