LE DIRECT
"Twitter ne remplace pas les tribunaux", prévient dans les pages du Parisien de ce matin, Marlène  Schiappa.

Mais comment se défendre?

2 min
À retrouver dans l'émission

.

"Twitter ne remplace pas les tribunaux", prévient dans les pages du Parisien de ce matin, Marlène  Schiappa.
"Twitter ne remplace pas les tribunaux", prévient dans les pages du Parisien de ce matin, Marlène Schiappa. Crédits : LUDOVIC MARIN / AFP - AFP

"Porc sur le grill", titre Libération ce matin, qui rappelle qu’aux Etats-Unis, un mouvement similaire au hashtag "balance ton porc" (lancé vendredi sur Twitter et qui s’est répandu de manière fulgurante) un mouvement similaire donc, s’est déclenché aux Etats-Unis, dimanche après-midi, à partir d’un tweet de l’actrice américaine Alyssa Milano invitant les femmes victimes de harcèlement ou d’agression sexuels à écrire : "moi aussi" en statut. A cette heure, note le quotidien, les mots de l’actrice ont été retweetés 13 mille fois, ont généré 36 mille réponses, et ont été likés 26 mille fois. On apprend en lisant Libération qu’une femme sur cinq sera sexuellement harcelée durant sa vie professionnelle. "Mais comment se défendre?"», interroge le journal, sachant que, porter plainte est un parcours du combattant : deux ans et demi de procédure au bas mot, et des frais d’avocat. Avec une chance d’aboutir loin d’être garantie. "Depuis 2008, explique le délégué générale de L’Association européenne contre les violences faites aux femmes au travail : il y a 1000 dossiers au pénal tous les ans pour harcèlement, pour en moyenne une centaine de condamnations seulement". Le Parisien explique que chez "Viols Femmes Info", depuis que l’affaire Weinstein a été révélée au public, le standard explose. Selon le quotidien, en 2011, les appels avaient doublé après l’arrestation de DSK. Aujourd’hui, une nouvelle étape est franchie. Marlène Schiappa, secrétaire d’Etat à l’Egalité entre les hommes et les femmes quant à elle considère "qu’on ne peut pas dire aux femmes sans cesse : vous expliquez mal comment vous avez été agressées, vous racontez mal votre harcèlement sexuel. Evidemment, twitter n’est pas une cour de justice, il ne remplace pas les tribunaux, mais il faut encourager toutes les initiatives qui aident à prendre la parole sur ces sujets".

L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......