LE DIRECT
Jair Bolsonaro le 10 décembre 2018

L’avenir incertain des démocraties, la politique option latin-grec et les fractures de l’économie Française

2 min

L'avenir politique incertain du Brésil et du Congo, nos actuels enjeux démocratiques sous l’éclairage de l'Antiquité, et les dynamiques économiques inégalitaires en France.

Jair Bolsonaro le 10 décembre 2018
Jair Bolsonaro le 10 décembre 2018 Crédits : Getty

L’avenir incertain des démocraties

L’avenir incertain des démocraties à travers le monde fait la une ce matin. Le tout sous le spectre d’Amos Oz. Le grand poète israélien et militant pour la paix est décédé hier.  « Amos Oz la paix en deuil » titre Libération. «  à l’heure où les extrêmes se déchainent ( …) sa disparition fait l’effet d’un coup de tonnerre dans un ciel déjà sombre ».  

En double une, sous le portait noir et blanc de l’écrivain, le ciel est gris en République Démocratique du Congo. Libération titre «  RDC : l’élection de toutes les peurs » : après les dix-sept ans du mandat de  Joseph Kabila, le scrutin se tiendra dimanche au Congo. «  La démocratie a-t-elle une chance de triompher? ». L’envoyé spécial à Kinshasa rapporte un climat tendu, entre la peur des fraudes électorales ou celle des répressions. 

Une autre élection inquiète Le Figaro, celle du président brésilien Jair Bolsonaro élu en octobre dernier. Le journal consacre ses quatre premières pages à son investiture prévue le premier janvier prochain. Comment le Brésil se prépare à l’arrivée de celui qu’on appelle le « Donald Trump tropical » ? Adorateur des dictatures de son propre aveu, pour lui, les questions sécuritaires sont prioritaires. « Le Brésil s’apprête à entrer dans une nouvelle ère politique pleine d’incertitudes. »

«  La politique option latin-grec »

De démocratie, il en est aussi question dans le supplément idée du journal Le Monde ce week-end, avec le dossier «  La politique option latin-grec». Pour les vacances scolaires, Le Monde nous fait réviser notre latin. Du césarisme, au bonnet phrygien en passant par Jupiter- le surnom d’Emmanuel Macron- l’Antique a la cote en politique.

Pour bien comprendre les notions de peuple et de démocratie qui sont au cœur de l’actualité, petit retour en arrière : le philosophe Gérard Bras revient sur l’étymologie du mot peuple. Populus, Plebes, et Vulgus, dès l'Antiquité, le concept de peuple est multiple, ambiguë et porte des connotations négatives. Plus tard, Rousseau écrira «  le peuple est défini par le mépris des grands ». 

Gérard Bras parle de Populus car selon lui : « le mouvement actuel exprime une crise de la représentation d’autant plus qu’elle a été confisquée par la technocratie (…) Il y a un côté sans culotte dans ce que nous vivons. Le principe « sans culotte », c’est le retour de la participation ». 

Ce que l’on peut comprendre de la contestation actuelle c’est que «  Non! La démocratie, ce n’est pas de voter tous les 5 ans ! »   Et dans ce sens, nous vivons certes un moment de crise politique, mais surtout un moment de grande vitalité démocratique.

« Fractures: la France malade de ses inégalités »

Dans la revue Alternatives économiques, une analyse détaillée  "Fractures: la France malade de ses inégalités". La revue revient sur les dynamiques économiques qui ont nourrit un sentiment d’injustice fiscale. 

Premiers point de fracture: les revenues. Selon l’INSEE, depuis 2008, le niveau de vie moyen des français est en baisse. Le montant du SMIC évolue plus lentement que l’ensemble des salaires. Et ce sont les plus modestes qui voient leur pouvoir d’achat de plus en plus réduit.  L’Observatoire national de la pauvreté a fait un calcul: pour vivre décemment dans notre société, pour une personne seule, il faudrait 1424 euros par mois.

Deuxième point de fracture : l’immobilier. Pendant ce temps, les prix du logement s’envolent. Ces vingt dernières années, la France serait le pays développé où les prix du logement ont le plus flambés. À Paris bien sûr, mais pas seulement.

Autre point de fracture : le déclassement. « Les classes moyennes sont en pannes d’avenir (…) La mobilité sociale ne fonctionne plus, la belle mécanique est grippée ».

Face à ce tableau peu réjouissant, on peut se tourner vers les pages du Monde de jeudi. Une étude annonce que 2019 sera l’année du pouvoir d’achat en France, avec une hausse ressentie conséquente. 

Chroniques

8H34
20 min

L'Invité actu de la Matinale

Jean-Marc Daniel : "Le cycle économique se retourne"
L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......