LE DIRECT
l'Institut Européen de l'Université UCL, à Louvain-la-Neuve, mardi 29 novembre 2016.

Peut-on encore débattre sur la laïcité ?

2 min
À retrouver dans l'émission

.

l'Institut Européen de l'Université UCL, à Louvain-la-Neuve, mardi 29 novembre 2016.
l'Institut Européen de l'Université UCL, à Louvain-la-Neuve, mardi 29 novembre 2016. Crédits : JOHN THYS / BELGA MAG / BELGA - AFP

Islam, laïcité, le difficile dialogue, remarque La Croix. Le sujet fait la Une du journal catholique qui se demande si "on peut encore débattre sur la laïcité". La Croix explique que ces-jours-ci, plusieurs réseaux militants laïques sont montés au créneau pour dénoncer l’influence de réseaux islamistes et, plus largement, l’influence des religions dans la société. L’ opinion publique, semble plus sereine, note le quotidien, qui s’appuie sur un sondage Opinion Way pour la Licra, qui indique que deux tiers des Français estiment que la religion n’a pas pris plus de place dans nos modes de vie actuels. Dans le contexte de grande tension, souligne La Croix, et même de crise, au sein du monde musulman, rares sont les lieux de débat constructif sur les questions liées à la visibilité de l’islam. Les Universités restent des lieux indispensables pour construire un débat de fond, constate le journal. Conscients des effets délétères du silence comme de la controverse dès lors qu’il s’agit d’islam, explique le quotidien, des chercheurs de l’Université de Louvain-la-Neuve en Belgique, ont décidé d’aborder la question de front. Divers événements ont été organisés, l’occasion de mener des débats réflexifs sur les sujets les plus sensibles : les phobies réciproques, les discriminations au travail ou encore, les relations entre jeunes musulmans et non-musulmans. Les chercheurs de l’Université de Louvain-la-Neuve en Belgique ont proposé plusieurs pistes : renoncer aux catégories simplistes du type "l’islam est… ", ou encore "les musulmans sont… " utilisées par des non-musulmans mais aussi des musulmans, ainsi qu’aux discours avançant des vérités absolues, comme par exemple : "l’échec dépravé des sociétés occidentales" ou "l’échec d’intégration". Enfin, ils suggèrent aussi et surtout que c’est important de prendre de la hauteur et de mesurer l’ampleur de la crise que vit aujourd’hui, je cite toujours les chercheurs, le monde musulman et son "travail laborieux" pour se confronter à cette modernité qui le traverse.

L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......