LE DIRECT
L'acteur Harry Dean Stanton, le 1er octobre 2014 à West Hollywood, en Californie.

La disparition de l'acteur Harry Dean Stanton / "Jeu d’échecs" / Le Fête de l'Humanité / Libération de Loup Bureau

2 min
À retrouver dans l'émission

.

L'acteur Harry Dean Stanton, le 1er octobre 2014 à West Hollywood, en Californie.
L'acteur Harry Dean Stanton, le 1er octobre 2014 à West Hollywood, en Californie. Crédits : ALBERTO E. RODRIGUEZ / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP - AFP

Libération rend hommage à l’acteur américain Harry Dean Stanton. L'acteur charismatique et mutique de "Paris-Texas" de Win Wenders est mort vendredi à 91 ans. Le journaliste Philippe Garnier explique que l’acteur était une sorte de doudou porte-bonheur pour beaucoup de cinéastes : Jonh Carpenter, Francis Ford Coppola et bien sûr David Lynch, avec lequel il partageait un goût de l’étrange et de l’humour tordu. Philippe Garnier affirme que "Lynch écrivait des rôles pour lui, comme on ajoute un bémol sur une partition".

L’éditorial de Fréderic Vézard dans Le Parisien-Aujourd’hui en France évoque avec véhémence le "jeu d’échecs" qui a réduit le parti Les Républicains - à qui tout le monde prédisait, il y a un an, un triomphe électoral – à spéculer sur les échecs du Président de la République. Selon l'éditorialiste, ce "jeu d'échecs" réduit aussi le parti à espérer que la grogne sociale oblige le gouvernement à virer à gauche, ou pire encore, à souhaiter secrètement une situation de crise sur le front terroriste, point supposé faible de l’équipe au pouvoir. Il conclut, je cite, "ce jeu d’échecs aussi incertain que malsain est loin de constituer un programme".

Le site d’information Mediapart titre "la Fête de l'Humanité, la belle unité des gauches vire au fiasco". Le journaliste Manuel Jardinaud explique que le Parti Comuniste Français avait invité les formations de gauche à se rencontrer pour livrer une image d’unité, photo à l’appui. Mais Pierre Laurent, son secrétaire général, s’en est pris directement à Jean-Luc Mélenchon et l’illusion de rapprochement s’est vite envolée.

Dans les pages du quotidien l’Humanité, Caroline Constant explique que le journaliste français de 27 ans, Loup Bureau, a été libéré, mais n'est pas tiré d’affaire. Mercredi dernier, le procureur de Sirnak a signifié son acte d’accusation, et les charges qui pèsent contre lui demeurent. Le quotidien affirme qu’il sera visiblement jugé en son absence et ce jugement, s’il se confirme, pourrait avoir des conséquences dramatiques. Son père résume l’affaire : "S’il est condamné, il sera sous la menace d’Interpol, et ne pourra donc plus faire son métier de journaliste".

L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......