LE DIRECT

Ca sent le pâté

6 min
À retrouver dans l'émission

Les réactions dans la presse ce matin au rapport de l'OMS concernant la viande rouge et la charcuterie, considérées comme cancérogènes, et les divisions sur la charte européenne sur la défense des langues régionales.
Voilà un rapport qui fait couler beaucoup d’encre et beaucoup de salive ce matin… La viande rouge… et plus encore, la viande transformée… le pâté donc, et avec lui toute la charcuterie, seraient donc cancérogène à divers degré… plutôt plus pour la charcuterie, plutôt moins pour la viande rouge…

viande rouge
viande rouge

C’est un rapport d’une agence française, liée à l’Organisation Mondiale de la Santé qui l’affirme… et d’un coup d’un seul, c’est un concert d’indignation à demi-dissimulée qui résonne dans la presse ce matin…

Il faudrait donc arrêter de manger de la viande rouge, tout est dangereux, on frôle le ridicule, et un bon steak tout de même ça n’a jamais fait de mal à personne… bref, une étude qui est vécue comme une intrusion dans notre mode de vie, dans notre confort quotidien… un appel de plus à la privation en somme…

Le Figaro, qui consacre une double page à cette étude, titre par exemple : « La viande… ses vertus et ses vices »… « Accusée de favoriser diabète et maladie cardio-vasculaire, les viandes rouges et charcuteries nous apportent aussi des nutriments essentiels… et du plaisir ».

« Il faut donc se méfier de tout, écrit Dominique DELPIROUX dans la Dépêche du Midi : la bavette à l’échalote et la côte à l’os rejoignent désormais le pilori où l’on avait cloué avant elles le pop-corn au micro-onde, les sodas gazeux, les édulcorants artificiels, les farines raffinées, l’huile de palme et le saumon d’élevage. Mais vivre n’est jamais sans risque. Alors on peut aussi oser défier le destin et l’OMS en se jetant, à l’occasion, sur une tête de veau ravigote » estime l’éditorialiste.

C’est bien tout cela qui est en jeu… le sentiment que ce rapport nous plonge un peu plus dans une société de défiance, ou sous prétexte de principe de précaution, tout doit nous être interdit… « Viandes cancérogène, les lectures anxiogènes d’une étude » titre Libération qui essaye tant bien que mal de trier le bon grain de l’ivraie… « La conclusion « il ne faut donc pas manger de viande du tout » serait ainsi criminelle écrit Sylvestre HUET, puisque des centaines de millions d’êtres humains seraient en meilleure santé s’ils avaient un peu plus de viande à leur menu. Mais à l’inverse, pour les populations des pays développés à l’agriculture très productive, le rôle d’une alimentation trop riche en graisse animale dans la survenue des maladies cardio-vasculaires, responsable d’un tiers des morts en France, est bien documenté. »

Parce qu’au-delà des cris d’orfraie et de l’indignation de « comment ça, je n’ai plus droit à mon bout de terrine à midi »… ce que pointe avant tout ce rapport, ce sont les dangers liés à la surconsommation… Le Figaro rappelle par exemple que les français consomment 270 grammes de charcuterie par semaine… là où la consommation recommandée est de 100 grammes par semaine… c’est presque trois fois moins.

Et les Echos et le Figaro ont beau rappeler que ce rapport inquiète l’industrie de la viande, qui craint un nouveau coup dur… alors que la crise des éleveurs est encore dans tous les esprits… à grands renforts de convocation d’experts ou de médecins, comme le Dr Fabrice PIERRE qui déclare dans le Parisien que la viande n’est pas mauvaise pour la santé, rassurez-vous, il n’est surtout pas question de devenir végétarien et de passer séance tenante au régime brocoli-quinoa matin midi et soir… analyse partagée par le professeur Philippe LEGRAND qui explique dans le Figaro que le régime végétalien – c'est-à-dire sans aucun apport de produit animal, ni œuf, ni produits laitiers – peut même s’avérer dangereux…

Eh bien on nage ce matin en pleine dissonance cognitive collective… parce que ce que dit, simplement, ce rapport, est quelque chose d’assez simple et d’assez intuitif finalement : manger trop de charcuterie, manger trop de viande… un régime excessif en produits carnés, c’est dangereux pour la santé. On le sait, et depuis plus longtemps qu’hier…

Réduire les apports en viande et en graisses saturées, c’est plutôt meilleur pour votre corps… et à quelques semaines de la COP21… alors que le bétail issu de l’élevage intensif, est l’une des sources majeures d’émissions de gaz à effet de serre… et nous amène par ailleurs doucement à une ère dangereuse, où les antibiotiques, massivement utilisés sur le bétail en batterie pour éviter la propagation de maladies, finiront par ne plus fonctionner sur nous… L’OMS, toujours elle, estime qu’en 2050, la résistance aux antibiotiques sera la première cause de mortalité humaine… sans parler des scandales sanitaires, des conditions révoltantes d’abattage des animaux comme à l’abattoir d’Alès dont 30 secondes d’images devraient suffire à vous faire régurgiter votre café… bref… la belle dissonance cognitive que voilà : nous savons, tous, que réduire la viande, ou l’arrêter complètement, c’est bon pour notre organisme, c’est bon pour la planète, bref… ça n’a, en fait, que des avantages.

Mais au moment où un rapport nous indique qu’il faudrait faire une petite entorse à notre confort de vie quotidienne… alors là non, franchement… « touche pas à ma tête de veau ravigote » !

Et ce matin, ça sent le pâté aussi… pour les langues régionales…

Oui, le Sénat doit examiner cet après-midi, très probablement pour le rejeter, le texte sur la Charte européenne des langues régionales… « Une charte sur le bout de la langue »… titre l’Humanité… c’est un serpent de mer qui divise, voire déchire le monde politique français depuis 23 ans maintenant… « Et revoilà la charte, écrit Philippe MARTINAT dans Le Parisien, une charte qui pourrait bien ressembler à l’un des meilleurs albums d’Astérix, la Zizanie ! »

C’était l’engagement numéro 56 du candidat Hollande, rappelle La Croix. C’est une Charte européenne, donc, qui a pour objectif de protéger les langues « historiques » du territoire européen… 25 pays l’ont déjà ratifiée…. Le problème, c’est que pour la France, il faut une révision constitutionnelle… donc la convocation du Congrès, rappelle encore le Parisien…

Faut-il ou non défendre les langues régionales… est-ce un patrimoine à sauvegarder à tout prix, et dans le cadre des institutions nationales… ou un risque de repli communautaire… c’est le Pour ou Contre que propose Libération dans ses colonnes… un divergence d’opinions que vous retrouverez également dans le Figaro… sous la plume de Pascal SALIN, qui défend, dans une Europe où de plus en plus de provinces manifestent leur désir d’indépendance, comme la Catalogne ou l’Ecosse, la préservation des particularismes régionaux comme source de richesse et d’innovation… ou à l’inverse, sous la plume d’Anne-Marie LE POURHIET, qui estime que « revendiquer de pouvoir rédiger ses chèques en breton, ou de pouvoir s’exprimer en alsacien ou en corse au tribunal c’est gaspiller un argent public considérable pour ce qui relève du fantasme identitaire et du militantisme idéologique ».

Alors… pâté ou quinoa… gascon ou français pour tous… je vous laisse à votre examen de conscience…

L'équipe
Production
À venir dans ... secondes ...par......