LE DIRECT
"Le Président nous a demandé de garder le rythme" Edouard Philippe

Réformer, réformer, réformer..

4 min

Pas moins de dix projets de loi annoncés par le gouvernement rien que pour le premier semestre. Analyse et commentaires dans la presse.

"Le Président nous a demandé de garder le rythme" Edouard Philippe
"Le Président nous a demandé de garder le rythme" Edouard Philippe Crédits : Benoit Tessier - AFP

On commence avec une liste, celles des réformes annoncées par le Président.

"Rentrée au pas de charge pour l’exécutif" titrait Le Monde hier. Avec pas moins d’une dizaine de projets de loi annoncés rien que pour le premier semestre. 

Projet de loi sur l’alimentation, le logement, les transports, les entreprises, sur l’audiovisuel public, la réforme de l’Etat.

Réformes aussi de l’assurance-chômage, de l’apprentissage et de la formation professionnelle. 

Réforme, encore, de l’asile et de l’immigration. Et enfin réforme – c’est certainement déjà le mot de l’année 2018 - de la Constitution pour diminuer le nombre de députés et introduire une dose de proportionnelle aux législatives. 

Il faut dire que le contexte est particulièrement favorable rappelle le journal : les oppositions peinent à se faire entendre et les syndicats sont divisés

Nicolas Barré dans son édito aux Echos mardi enfonçait le clou : on ne pardonnerait pas à la nouvelle majorité de ne pas profiter de la chance offerte par la reprise mondiale. Une France qui ose se réjouit-il même s’il y a aussi des angles morts : rien par exemple pour réduire nos dépenses publiques déplore-t-il.

2018 sera-t-elle l’année des privatisations ? Se demandait de son côté Le Figaro, en début de semaine. L’Etat préparerait la vente d’Aéroports de Paris et de la française des Jeux croit savoir le journal. Même si aucune décision n’a encore été prise. Il s’agirait en fait de vendre les participations de l’Etat dans ces entreprises. Avec un portefeuille d’action de 70 milliards d’euros il y a de quoi faire en matière de privatisations explique le Figaro. 

Aux Etats-Unis un nouveau livre sur Donald Trump fait déjà scandale..

Il ne parait que dans trois jours mais il est déjà qualifié de livre explosif par la presse. Le feu et la fureur du journaliste Michael Wolff est un récit vu de l’intérieur de la première année de Donald Trump. The Guardian et le New York Magazine en publient les bonnes feuilles. Et Mediapart notamment nous raconte les enjeux de ce livre. 

Certes son auteur est un journaliste qui adore les ragots, les stars et l’argent, rappelle le journal, mais il a bénéficié d’une place de témoin privilégiée, une sorte de canapé semi-permanent à la Maison Blanche avec l’accord de Trump

Outre les anecdotes sur le comportement et la psychologie du Président l’intérêt de ce livre pour Mediapart c’est le témoignage de Steeve Bannon l’ancien directeur de campagne, l’idéologue d’extrême-droite limogé en août.

Il dénonce le flirt de la famille Trump avec les officiels russes. Bannon parle même de « trahison patriotique »

Des déclarations, certes, motivées par des coups à plusieurs bandes et nourries de haines recuites. Mais jamais Bannon n’avait été aussi loin rappelle Mathieu Magnaudeix qui signe l’article. 

Deux affaires sont en cause : l’ingérence russe sur la présidentielle américaine et une éventuelle obstruction de la justice par Trump. Une enquête est en cours. 

Et l’enjeu est de taille car elle pourrait déboucher sur la révélation de crimes fédéraux, voire sur un impeachment du Président. Et pour en comprendre tous les enjeux on lira le reste du dossier de Mediapart : « Au cœur du Russiagate ». 

Autre livre qui a fait l’actu cette semaine : La Communauté (Albin Michel), portrait de la ville de Trappes.

« Trappes, une ville singulière, une ville inouïe » ont confié à l’Obs les deux auteurs du livre : Ariane Chemin et Raphaëlle Bacqué. Toutes deux journalistes au Monde. 

Trappes, une ville qui concentre tous les grands événements qui ont secoué le pays expliquent-elles. Le communisme municipal au pouvoir durant 70 ans, le déclin du monde ouvrier, le chômage. Mais aussi l’immigration, rénovation urbaine, renouveau religieux et les départs en Syrie. La ville détient le record d’Europe de jeunes partis faire le djihad.

Un sujet tabou, surtout pour les élus. On parle à peine de la place prise par la religion constatent-elles. Pourquoi ? Parce que la réputation de la ville est un enjeu. Comment attirer des habitants, des élèves ou des entreprises à Trappes si l’image est trop dégradée ? 

Pourtant la ville est aussi le berceau de nombreuses figures populaires : Omar Sy, Jamel Debbouze, Nicolas Anelka, le rappeur La Fouine ou encore l’humoriste Sophia Aram y sont nés. 

Mais ils sont partis vivre ailleurs. En attendant les journalistes racontent la fin des emplois aidés. Trappes, une ville, comme tant d’autres, à laquelle l’Etat donne peu, et lui demande beaucoup.

L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......