LE DIRECT

Noir c'est noir

5 min
À retrouver dans l'émission

Noir c'est noir, en Turquie suite à l'attentat de samedi, en France avec la progression du Front National et à la coupe du monde de rugby, avec l'affrontement samedi prochain entre le XV de France et les All Blacks.
Il faut bien avouer que ce matin Guillaume, le panorama du monde dressé par la presse quotidienne n’est pas exactement de ceux qui vous emplissent d’un optimisme démesuré, qui vous mettent au cœur un rayon de soleil ou d’espoir en l’avenir à court ou à moyen terme…

Il y a l’attentat qui a fait plus d’une centaine de morts en Turquie pour commencer… « Le scénario du pire » titre Libération… et le rôle central du président et ex-premier ministre, Reccep Tayyip ERDOGAN, ce « pompier devenu pyromane » écrit Marc SEMO.

Famille d'une victime de l'attentat de samedi en Turquie
Famille d'une victime de l'attentat de samedi en Turquie Crédits : Reuters

« Toujours plus enivré de son pouvoir, convaincu d’avoir été désigné par Dieu pour remettre la Turquie dans le sillon de son histoire musulmane et pour lui rendre son rang dans le monde, celui que ses opposants pourfendent comme le « nouveau sultan » est devenu le principal facteur d’instabilité, dans un pays happé peu à peu par le chaos de la guerre en Syrie »

« Recep ERDOGAN règne sur le chaos », écrit également Partick APEL-MULLER dans l’Humanité. « Le président turc a choisi de mener campagne dans le sang. A trois semaines des élections législatives turques, le bilan s’élève à des centaines de victimes, kurdes pour la plupart, bombardées, civils et combattants du PKK mêlés, assassinés par les nervis du parti au pouvoir, l’AKP, brisés par les attentats que la police n’a pas cherché à empêcher »

Parce qu’à l’heure actuelle, cet attentat de samedi au cœur d’une manifestation du parti de gauche pro-kurde, l’HDP, n’a toujours pas été revendiqué. Si le nom de DAESH revient le plus souvent, des voix s’élèvent pour désigner ERDOGAN lui-même… ou tout du moins, le fait que le gouvernement d’ERDOGAN ait laissé se produire cet attentat, c’est en tout cas l’opinion du représentant européen du HDP, Eyyup DORU qui déclare dans l’Humanité qu’ERDOGAN et DAESH sont les deux faces d’une même pièce, et qu’il pense « très clairement que les auteurs de cet attentat sont connus du gouvernement ».

Le problème, c’est qu’aujourd’hui, Ankara est un « partenaire obligé » selon la Croix pour les dirigeants européens, pour mieux contrôler le flux de réfugiés syriens. « Courtisé par l’Europe comme par les Etats-Unis en raison de la position stratégique de son pays, Recep Tayyip ERDOGAN n’en inquiète pas moins, désormais, ses alliés et ses partenaires occidentaux, écrit encore Marc SEMO, qui conclut : un basculement de la Turquie dans la violence aura un effet dévastateur bien au-delà du pays lui-même. Ce scénario du pire devient une possibilité. »

Noir c’est noir en France également…

Et si le Front National ne gagnait pas deux, mais trois régions aux élections de décembre ? C’est le scénario que détaille ce matin Le Figaro… dans son édito, Paul-Henry du LIMBERT se permet un soupçon d’anticipation : « On imagine sans mal ce que seront les commentaires du 6 décembre au soir, à l’issue du premier tour des élections régionales. La gauche dira son « effroi », la droite son « inquiétude », ce qui ne changera rien à l’affaire. »

Et l’éditorialiste n’y va pas avec le dos de la cuiller pour analyser dans le détail le terreau sur lequel fructifie le vote FN : « Un chômage endémique, une politique économique désastreuse, des impôts punitifs, une justice dont le laxisme est revendiqué, une école soumise au bon vouloir de tous les docteurs Folamour de l’Education Nationale » … ça c’est pour la gauche… « La droite, hélas, n’est pas en reste, écrit-il encore. Depuis tant d’années, elle dit beaucoup et fait très peu, tétanisée par ce qu’en dirait la gauche. Rien à l’horizon n’incite à l’optimisme ? Peu importe ! Ce qu’a dit Nadine MORANO est beaucoup plus alarmant… »

Mais ne nous arrêtons pas en si bon chemin… Daniel SCHNEIDERMAN pousse la politique fiction un cran plus loin dans son billet hebdomadaire dans les colonnes de Libé : sous le titre « Nadine MORANO 2017, 20h », il imagine comment Nadine MORANO emporterait la présidentielle, face à Manuel VALLS, après avoir trôné au centre de la vie politique grâce à la complicité tout à fait active de la presse, à qui elle a permis de vendre plus que jamais durant la campagne.

Avec des couvertures comme « La transgressive », « Jusqu’où ira-t-elle », « Jeanne d’Arc réveille toi, elle est devenue folle »… « Tu peux parler, réplique un journaliste du Point à un autre de Marianne, quand vous avez fait « la plus triste histoire de blondes de tous les temps, vous lui avez fait gagner 7 points d’un coup »

Et voilà que les médias s’engouffrent dans tous ses dérapages, assurés de ventes record… « à la moindre de ses sorties sur les mosquées, les hamburgers hallal, les abattages rituels – ah cette intrusion masquée dans un abattoir avec Brigitte Bardot ! – les menus des cantines, les performances sexuelles des Noirs, l’hygiène des restaurants chinois. Le jour où la candidate avait fait irruption dans les cuisines d’un restaurant coréen pour prouver que les Coréens mangent du chien, la photo avait fait la Une du New York Times »…

Et pour conclure… on plonge dans le noir.

Oui, « Dans le noir » c’est le titre de l’Equipe ce matin, suite à la défaire du XV de France hier face à l’Irlande en coupe du monde de Rugby. « Les bleus n’ont pas vu le jour face aux Irlandais ». Les français vont donc être confrontés aux terribles All Blacks en quart de finale… une perspective aussi excitante que terrifiante… « Ca promet face aux Blacks » titre le Parisien… qui tente de se rassurer en rappelant qu’à deux reprises dans son histoire, le XV de France a réussi à déjouer les pronostics et battre les néo-zélandais, en 1999 et 2007.

Si le rugby n’est pas trop votre truc, un autre type de plongée dans le noir est possible… c’est à lire dans le Figaro, à l’approche d’Halloween, la Mairie de Paris a privatisé, pour une somme rondelette… les catacombes. C’est le site d’hébergement AirBnb qui a acheté le droit d’installer dans la nuit du 31 octobre au 1er novembre une petite chambre douillette au milieu des ossuaires. On parle de 300 000 euros récoltés par la municipalité parisienne. Comme les catacombes ne sont ni classées nécropole, ni monument historique, cette privatisation ne peut être assimilée à une éventuelle violation de sépulture.

Voilà, un tout dernier mot pour conclure… vous avez ouvert ces matins à 6h30 en disant qu’il ne serait question ni de sport, ni de Nadine MORANO… vous voilà donc pris en flagrant délit de mensonge. Quand je vous disais que cette semaine commence mal…

L'équipe
Production
À venir dans ... secondes ...par......