LE DIRECT
L’écrivain indien Pankaj Mishra présente une vision du monde, dans laquelle le populisme et l’extrémisme religieux découlent d’un même mal : la frustration des laissés-pour-compte de la modernité.

Pankaj Mishra : "Pour comprendre la violence terroriste, il faut revenir aux racines de la modernité"

2 min
À retrouver dans l'émission

Dans un entretien à paraître aujourd'hui dans le Courrier International, le grands penseur de la mondialisation, l’écrivain, essayiste et critique littéraire Pankaj Mishr analyse les déchirements de notre monde actuel.

L’écrivain indien Pankaj Mishra présente une vision du monde, dans laquelle le populisme et l’extrémisme religieux découlent d’un même mal : la frustration des laissés-pour-compte de la modernité.
L’écrivain indien Pankaj Mishra présente une vision du monde, dans laquelle le populisme et l’extrémisme religieux découlent d’un même mal : la frustration des laissés-pour-compte de la modernité. Crédits : HENDRIK SCHMIDT / DPA - AFP

Dans les pages de Courrier International - partenaire des Petits Matins, à paraître aujourd’hui, un grand entretien avec l’un des plus grands penseurs de la mondialisation, l’écrivain, essayiste et critique littéraire, Pankaj Mishra. Il est question des déchirements de notre monde actuel et de son nouveau livre "Age of Anger", qui essaye justement de les décortiquer.

Pankaj Mishra affirme dans ce long entretien donné à Der Spiegel, que si l’on veut comprendre le terrorisme islamiste d'aujourd’hui et la relation qu’il entretient avec l’Occident, il ne faut pas se pencher sur le Coran, il est bien plus intéressant, dit-il, d’étudier l’Allemagne du 19ème siècle et la façon dont la modernisation s’y déroule. Pankaj Mishra évoque un temps où l’Allemagne ne faisait pas encore partie de l’Occident, où elle se forgeait une identité en se démarquant de l’Occident. Il rajoute que l’histoire du terrorisme débute à la fin du 19ème siècle avec la violence anarchiste et l’attentat de la Bourse de Paris. Selon l’essayiste, les terroristes ont toujours eu les origines ethniques et idéologiques les plus diverses, il souligne qu’aucune tradition religieuse ne porte au terrorisme.

L’écrivain mentionne dans son livre - et dans cet entretien - deux principaux penseurs : Voltaire et Jean-Jacques Rousseau. Il soutient la thèse selon laquelle la fracture qui explique le mieux les déchirements politiques actuels se situe entre une classe d’individus qui ont tiré profit de la mondialisation, qui ont des réseaux dans le monde entier, sont bien éduqués et vivent dans les métropoles prospères et d’autre part, une majorité d’individus qui se sentent lâchés et trahis par cette classe, se considèrent victimes et viennent de zones rurales. Pankaj Mishra croit que l’Occident est composé de sociétés profondément divisées qui n’ont plus fonction de référence pour le reste du monde.

L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......