LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
L'Assemblée Nationale

Eloge de la piscine

6 min
À retrouver dans l'émission

Le point commun entre le passage en force sur la loi travail via l'article 49.3 et l'ouverture du festival de Cannes : c'est la piscine

L'Assemblée Nationale
L'Assemblée Nationale Crédits : Charles Platiau - Reuters

La piscine, c’est un peu le liant, le point commun entre les deux principales actualités rapportées par vos journaux ce matin… le 49.3 et le festival de Cannes…

Alors vous allez me dire… quel rapport entre le 49.3 et la piscine… parce que Cannes, bon, on imagine assez bien… mais le 49.3 c’est moins clair… Eh bien vous avez peut-être vu passer sur les réseaux sociaux, depuis hier soir, cette image d’un tonfa… vous savez, la matraque des policiers… avec des cotes, des mesures qui indiquent qu’un tonfa… ça fait 49 en longueur… et 3 sur la poignée… 49.3, allégorie de la violence, du passage en force etc.

J’ai bien sûr voulu vérifier cette information… qui s’avère totalement fausse… un tonfa standard, ça fait entre 58 et 65 centimètres de long, pas du tout 49… même si le diamètres est bien de 3 centimètres… en revanche, quand on tape 49 par 3 dans Google, on tombe sur les dimensions standard d’une piscine de jardin… précisément d’une piscine ovale autoportante…

Ceci étant rectifié pour la plus grande édification de nos auditeurs… et des nombreux manifestants contre la loi travail qui ont pu goûter, ces dernières semaines, du contact direct de ces 58 ou 65 centimètres… Venons-en à la presse du jour… Il faut dire qu’on va vite faire le tour des éditos concernant ce 49.3 : « Un terrible aveu d’échec » dans Libération, « une défaite cuisante de l’exécutif » dans la Croix, « un passage en force aux allures d’aveu de faiblesse », dans l’Est Républicain… bref, si je vous les cite tous, cette revue de presse risque de devenir particulièrement redondante...

On appréciera la plume lyrique de Jean LEVALLOIS, dans la Presse de la Manche : « Nous sommes un peu comme dans une journée où les nuages s’amoncellent, où l’air est lourd, où l’orage gronde, se fait oppressant et où on finit par le souhaiter pour que la fraîcheur revienne et que la vie reprenne son cours, apaisée. On se rend compte qu’il doit se passer quelque chose, que l’année qui vient ne peut rester en suspension. Que survient déjà le temps de l’impatience. »

Jean LEVALLOIS qui se demande si un changement de Premier Ministre ne permettrait pas à l’exécutif de tenir, de se relancer pour cette dernière année avant les élections… Parce que qui dit 49.3, dit motion de censure proposée par la droite, et peut être aussi par l’extrême gauche… même si cette motion de censure a peu de chances de passer… on appréciera cet encart, assez amusant si on s’en tient à la formule, dans le Parisien : « la censure, comment ça marche »… dans un journal, avouez que ça laisse rêveur.

Donc si on en croit les journaux, le 49.3, c’est vraiment toucher le fond de la piscine…

C’est en tout cas écueil politique pour le chef de l’Etat. Patrice CHABANET le résume en ces termes dans son édito du Journal de la Haute-Marne : « Malgré ses dons de grand synthétiseur, François HOLLANDE a perdu la main dans l’art du compromis. (…) S’il se représente l’année prochaine, l’absence de vision claire lui sera forcément préjudiciable. L’élection présidentielle vise à rassembler une majorité sur un projet, pas sur un malentendu. »

Il y a malgré tout un point de vue discordant ce matin… c’est celui de Nicolas BARRE dans les Echos… son billet commence ainsi : « L’article 49.3 de la Constitution est un bon outil démocratique. Il permet d’éviter de se trouver pris en otage par une minorité. Frondeurs de gauche ou frondeur de droite, il s’en trouve à toute époque pour tenter de peser du poids politique qu’ils n’ont pas. Ceux-là aimeraient faire passer cet article pour un dévoiement de la démocratie alors que c’est tout le contraire : il la protège contre une minorité qui voudrait faire la loi. »

Nicolas BARRE qui n’est par ailleurs pas tendre avec la loi EL KHOMRI rappelle entre autres que le 49.3 a été créé pour éviter de retomber dans l’immobilisme de la IVème République, ou que des réformes comme les privatisations sous la droite, ou la CSG sous la gauche sont passées grâce au 49.3. Et il conclut : « Une majorité peut être fragile, même relative. Il n’empêche qu’elle est censée gouverner tant qu’une majorité alternative ne s’est pas constituée autour d’un autre projet de gouvernement. (…) Ces opposants en chambre peuvent crier très fort leur opposition et se draper dans leurs principes, c’est sans risque : ils garderont leur siège. Le vrai test eût été que le chef de l’Etat annonce à l’avance la dissolution de l’Assemblée nationale au cas où la majorité n’aurait pas adopté la loi EL KHOMRI. On aurait pu alors compter les courageux. »

L’autre piscine du jour est plus glamour… c’est la piscine cannoise

Oui 49.3 et Cannes, les deux actus du jour qui se partagent la Une de Libé, avec ce double titre : « Cannes, à quoi ça sert/49.3, pourquoi ça le dessert » sur une photo de François HOLLANDE.

Alors en cette journée d’ouverture de la 69ème édition du festival de Cannes… posons-nous la question avec Libération : à quoi ça sert… une douzaine de personnalités du cinéma tente de répondre à cette question piège dans les colonnes du journal : Thierry FREMAUX, le délégué général du festival assure que « pour certains pays, une sélection, c’est cinq ans d’industrie nationale devant soi ». Pour Matilde INCERTI, attachée de presse de films indépendants, c’est « une visibilité et une accessibilité pour ce type de films qui, sinon, prendrait plusieurs années de travail de fond », tandis que pour la réalisatrice Valérie DONZELLI, c’est « comme un carnaval où se côtoient la superficialité totale et de grands esprits », quand Luc DARDENNE raconte que lors de la remise de sa palme pour l’Enfant, palme qu’il a dédiée à la journaliste Florence AUBENAS « qui était encore en captivité », « elle m’a raconté que ses geôliers irakiens avaient vu la cérémonie et étaient venus lui dire qu’on parlait d’elle à Cannes. Même eux regardaient la remise des prix… »

On pourra également se replonger dans les racines du festival, avec l’Huma ; s’il a été créé en 1939… la première « vraie » édition est celle de 1946 explique le journal… « au lendemain de la seconde guerre, il s’agit de retrouver des liens qui retisseront l’amitié entre les peuples : la reconstruction sera aussi culturelle, et le projet du Festival international du film ne tarde pas à refaire surface. Il n’y avait à l’époque qu’un festival d’envergure, la Mostra de Venise, crée en 1932, mais plombée par les prix Mussolini qu’on y remet. (…) L’édition de 1939 était restée mort-née, celle de 1946 s’annonce possible, malgré la difficulté du contexte. (…) Deux villes sont candidates, sûres de remplir les conditions imposée : Biarritz et Cannes. On sait laquelle des deux l’emportera. »

Chroniques
8H55
3 min
La Séquence des partenaires
La Séquence des partenaires : Mercredi 11 mai 2016
L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......