LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Ah ça ira !

5 min
À retrouver dans l'émission

"Révolution" : c'est en ces termes que le Premier Ministre évoque la réforme du Code du travail. Pour autant, la réforme sera étalée jusqu'en 2018 ; dans le même temps, le droit de vote des étrangers est abandonné en rase campagne. Et Michel ONFRAY donne une interview croisée avec Mylène FARMER.
Les aristocrates à la lanterne, les aristocrates on les pendra… c’est à peu près tout ce qu’on a retenu aujourd’hui de ce chant révolutionnaire de 1790, écrit par un certain Ladré.

Code du travail
Code du travail

On se souvient moins de : « Ah ça ira, ça ira, ça ira… l’égalité partout régnera… » En voilà un bel objectif, une belle utopie révolutionnaire… Faut-il imaginer que le Premier Ministre a les paroles de « Ah, ça ira ! » en tête lorsqu’il promet, précisément, une « révolution » en ce qui concerne la réforme du Code du Travail ? Rien n’est moins sûr…

En tout cas, ce terme de « révolution » n’a pas échappé aux éditorialistes ce matin… mais c’est la plupart du temps pour le railler… « Une réforme, non, Une révolution… Diable ! écrit Jean-Michel SERVANT dans le Midi Libre. Après ses cafouillages sur l’impôt des retraités ou le calcul des allocations handicapés, Manuel VALLS tente de montrer un meilleur visage en s’attaquant au Code du Travail. »

« La révolution attendra » c’es le titre de l’édito d’Etienne LEFEBVRE dans les Echos. « Diantre, François HOLLANDE aurait-il décidé de renverser la table en concrétisant l’engagement de mener des réformes ambitieuses d’ici 2017 ? On en est loin, malheureusement. Matignon assure qu’il ne saurait être question de déroger à la durée légale du travail, au SMIC ou au Contrat de travail. »

Analyse divergente, mais même conclusion à gauche pour l’Humanité, qui évoque le « démembrement du Code du travail » et d’un « travail de tripatouillage des textes de loi, qui annoncent des pertes massives de droits pour les salariés ».

« Parler de révolution comme l’a fait le Premier Ministre, ou de réformette comme l’affirment ses détracteurs de droite, c’est aller un peu vite en besogne, tempère Patrice CHABANET du Journal de la Haute Marne. Attendons ce que donnera la réécriture de ce qui demeure un énorme pavé juridique, riche en sujet pour les étudiants en droit mais devenu un labyrinthe pour les praticiens au quotidien. » Même analyse sous la plume de Daniel MURAZ dans le Courrier Picard : « Juridique, le sujet est sensible. Et fortement idéologique, car dans les faits, le Code du Travail n’empêche pas l’économie de tourner ni de licencier et sa prétendue complexité tient surtout aux dérogations successives qu’on y a fait entrer ».

Une autre révolution a fait long feu… celle du droit de vote des étrangers

« Il ne faut pas courir après les totems » a déclaré le Premier Ministre… « La démocratie, un totem ? L’égalité, un totem ? écrit Maud VERGNOL dans l’Humanité. La République a mis un siècle et demi à reconnaître le droit de vote des femmes, et persiste à le refuser aux étrangers qui se sont installé en France depuis plus de cinq ans. A Clichy-sous-bois, où des litres de larmes de crocodiles ont été versées la semaine dernière, plus de 37% de la population est privée du droit de voter aux élections municipales, souligne-t-elle dans son édito »

« Manuel VALLS a raison : il ne faut pas courir après les totems » écrit pour sa part Grégoire BISSEAU dans Libération. Un totem, c’est encombrant. Et cela ne sert pas à grand-chose, sauf peut-être à vouloir se faire appeler « castor méditatif » ou « ours vaillant » un soir d’étoiles filantes, au coin du feu. Un totem – ce à quoi on voue un respect quasi religieux, chose sacrée selon la définition du Larousse – n’a finalement rien à faire dans un espace public laïc et désacralisé. »

Mais ce n’est pas ce mot, totem, qui a retenu mon attention ce matin… c’est une expression, elle aussi employée par le Premier Ministre… une expression beaucoup plus neutre, extrêmement courante dans le discours public, et qui dit bien l’absence totale de paradigme idéologique des responsables politiques, de droite comme de gauche. C’est le Figaro qui le rapporte : Manuel VALLS a déclaré hier, à propos du droit de vote des étrangers : « Ce n’est plus le sujet ».

« Ce n’est pas le sujet ». Le degré zéro de l’assertion. Une façon neutre, vide de rejeter un fait, une idée, un argument… à l’aide de ce mot, « sujet », tellement polysémique qu’il ne porte plus aucun signifié. Le sujet de quoi ? Du discours ? du verbe ? de sa majesté ?

Le droit de vote des étrangers, ce n’est pas le sujet. La refonte tardive du Code du Travail, ce n’est pas le sujet. La réforme fiscale, la baisse de la natalité, l’inversion de la courbe du chômage, la défaite du XV de France en Coupe du Monde de rugby, le prix Goncourt de littérature, ce n’est pas le sujet. Plus rien n’est le sujet de rien. Il ne reste que des objets, flottants, isolés, dans un monde où plus rien n’aurait de rapport avec rien où nous-mêmes ne sommes plus des sujets, alors que jamais nous n’avons été aussi assujettis.

Heureusement Nicolas, il reste le philosophe.

Et oui Guillaume, il reste le philosophe… et dans sa quête pour nous éclairer, pour nous aider à retrouver du sens dans ce monde qui en est vidé, il est commodément accompagné cette semaine par… la chanteuse…

Le philosophe et la chanteuse… c’est Michel ONFRAY et Mylène FARMER qui accordent une interview croisée au journal le Point. Michel ONFRAY qui publie un conte illustré par Mylène FARMER… un petit bijou d’entretien, je vous en livre un extrait : à la question, « Qu’enviez-vous le plus l’un chez l’autre », Michel ONFRAY répond « L’envie n’est pas l’un de mes moteurs ». Mylène FARMER embraye « Ses lunettes, je les adore ! »

Alors j’ai beau jeu, nous avons beau jeu de nous moquer ici, à France Culture, en présence d’un prix Goncourt de littérature, décerné hier à Saint-Germain-des-Prés… Michel ONFRAY dénonce d’ailleurs cela dans l’interview, il évoque « ce petit monde où il est de bon ton de mépriser la chanson qu’on écoute discrètement chez soi et d’affecter un goût pour les icônes susceptibles de vous classer socialement. »

L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......