LE DIRECT

L'attaque mystérieuse des pétroliers// La fraude fiscale// La jeune génération

3 min

Le doute plane quant à l'origine de l'attaque des deux pétroliers dans la mer d'Oman/ Le portrait d'un homme en lutte contre l'évasion fiscale / Une nouvelle génération racontée par elle même.

Crédits : Getty

L’ombre du doute

Avec à la une de la presse du jour : le doute.  Dans Libération et Le Parisien-Aujourd’hui en France, notre alimentation est mise en doute. Avec d’une part, pour Libération,  le scandale des faux steaks hachés, et de l’autre, «  comment être sûr de manger vraiment bio ? ». La Croix titre lui sur «  La foi et le doute ». Quand pour Le Monde et Le Figaro ce matin, "le doute plane sur la mer d’Oman". Les attaques des deux pétroliers sont en première page. Les Etats-Unis accusent l’Iran, dans le Golfe d'Ormuz les tensions grimpent. Le Figaro est assez alarmiste. L’expert Ali Vaez l’annonce: « il serait miraculeux qu’une guerre n’éclate pas dans les deux années à venir. » Le journal Le Monde lui, nuance. Il rappelle que si les Etats-Unis exercent « une pression maximale » sur l’Iran, aucun des deux pays n’a d’intérêt financier à entrer en pleine guerre.

En guerre contre la fraude fiscale

Un homme est en guerre contre la fraude fiscale : le chef de la division fiscale de l’OCDE Pascal Saint-Amans, dont Society fait le portrait cette semaine. Comme son titre l’indique -  «  Mon fisc, ma bataille »- le magazine dresse un portrait assez épique de cet « homme qui valait 300 milliards ». 300 milliards, cela représenterait la somme de l’évasion fiscale des multinationales dans le monde.  Déterminé, « Monsieur impôt », comme on le surnomme, travaille farouchement à mettre fin à « la fête fiscale ». L’article décrit un homme qui tranche avec le milieu pour son franc parler. Il a remporté déjà quelques batailles, notamment faire signer un accord international pour plus de transparence entre les banques. Cela signifie que les Etats signataires échangent automatiquement leurs informations bancaires. Résultat : les fraudes ont fondu. Goguenard,  SAint-Amans déclare: « Aujourd’hui on peut le dire, le secret bancaire pour les particuliers, c’est terminé ».  Mais il reste encore le nerf de la guerre : les multinationales. "L’Irréductible" cherche à reformer toute l’architecture fiscale mondiale et à faire en sorte que les entreprises payent leurs impôts là où elles font du profit. Le chef de l’OCDE prépare un nouvel accord. Il espère le faire adopter à la fin juin, lors du prochain G20 au Japon. À suivre…

Une nouvelle génération par elle-même

La revue Le Débat vient de paraître, on y trouve un dossier sur une nouvelle génération racontée par elle-même. Une soixantaine de pages cherche à définir les moins de 35 ans, cette génération qui a grandi après la chute du mur, qui n’a pas connu les Trente Glorieuses, ni le plein emploi.  

Et une chose est sûre, c'est que concernant cette génération, le doute plane. Le jeune chercheur Benjamin Vendrand-Maillet nous apprend qu’en France, l’intégralité des moins de 35 ans pense que les politiciens sont  corrompus.  « Et seule la moitié d’entre eux considère la démocratie comme "meilleur système possible"». Une défiance qui s’exprime aussi du côté des modèles économiques. 

Depuis la crise de 2008, les marchés financiers représentent avant tout une menace. «  En suivant les recommandations des experts les plus en vue, nous en sommes venus à détruire plus de richesses que nous n’en créons ».  

Le jeune diplômé Marius Amiel pointe un autre malaise. En France, l’an dernier, «  le taux de chômage des moins de 25 ans s’élevait à 20% », du jamais-vu. "La situation actuelle constitue une forme historiquement inédite d’exclusion de la jeunesse et conduit à écarter du mouvement de la société ceux qui devraient incarner l’avenir. » Le responsable du FigaroVox Alexandre Devecchio parle lui d’une radicalisation politique. « Pendant des décennies les choses ont été simples : les vieux étaient de droite, les jeunes de gauche ». Mais maintenant « la jeunesse n’emmerde plus le Front national ».  Jordan Bardella et François Xavier Bellamy ont été les visages de cette génération aux Européennes. Pour Devecchio, « ils ne sont pas des épiphénomènes destinés à lifter les vieux partis politiques. Ils sont les signes d’une mutation profonde qui depuis Trump et le Brexit, touche toutes les démocraties occidentales. » 

L’incertitude est le maître mot de ce dossier. Le fait que cette génération soit le laboratoire d’un nouveau monde ne laisse en revanche, aucun doute.

Chroniques

8H34
26 min

L'Invité actu de la Matinale

René Frydman : "La PMA n'est pas une baguette magique"
L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......