LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Poignée de main historique entre Kim Yo Jong, la soeur de Kim Jong-un et le président sud-coréen Moon Jae-in

Le diplomatie, discipline vedette des Jeux Olympiques de Pyongyang ?

5 min

Dans la revue de la presse ce matin : les signes d'ouverture inattendus de la Corée du Nord aux JO, la société civile en Allemagne et une interview inédite du philosophe Michel Foucault

Poignée de main historique entre Kim Yo Jong, la soeur de Kim Jong-un et le président sud-coréen Moon Jae-in
Poignée de main historique entre Kim Yo Jong, la soeur de Kim Jong-un et le président sud-coréen Moon Jae-in Crédits : YONHAP - AFP

On commence avec les Jeux Olympiques qui se sont ouvert hier à Pyeongchang en Corée du Sud. Mais dans la presse il est très peu question de sport..

La discipline dont il est question c'est surtout celle de la diplomatie. Et "ce n'est pas la première fois que le sport rapproche les deux Corées" relève Eric Chol dans l'édito de Courrier International.

"La diplomatie olympique est à l'oeuvre" et n'aura pas manqué de symboles. Même chant même drapeau, équipe commune de hockey féminin et bien sur la présence, historique de Kim Yo Jong, la soeur de Kim Jong-un à Séoul. Kim Yo Jong qui justement transmit, on l’apprend ce matin une invitation du dirigeant nord-coréen à son homologue du sud à se rendre à Pyongyang.

Alors comment interpréter ces signes d’ouverture de la part du régime ?  

Dans les pages tribune du Figaro, vendredi, le chercheur Pierre Rigoulot saluait « la performance olympique » de Kim Jong-un. Une manière très ironique de dénoncer l’hypocrisie, voire l’esprit machiavélique du dirigeant. 

"Ce n’est pas le premier revirement du régime rappelle-t-il. En 1993 le Nord avait signé un accord avec le Sud annonçant « un avenir radieux et fraternel ». Quelques mois plus tard avait lieu le premier essai balistique". Ce rapprochement pour Pierre Rigoulot, c’est avant tout une manière pour Pyongyang d’obtenir de l’aide financière ou alimentaire. "Telle est la fonction de ces « ouvertures » : endormir la vigilance des démocraties sans cesser de se renforcer militairement". 

Voilà qui nous fera regarder d’un autre œil les épreuves de hockey sur glace…

Et pour un autre regard – peut-être plus distancié sur la – enfin les – Corées on lira avec intérêt le dernier numéro de la Revue Critique. Où l’on apprend l’existence d’une 3e Corée, celle du district coréen situé en territoire chinois. "Considérée comme « chinoise » par le nord, « communiste » aux yeux du sud, cette 3e Corée est le plus souvent ignorée". "C’est une Corée qui a une géographie mais pas d’histoire" explique le chercheur Patrick Maurus. "Difficile de retracer la généalogie de ces coréens locaux qui ignorent le trajet de leur famille sauf s’il est très récent". 

A lire pour aller plus loin ce numéro qui parle avant tout d’une péninsule dans son ensemble et non pas uniquement du conflit et de la partition qui la divise.

En Allemagne aussi cette semaine il a été question d'accords et de réconciliation

Toutes proportions gardées bien sur mais c'est une étape importante qui a été franchie cette semaine. Jeudi, dans son éditorial le journal Le Monde saluait l’annonce de l’accord enfin trouvé entre la CDU et le SPD pour former un gouvernement en Allemagne. 

La bonne nouvelle de cet accord "c'est son orientation pro-européenne" écrit le journal. "Paris va pouvoir retrouver son co-équipier du tandem franco-allemand". 

Rien n’est joué pourtant.. et 'le futur gouvernement d'Angela Merkel est déjà critiqué de toutes parts' relève ce matin RFI sur son site. Sous le feu des critiques Martin Schulz a renoncé hier à être le chef de la diplomatie.

Dans Libération l'historien Johann Chapoutot constate que ce débat ne passionne guère les allemands et que les grands partis de masse sont en voie de désaffection. 

"La société civile au contraire se porte diablement bien écrit-il et c’est réjouissant". A commencer par les syndicats. "Des syndicats puissants qui arrachent des augmentations de salaire et des réductions du temps de travail comme vient de le prouver IG Metall. Le passage aux 28h, "plus qu’un changement social c’est un changement de civilisation" pour Johann Chapoutot.

Bref l'Allemagne une société en pleine transformation loin de la crise de ses partis ou de son industrie automobile.

Dans la presse également, une interview inédite de Michel Foucault dans l’Obs alors que Gallimard publie cette semaine un ouvrage posthume, le IVe tome de son histoire de la sexualité, Les aveux de la chair.

C'est un entretien tout à fait passionnant que le philosophe avait donné au magazine en 1979 et qui n’avait jamais été publié. Retrouvé récemment dans les archives de la BNF, l’Obs publie donc cet inédit où il est question de la révolution iranienne alors en gestation. Michel Foucault, qui revient d’un séjour en Iran s’interroge sur les origines du soulèvement.

« J’essayais, dit-il, de savoir quelle avait été la force, quelle est toujours la force qui peut actuellement dresser contre un régime épouvantable, terrible et terriblement fort (…) tout un peuple qui a les mains nues ».

Foucault parle d'un mouvement de « spiritualité politique » à l'oeuvre en Iran. La spiritualité, cette force qui nous transforme, nous donne une possibilité de soulèvement. Elle est à l’origine de « tous les grands bouleversements politiques, sociaux et culturels » affirme-t-il.

Il ne faut pas confondre spiritualité et religion prévient-il mais oui les religions sont une sorte de « structure » de la spiritualité. 

Dans le cas de l’Iran il faudrait être aveugle pour ne pas voir que partout c’est bien de l’islam dont on se réclame et de ses chefs religieux. C’est un fait on ne peut le nier dit Michel Foucault.

Un entretien visionnaire sur la dimension religieuse de la révolution iranienne. Une dimension qui l’avait passionnée souligne Eric Aeschimann en préambule du texte. A sa lecture, on se dit qu’il aurait pu être écrit hier..

L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......