LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Jacques Higelin en 1986 à la Fête de l'Huma

Higelin disait : « Le monde est trop grave pour qu’on le prenne avec gravité »

4 min

Dans la revue de la semaine, retour sur les affrontements meurtriers à Gaza, la chute de l'ex Président Lula qui n'échappera pas à la prison et hommage à Jacques Higelin décédé hier.

Jacques Higelin en 1986 à la Fête de l'Huma
Jacques Higelin en 1986 à la Fête de l'Huma Crédits : ANDRE DURAND - AFP

Retour sur les affrontements meurtriers à Gaza qui ont fait 18 morts vendredi dernier et 7 hier ainsi que de nombreux blessés.

"Tuer pour dissuader, Israël assume ses méthodes" pouvait-on lire dans Mediapart jeudi après la première journée de mobilisation. 

"Comment, en effet, expliquer que l’armée ait tiré à balles réelles ?" se demande le journal. "N’a-t-elle pas à disposition de nombreuses autre méthodes non-létales pour repousser ou maîtriser les manifestants qu’elle juge menaçants ?" 

Interrogé, le porte-parole de l’ONG Breaking the Silence, Yahuda Shaul, un vétéran de l’armée israélienne explique «  dans de nombreux cas, quand l’armée fait face à des soulèvements de Palestiniens elle considère que le moyen de les calmer ou de les faire stopper est d’infliger des dommages sérieux ».

C’est plus complexe tempère Amos Harel, spécialiste des questions militaires pour Haartez. « Je ne pense pas qu’il y ait eu une intention délibérée de la part de l’armée israélienne de tuer un maximum de Palestiniens ».

Le saura-t-on un jour ? Les Nations Unies et l’Union Européenne ont réclamé une enquête indépendante, qu’Israël a pour le moment refusé.

Et pendant que les gazaouis manifestent, « le monde arabe se détourne de la Palestine » analyse Le Point qui constate que les réactions officielles sont restées bien discrètes depuis vendredi dernier.. Depuis la guerre des Six Jours le consensus dominant voulait qu’Israël soit la principale menace stratégique contre laquelle il fallait faire front. Mais ce chapitre est clos. 

En témoigne aussi selon Le Point cette déclaration choc du Prince héritier d’Arabie Saoudite lundi qui a fait part de sa conviction du droit d’Israël à l’existence. C’est le nouvel axe Ryad-Jerusalem qui se dessine contre l’ennemi commun iranien. Résultat la « question palestinienne » se retrouve marginalisée… 

On poursuit avec la chute d’une icône au Brésil, l’ex Président Lula n’échappera pas à la prison.

Et c’est "un coup sans doute fatal" estime Le Figaro pour l’ancien Président qui visait un 3e mandat à l’élection d’octobre et dont il reste le favori. Lula, qui ne s'est pas rendu à la police comme prévu hier

Condamné à 12 ans et un mois de prison ferme pour des affaires de corruption Lula espérait rester en liberté le temps de ses ultimes recours. Et c’est ce qui lui a été refusé par la Cour Suprême jeudi. « Une décision favorable à Lula aurait encouragé la culture de l’impunité qui prévaut au Brésil » se félicite un professeur de droit brésilien interrogé par le Figaro. 

Il faut dire qu’en Amérique Latine "la lutte contre la corruption a pris une place centrale dans le débat public" analyse Gaspard Estrada dans The Conversation

Mais les juges ont transformé leur action en" croisade morale et politique", y compris,  "en utilisant des ressources illégales". 

Gaspard Estrada estime que Lula fait face à une "persécution judiciaire". Il rappelle que l’ancienne présidente Dilma Roussef a été destituée pour corruption par des opposants bien plus corrompus qu’elle. 

En Amérique Latine rappelle le chercheur "l’usage politique de la justice et le judiciarisation de la politique ne sont pas une nouveauté". Dès le XIXe siècle, résonnait cette sentence : « Aux amis, la justice et la grâce, aux ennemis, la loi ». 

On termine avec une disparition. Jacques Higelin le poète, acteur et chanteur est décédé hier.

Et ils sont nombreux les hommages que vous pouvez lire dans la presse depuis hier. C’est la Une de Libération ce matin qui lui consacre 6 pages avec en guise de titre cette citation : « Sur la terre, face au ciel, tête en l’air, amoureux ».

A noter le très beau portrait du Monde sous la plume de Yann Plougastel qui nous retrace la longue carrière de Jacques Higelin, ce « rêveur impénitent », cet artiste « fantasque et bondissant » écrit-il. 

Higelin qui disait : « Le monde est trop grave pour qu’on le prenne avec gravité ».

Fils d’un cheminot et d’une mère au foyer il nous raconte l’enfant poussé très tôt vers la musique et le monde du spectacle, les radio-crochets, les petits rôles au cinema puis le café-théâtre. 

Plougastel raconte : "un soir, à la Vieille Grille, près du Jardin des Plantes à Paris, il est minuit, le spectacle s’achève.. Higelin monte sur scène et lance aux spectateurs : « Attendez ! Ne partez pas ! J’ai quelque chose à vous dire ! » Il se met à raconter des histoires, à chanter, à faire rire… Personne ne part. Au petit matin, le patron Maurice Alezra offre café et croissants à tout le monde. Et engage Jacques Higelin".

« Une vie d’une intensité rare » raconte la journaliste Valérie Lehoux qui fut son amie et qui partage ses souvenirs dans Telerama

Higelin, "un fou sans doute, dit-elle, un fou génial aux audaces et la créativité impossibles à cadrer. Loco, loco, lançait-il dans son dernier album". 

"Higelin n’aura pas chanté pour chanter" écrit Valérie Lehoux mais "pour partager et pour vibrer. Chanté comme on fait l’amour. Chanté pour se sentir vivant". 

L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......