LE DIRECT

La polémique des dons pour Notre-Dame// le rapport Mueller // Arthur Finkelstein

5 min

La polémique autour des dons pour reconstruire Notre-Dame / Le rapport Mueller aux Etats-Unis / Une enquête sur un influent conseiller politique

Crédits : Getty

« Notre-Dame et les milliardaires : pourquoi ça cloche ? »

L’annonce de dons par les grandes fortunes pour reconstruire la cathédrale fait polémique. Dans les rangs de la gauche, pourquoi cette générosité fait-elle polémique ? « Parce que ces grandes fortunes sont les grandes gagnantes des premières réformes fiscales du président des riches ( …) Parce que certaines d’entre elles ne paient pas tous leurs impôts en France et qu’elles pourraient profiter de ces dons pour moins verser à l’état. » répond Libération. Parmi les politiques qui réagissent, la tête de liste aux Européennes LFI Manon Aubry déclare : « J’ai l’impression d’avoir le classement des entreprises présentes dans les paradis fiscaux ». Pour Philippe Poutoux : « s’ils ont trop d’argent, qu’ils le mettent à disposition de la collectivité, il y a bien des urgences sociales ». Réponse cinglante du président du Medef Geoffroy Roux de Bézieux : il s’agit d’une « polémique minable ».

Mercredi, le journal Marianne dénonçait « un patrimoine-washing sur le dos de l’ État». La polémique vient de la défiscalisation des dons à hauteur de 60%. Défiscaliser, cela signifie que l’ État paie quasiment tous les frais, et que tous les contribuables y contribuent nous dit Marianne

Les deux grands PDG Pinault et Arnault ont eu beau annoncer qu’ils renonçaient à leurs avantages fiscaux, même le journal financier Forbes se pose la question: « combien vont nous coûter les dons des milliardaires? » Le magazine rappelle que le mécénat d’entreprise s’est multiplié par dix en quinze ans et que la Cour des comptes appelle à mieux l’encadrer. «  Alors que le président devait annoncer lundi soir un coup de rabot sur les niches fiscales, la situation est donc des plus cocasses ».

En ce qui concerne la dimension philanthropique du don, on trouve des éléments de réponse dans les pages du Monde ce matin. Dans l’analyse «  Suspicions autour d’un élan de générosité »  on apprend que les mécènes ne sont que 49 %  à demander la déduction fiscale. De plus, « ils financent en priorité des causes sociales plus que les projets culturels : les aides à l’éducation et à la santé, Les Restos du cœur, la recherche scientifique »... 

Mais pour Mediapart, cette notion de philanthropie est vue d’un autre œil, avec deux textes. Celui d’Anand Giridharadas, ancien chroniqueur du New York Times: "Des gens très riches qui devraient en réalité implorer notre indulgence pour leur évasion fiscale deviennent des héros parce qu’ils amènent des solutions aux problèmes qu’ils ont en partie causés (…) L’Etat français n’a pas assez de ressources à cause de ressources fiscales manquantes. Ces grandes fortunes sont en partie comptables de cette situation ». Aux États-Unis, précise-t-il, le don et le mécénat ont conduit à la privatisation de pans entiers de la culture. Loin d’être un cadeau,  à ses yeux  « la logique du don perpétue l’hyper capitalisme ».

Le deuxième texte de Mediapart, «  Pour la reconstruction de Notre-Dame: moins de souscriptions, plus de contributions! » est signé Romaric Godin. Pour lui aussi, la logique du don est vicieuse. Elle est le symptôme d’une politique de désengagement de l’Etat. Emmanuel Macron a appelé à une grande souscription. Mais pour Romaric Godin, il faut s’appuyer sur la solidarité nationale par la contribution. Avec pourquoi pas – chiche – un ISF Notre-Dame ? Promouvoir le don volontaire, c’est perdre de vue le principe de solidarité par l’impôt. 

«  Trump épargné mais pas innocenté »

La publication du rapport Mueller est à la une du Monde ce matin. L’enquête sur l’ingérence russe dans la campagne présidentielle américaine de 2016 a été publiée ce jeudi. Deux ans de travail, 448 pages. Il n’y a pas assez de preuves pour inculper Donald Trump. Tandis que le président s’exonère de toute responsabilité et crie victoire, le doute plane toujours. Le procureur spécial décrit de nombreuses liaisons dangereuses avec les Russes. Pendant des mois, Trump n’a cessé de mentir.  A-t-il tenté de faire obstacle à la justice ? Lorsqu’il a appris la nomination du procureur spécial, le président américain s’est écrié « Oh, mon Dieu ! C’est la fin de ma présidence. Je suis foutu ». Mais là aussi, sur l’obstruction, les preuves ne sont pas assez solides et certains documents ont été détruits nous dit le rapport. 

"Arthur Finkelstein : la fabrique du populisme"

La revue XXI a fait une longue enquête sur un ancien conseiller de Donald Trump : Arthur Finkelstein. Décédé en 2017, Arthur Finkelstein était l’un des plus puissants conseillers politiques du XXe siècle : « Il est sans doute celui qui a permis au plus grand nombre de politiciens de se faire élire au congrès des États-Unis». 

De Nixon à Reagan en passant par Trump. «  Let’s make America great Again » vient de lui. Lors des élections de 1995 en Israël,  il propulse Benyamin Netanyahou. Même ses biographes l’écrivent : « Tout ce que Bibi a fait pendant la campagne électorale était orchestré par Arthur ». La revue XXI ironise : « son dernier chef d’œuvre ? Victor Orban ».

La méthode Finkelstein est « un tutoriel du populisme de droite moderne ». Sa technique électorale : attaquer l’adversaire, lui faire perdre un nombre décisif de voix. Avec lui s’impose la technique du vote de rejet. 

Finkelstein était également un sondeur compulsif qui passait beaucoup de temps à identifier les opinions des populations. Avec lui s’est imposée « une nouvelle façon de gouverner: chaque décision est préalablement sondée. Les hommes politiques n’ont plus besoin de formuler des visions. Ils se contentent d’instrumentaliser ce qui agite le peuple ».  

En pleine période de campagne électorale européenne, voilà qui laisse songeurs. 

Chroniques

8H34
24 min

L'Invité actu de la Matinale

Denis Pelletier : "La crise de l'Eglise fait ressortir un pluralisme des catholiques en France"
L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......