LE DIRECT
Unes de Libé, du Figaro et du Parisien après la tuerie d'Orlando en Floride

Tuerie d'Orlando: géométries variables

6 min
À retrouver dans l'émission

Pas un seul gros titre de la presse du jour ne mentionne que le club visé par le tueur d'Orlando était un club homosexuel, réflexions sur l'invisibilisation.

Unes de Libé, du Figaro et du Parisien après la tuerie d'Orlando en Floride
Unes de Libé, du Figaro et du Parisien après la tuerie d'Orlando en Floride Crédits : Radio France

Il est assez surprenant quand on regarde le panorama des Unes de la presse française ce matin de constater à quel point il y a un grand absent… un mot, une expression qui ne figure dans aucun des grands titres… on va faire le test tous ensemble si vous le voulez bien… « Attentat islamiste à Orlando, la terreur et la haine » dans le Figaro… « Tuerie de masse dans une boite de nuit en Floride » dans l’Humanité. « Les Etats-Unis frappés par la pire tuerie de leur histoire » dans les Echos. « Nuit d’horreur en Floride » dans Le Parisien. « Orlando, nouvelle plaie béante » dans Libération.

Voilà… il ne manque pas quelque chose ?

Eh oui… pas un grand titre qui inclut cette information, qui n’est pourtant pas accessoire… cette discothèque, ce club… c’est un club gay. Une information qui ne figure même pas dans les sous-titres du Parisien, ou de l’Huma. Le fait que ce soit la communauté homosexuelle qui ait été visée par cet attentat est donc a priori, une information accessoire, pas essentielle, pas de celle que l’on met dans les gros titres. Et on pourrait presque sourire, si ce drame n’était pas si tragique, au fait que le Figaro a choisi pour sa photo d’illustration une femme qui pleure dans les bras d’un homme.

Amis et proches se retrouvant près du commissariat d'Orlando
Amis et proches se retrouvant près du commissariat d'Orlando Crédits : Steve Niesus - Reuters

Cette pratique a un nom, elle est souvent d’ailleurs assez inconsciente… ça s’appelle l’invisibilisation… un peu comme si au lendemain des attaques de Charlie Hebdo, la presse avait évoqué des attentats contre des bureaux… ou après l’Hyper Casher, contre un supermarché. Sans préciser la nature de la cible de l’attaque terroriste…

Parce que, s’il reste à déterminer les motivations exactes du terroriste… il n’y a pas de doute sur la nature de l’endroit qui était visé. Sur la cible de l’attaque. Et le problème avec l’invisibilisation, c’est qu’elle permet de faire « comme si », de minimiser en quelque sorte la portée du geste… C’est ce qui permet, par exemple, à des personnes qui ont pris des positions notoirement hostiles aux personnes homosexuelles, de faire « comme si » et de se fendre de messages de compassion et d’oublier comme par magie la nature de la cible visée… La Manif pour Tous par exemple s’est fendu d’un petit tweet hier, signifiant « sa peine immense pour les victimes et leurs familles »… alors même que son porte-parole, en septembre dernier, parlait dans la presse du « lobby gay » comme du « Daech de la pensée unique ». On mesure aujourd’hui encore plus amèrement la profondeur de cette réflexion… Ou Christine Boutin, récemment condamnée pour avoir parlé de l’homosexualité comme une abomination, d’envoyer sans sourciller « sa compassion pour les victimes »… ces abominables victimes, donc.

C’est encore cette invisibilisation qui préside lorsque, dans les messages de soutien de plusieurs personnalités politiques – de François Hollande à Nicolas Sarkozy, de Bruno Le Maire à Marine Le Pen, de Jean-François Copé à Alain Juppé, ne figure pas une seule mention du fait que c’est bel et bien la communauté homosexuelle qui paye aujourd’hui le tribut de la barbarie terroriste. Et que, quelles que soient les conclusions de l’enquête, il est incontestable que les terroristes cherchent à atteindre des cibles précises, pour leur importance symbolique : la communauté juive, un journal satirique, la jeunesse multiculturelle d’un quartier parisien ou aujourd’hui, la communauté homosexuelle américaine, autant de symboles que leur idéologie meurtrière vomit et qui payent une fois de plus le prix du sang.

Et pour conclure sur cette notion d’invisibilisation… le Pulse, cette discothèque gay et lesbienne d’Orlando, n’est pas qu’une discothèque gay et lesbienne. C’est une discothèque fréquentée majoritairement par des noirs et des latinos. Et ça, pour le coup, tout le monde semble s’en moquer éperdument.

Le motif homophobe semble pourtant se dessiner dans le parcours du tueur

C’est en tout cas ce que laissent penser les premières déclarations du père du tueur, cité par le Parisien : « il a indiqué dans une rapide interview à la chaîne NBC que son fils avait été très choqué « après avoir vu deux hommes s’embrasser devant lui et son épouse » et que « cet événement l’avait mis particulièrement en colère ». Une colère d’autant plus furieuse que « ce baiser avait été fait en présence de son fils ». Un père qui ne croit pas que ce fils perdu ait pu « commettre cet acte au nom de la religion » mais seulement « par pure haine de la communauté homosexuelle » - comme s’il y avait une gradation dans l’inacceptable, entre terrorisme religieux et meurtre homophobe.

Hier soir, un rassemblement spontané s’est tenu à Paris… seul le Parisien y consacre un encart… seule une petite centaine de personnes sont venues se recueillir. « Nous sommes là avec un sentiment partagé de tristesse et de colère, témoigne la porte-parole de l’Inter LGBT. Avec cet attentat, on voit aujourd’hui la LGBTphobie, mais cette vague de haine envahit nos vies tous les jours dans les gestes, les paroles, les actes et continue à tuer. »

Et apparemment, il s’en est fallu de peu pour qu’un nouveau drame survienne, puisque quelques heures à peine après la tuerie d’Orlando, un homme a été arrêté à Los Angeles, sa voiture chargée d’armes, avec pour but de se rendre à la Gay Pride… il faut rappeler que la législation américaine sur la criminalisation des actes homophobes au niveau fédéral n’est que très récente… c’est un article à lire sur le site Slate ce matin… après avoir longtemps été bloquée par Georges Bush qui a toujours « menacé de mettre son veto sur toute législation pénalisant les crimes de haine sur la base de l’orientation sexuelle et de l’identité de genre ». C’est finalement Barack Obama qui la fera voter en 2009… une loi qui n’aura recueilli que le vote de 5 sénateurs Républicains au Sénat… son plus farouche opposant reprochait alors à ses « collègues d’avoir simplement cédé à la cause politique du moment. »

A lire également : Tuerie d'Orlando : les réactions dans le monde

Un fusillade qui repose également la question des armes à feu

Oui, comme à chaque tuerie de masse sur le sol américain – et il y en a plus d’une par jour… revient la question de la vente d’armes à feu, et d’armes de guerre qui se réinvite dans le débat public, à 5 mois de l’élection présidentielle. Un échec personnel pour Barack Obama… « Malgré toute sa bonne volonté, Barack Obama n’est pas parvenu à faire reculer ce fléau, écrit Christophe Lucet dans Sud-Ouest. Et ce malgré l’avalanche de tueries qui ont émaillé ses huit ans de présidence. »

« Comme Obama, Hillary Cinton s’oppose au surpuissant lobby des armes, la NRA explique Jean-Louis Hervois dans la Charente Libre. Du même avis dans le passé, Donald Trump s’est renié depuis. Il en fait désormais des tonnes pour flatter des marchands d’armes capables de faire perdre une élection. Les Américains lui ont déjà partiellement répondu. Il ne s’est jamais vendu autant d’armes que depuis l’élection d’Obama  tant la crainte est forte de voir les démocrates toucher au fameux amendement. On compte aux Etats-Unis une fusillade par jour, en moyenne. »

Chroniques

8H55
3 min

La Séquence des partenaires

La Séquence des partenaires : Lundi 13 juin 2016
L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......