LE DIRECT

L'esprit de Noël

6 min
À retrouver dans l'émission

Tour à tour, chacun des journaux se convertit à l'esprit de Noël : chanteuses populaires, temps des étrennes, cadeaux au Père Noël, tout y passe ! Même si certains n'ont pas été très sages...
Vos journaux ce matin se convertissent tous les uns après les autres à l’esprit de Noël… l’esprit de Noël, c’est un ensemble de sentiments positifs, comme la joie, l’espoir, le bien être… et figurez-vous qu’il a même été analysé par des scientifiques, comme nous l’explique 20 minutes… l’esprit de Noël stimule des zones bien précises de notre cerveau, ce sont des chercheurs danois qui l’ont démontré dans une étude publiée dans le British Medical Journal… et plus particulièrement les zones liées à la spiritualité… mais aussi, plus surprenant, à la reconnaissance des visages et des émotions…

Illuminations de Noël
Illuminations de Noël Crédits : Reuters

Ainsi le Figaro diffuse-t-il depuis hier l’esprit de Noël jusque dans son bandeau, qui s’est couvert de petits flocons… et titre ce matin : « Crèches de Noël : ces maires qui font de la résistance »… avec une double page consacrée à cette préconisation de l’AMF, l’Association des Maires de France, pourtant présidée par le maire de Troyes LR François BAROIN, qui explique que l’installation de crèches dans les espaces publics n’est pas compatible avec la laïcité… « La crèche est-elle un symbole religieux ou une tradition ? s’interroge Etienne de MONTETY dans son édito… qui cite Jean-Paul SARTRE, qui déclarait « La Nativité m’avait paru le sujet capable de réaliser l’union la plus large des chrétiens et des incroyants ». La crèche, gage d’union, poursuit Etienne de MONTETY… en ces temps où il n’est question que de concorde et de fraternité, les tenants d’une laïcité excessive seraient bien inspirés de méditer la leçon. »

Ca c’était pour la partie de votre cortex cérébral dévolu à la spiritualité… pour celle qui concerne la reconnaissance des visages et des émotions, vous vous tournerez ce matin vers Le Parisien, qui ne mégote pas non plus avec l’esprit de Noël en Une, avec cette double affiche de luxe : Mireille et Kylie chantent Noël… en duo inédit avec Tino ROSSI pour l’une… avec Iggy Pop ou revisitée par Coldplay pour l’autre… à vous de choisir…

Le Parisien qui vous gratifie ce matin d’une double interview de ces « Petites mamans Noël », interview sans concession sur les souvenirs de Noël de l’une comme de l’autre… ou vous apprendrez, entre autres, que le pire cadeau de Noël reçu par Kylie MINOGUE est une paire de chaussons roses avec des oreilles de lapin.

Ce qui me renvoie directement au billet d’Alain REMOND, dans la Croix, lui aussi habité par l’esprit de Noël… intitulé « Le fer à repasser », Alain REMOND écrit « C’est un chiffre qui donne le vertige : 23,8% des Français redoutent d’avoir un fer à repasser à Noël, selon un sondage tout ce qu’il y a de plus sérieux. » Or, qui a déjà offert ou reçu un fer à repasser Noël… ? Très peu de monde, voire personne. Alain REMOND en conclut que « la peur des Français de se voir offrir un fer à repasser à Noël est une peur immémoriale, qui remonte à la nuit des temps, probablement à l’âge des cavernes. (…) D’où vient cette peur irrationnelle du fer à repasser à Noël, qui, depuis des siècles et des siècles, traumatise l’inconscient collectif des Français ? ». Je vous laisse méditer cette question.

L’esprit de Noël, c’est aussi celui qui récompense les enfants sages…

Oui et en l’occurrence, il y a une grande fille, et son vieux papa qui n’auraient pas été très sages, l’année dernière, au moment de déclarer leur patrimoine… « Patrimoine : la famille LE PEN ne montre pas tout », titre le Parisien, en référence au domaine familial de Montretout à Saint-Cloud… « Décidément, les ennuis judiciaires s’accumulent sur le bureau de la famille LE PEN, écrit Olivier BEAUMONT. Après la mise en examen du Front National pour recel d’abus de biens sociaux et complicité d’escroquerie portant sur le financement des législatives de 2012, et tout dernièrement l’ouverture d’une enquête préliminaire après la diffusion d’images violentes par Marine LE PEN sur son compte Twitter, voilà cette dernière et son père suspectés d’avoir sous évalué leur patrimoine ! »

Et pas qu’un peu, la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique soupçonne les LE PEN d’avoir sous estimé de 2 tiers leur patrimoine.

« On se souvient de l’enthousiasme avec lequel Marine LE PEN dénonçait les mensonges de Jérôme CAHUZAC, quand l’ex-ministre fut contraint de démissionner, à cause du compte suisse qu’il avait tenté de cacher. » Si elle s’était félicitée à l’époque de l’avènement de cette Haute autorité, « elle était loin de s’imaginer qu’elle pesterait un jour ». Mais si une telle infraction est passible de 45 000 euros d’amende, trois ans de prison et dix ans d’inéligibilité », le journal Le Monde rappelle que le seul précédent, jusqu’à présent, est celui de l’ex-ministre Yamina BENGUIGUI, condamnée pour des déclarations incomplètes, mais dispensée de peine, compte tenu notamment « de son parcours professionnel et politique et du dépôt d’une déclaration rectificative, même tardivement ».

Et Noël, c’est également la période des étrennes…

Et pour pouvoir donner des étrennes, encore faut-il avoir quelques sous de côté… « Qui veut donner des millions ? » titre encore le Parisien, concernant les primaires à droite. « La fin de l’année, c’est le temps des étrennes, mais pour les candidats à la primaire, la chasse aux dons, c’est toute l’année », compte tenu du fait que le parti Les Républicains n’avance pas un euro aux candidats. Le Parisien propose donc un petit palmarès, qui nous montre que dans la course aux étrennes, Alain JUPPE a les faveurs du père Noël et est largement en tête, ayant récolté près de 3 millions d’euros, devant François FILLON, 1 million 7 et Bruno LEMAIRE, un million… quant à Nicolas SARKOZY, le président du parti, mais pas encore officiellement candidat… c’est l’inconnu de l’équation. Impossible de savoir à cette heure combien son association de soutien a récolté.

Les candidats seront donc certainement intéressés par cet article de l’Humanité, qui fait suite à celui des Echos hier… article qui explique comment en 2014, « les dispositifs de partage des profits pour les salariés ont été cinq fois moins élevés que les dividendes versés aux actionnaires ». Selon une étude du cabinet ERES, les plus grosses entreprises françaises ont diminué de 7% les primes qu’elles versent aux salariés… seule 1 entreprise sur 10 reverse davantage à ses salariés qu’à ses actionnaires. Aujourd’hui, la redistribution des entreprises cotées va dans la poche de l’actionnaire pour 21 622€, et pour seulement 4286€ dans celle des salariés, c’est cinq fois moins.

Voilà, maintenant, candidat à la primaire ou non, que vous croyiez au Père Noël ou non… vous savez à qui demander les plus grosses étrennes cette année.

L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......