LE DIRECT

Alternance de joie et de peine

5 min
À retrouver dans l'émission

De la recherche d'équilibre zen dans le discours sur les réfugiés, la dédiabolisation des frontières ou des exilés, la mort de Guy Béart et la recherche du bonheur Joie et Peine, allégresse et contrition, ou encore souplesse et fermeté… Tout réside dans la quête de la juste dualité ce matin, on frôle la spiritualité Zen et le Yin et le Yang, à la lecture des éditoriaux après le discours de Manuel VALLS sur les réfugiés devant l’Assemblée Nationale. Le noyau de l’idéologie gouvernementale réside dans la dichotomie, et c’est à celui qui trouvera la plus pertinente ce matin.

« Cœur juste et main ferme » selon Yann MAREC dans le Midi Libre. Manuel VALLS a manié « avec intelligence le cœur de sa gauche, et le poing de sa droite ». « Subtil dosage ou numéro d’équilibriste » s’interroge Laurent BODIN dans l’Alsace : les deux, mon général, « alternant entre humanisme et fermeté… solidarité et responsabilité ».

Main tendue à un réfugié syrien dont l'embarcation s'est échouée en mer
Main tendue à un réfugié syrien dont l'embarcation s'est échouée en mer Crédits : Reuters

« Hier à l’Assemblée Nationale, Manuel VALLS oscillait entre le devoir d’ouverture et le désir de fermeture » estime encore Pierre FREHEL dans le Républicain Lorrain… ce qui vaut à Yves THREARD dans l’édito du FIGARO des accents qui rappellent ceux d’une certaine Marie-France GARAUD en 1981 dans sa lettre à Valéry GISCARD d’ESTAING… « On attendait une vision d’avenir, on a eu droit à un exercice d’autosatisfaction. On souhaitait des propositions fermes et concrètes, on a entendu une litanie de formules éculées ».

Et dans cette recherche de la juste balance, de l’équilibre ZEN… c’est Guillaume TABARD dans le FIGARO qui en pointe la source – ou plus exactement le point de balance, de jonction… c’est la notion de frontière, celle qui sépare un côté de l’autre… celle qui divise également… et qui vient de s’installer au centre des préoccupations sur l’immigration…

Ce mot « tabou », laissé depuis longtemps au Front National qui se réinvite dans le débat, à droite comme à gauche… « Des frontières pour sortir de l’Union Européenne, des frontières pour la forcer à se réformer, des frontières pour la faire fonctionner : l’esprit n’est évidemment pas le même », mais avec 80% des français interrogés par un sondage qui se disent favorable à un retour du contrôle aux frontières… la frontière, comme le Front National, est « dédiabolisée » estime Guillaume TABARD.

Et si, au lieu de dédiaboliser les frontières… on dédiabolisait les migrants ?

C’est ce que se propose de faire la Croix dans son supplément Livres et idées… avec un dossier complet qui nous rappelle, et ce n’est pas tout à fait désagréable, que la littérature est avant tout une terre de refuge…

On lira avec plaisir le papier de Frédéric BOYER, « Migrants, mémoire du monde »… papier qui nous invite à retrouver la figure du réfugié chez Homère, Virgile ou Saint-Augustin…

Tenez, Virgile justement dans l’Enéide qui fait dire aux femmes troyennes… « Depuis la ruine de Troie, sept ans qu’on nous transporte, qu’on nous fait traverser les flots, toutes les terres, des rochers inhospitaliers, sous tous les cieux, roulées par les vagues de la grande mer, à la poursuite d’une Italie qui se dérobe ».

« Qui est d’autre Abraham, dans la Bible, sinon celui qui reçoit promesse d’une terre faisant de lui et de ses descendants des migrants », écrit encore Frédéric BOYER… vous pourrez également lire un entretien avec l’historien Patrick BOUCHERON qui rappelle que dans l’histoire du droit d’asile, l’hospitalité n’est pas un devoir, elle est un droit chèrement acquis… c’est dans ce supplément Livres et idées de La Croix que je vous recommande bien chaleureusement ce matin…

Et oui parce qu’outre l’actualité, le temps pourri, les journées qui raccourcissent… il y a en plus la mort de Guy BEART

Et oui Guillaume il y a des jours comme ça où rien ne va… et il faut avouer par ailleurs ce matin que la mort de Guy BEART n’a pas été une source d’inspiration folle pour les différents journaux, on retrouve en boucle les mêmes titres inspirés des chansons… « Il n’y aura plus d’après » bien sûr… dans l’Humanité et le Parisien… « Guy BEART s’en est allé » dans la Croix.

C’est Libération qui, je trouve, consacre les plus belles pages, le plus bel hommage à BEART, que l’on apprécie ou non la musique et la personnalité du chanteur, que GAINSBOURG avait traité de blaireau chez Bernard PIVOT…

On appréciera tout particulièrement cette photo… Guy BEART, Enrico MACIAS et Raymond DEVOS en 1966… celui qui tient la guitare est…

Sans oublier le nécessaire hommage de grands noms de la chanson… « un grand poète » pour Juliette GRECO, « un mélodiste de génie » selon Julien CLERC, « un auteur compositeur interprète incomparable pour… ah François HOLLANDE… un chansonnier peut-être…

Alors pour faire une croix sur cette grise matinée… pour retrouver un peu d’équilibre zen dans vos humeurs… voici quelques pistes glanées dans la presse…

Il y a la piste Hervé GAYMARD en dernière page du FIGARO, qui dispense les conseils de son « insurrection contre la dépression nerveuse française »… l’ancien ministre de l’agriculture publie un « best of » de notre histoire nationale, qui met en exergue ces moments où les français ont su se rassembler, comme la coupe du monde football de 1998 par exemple…

Puisqu’on est dans le sport… il y a aussi la piste Philippe de SAINT-ANDRE… « Pour que la France retrouve le moral, on doit être champions » estime le sélectionneur du XV de France, dans le Parisien, à deux jours du début de la Coupe du Monde de Rugby pour la France, samedi contre l’Italie…

Et pour vous Guillaume… en dernier recours… eh bien il y a toujours l’édito d’Alain DUHAMEL dans Libération dont je sais que vous êtes friand.

L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......