LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Le professeur Antonio Damasio assiste à une conférence de presse avant la cérémonie des grades honorifiques à l'occasion de la fête patronale de l'université KU Leuven, le 4 février 2013.

Antonio R. Damasio: "nos cerveaux disposent de tableaux de contrôle semblables à ceux des usines ou des avions"

2 min
À retrouver dans l'émission

Les pages Idées de l’hebdomadaire L’Express sont consacrées cette semaine au dernier livre du célèbre neurologue et neuroscientifique Antonio R. Damasio, "l’Ordre étrange des choses".

Le professeur Antonio Damasio assiste à une conférence de presse avant la cérémonie des grades honorifiques à l'occasion de la fête patronale de l'université KU Leuven, le 4 février 2013.
Le professeur Antonio Damasio assiste à une conférence de presse avant la cérémonie des grades honorifiques à l'occasion de la fête patronale de l'université KU Leuven, le 4 février 2013. Crédits : YORICK JANSENS / BELGA / AFP - AFP

Selon L’Express sa démarche est à la fois simple et vertigineuse : démontrer que raison et émotion ne s’opposent pas, comme on l’a longtemps cru, mais fonctionnent tel un binôme complice.

Damasio est convaincu que, sans émotion, nos raisonnements sont biaisés et que nos choix les plus simples peuvent produire des décisions aberrantes.

"L’Ordre étrange des choses" évoque en permanence l’homéostasie, cette force irrépressible que le vivant porte en lui, qui œuvre à la continuation de la vie et en régule toutes les manifestations, qu’elles soient biologiques, psychologiques et même sociales.

"L'erreur de Descartes" 

Pour le neurologue la dichotomie passion-raison est l’une des bévues fondatrice de l’Occident, nommée par Damasio, "l’erreur de Descartes".

Le magazine a publié quelques extraits de "l’Ordre étrange des choses" où Damasio montre, que les sentiments, qui se situent en quelque sorte à la jointure du psychologique et du biologique, sont des révélateurs de la relation entre le système nerveux et le corps.

La place des émotions dans notre prise de décision ne serait donc absolument pas négligeable.

Les sentiments, dit-il dans son livre, peuvent nous agacer ou nous ravir, mais ce n’est pas leur but premier. Ils sont conçus pour la régulation vitale". 

"Ils nous fournissent des informations de notre homéostasie ou sur notre condition sociale. Ils nous alertent quant aux risques, aux dangers devant être évités". 

Selon le professeur de neurologie, neurosciences et de psychologie, ce sont certainement les sentiments qui sont à la source de l’élaboration des instruments et des pratiques culturelles humaines.

L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......