LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Un pas en avant, deux pas en arrière

5 min
À retrouver dans l'émission

Un pas en avant, deux pas en arrière : c'est ce que tirent les éditorialistes de la gestion des impôts par le gouvernement, et le sort réservé aux veufs devenu soudain éligible à l'impôt. Quant au climat, à un mois de la COP21, ce sera deux pas en arrière... et c'est tout !
Cette expression, qui résonne régulièrement dans les manifs tous bords confondus… et qui nous vient de Lénine, qui publie en 1904 un essai titré « Un pas en avant, deux pas en arrière »… Eh bien c’est un peu ce matin la lecture qu’ont les éditorialistes du rétropédalage du gouvernement sur la question des impôts pour les veufs…

Ours polaire sur la banquise
Ours polaire sur la banquise Crédits : Arturo de Frias Marques

Petit résumé de l’affaire… la fin de la demi-part fiscale en plus dont bénéficiaient les veufs et veuves a été votée en 2008, sous Nicolas SARKOZY… il s’agissait d’une suppression dégressive… Sept ans plus tard, de nombreuses personnes se sont donc retrouvées subitement éligibles aux impôts locaux… Ce qui a conduit le ministre du budget, Christian ECKERT, à appeler les gens concernés à ne pas s’acquitter de l’impôt…

« Un ministre de la République qui appelle les contribuables à ne pas payer un impôt, c’est du jamais vu » s’insurge Stéphane ALBOUY dans le Parisien. Un rétropédalage dans l’urgence qui consterne à peu près toute la presse ce matin… « Rien ne peut justifier le traitement en urgence absolue des effets indésirables d’une loi de 2008 que François HOLLANDE a eu largement le temps d’amender lors de ses nombreuses mesures fiscales, pourrez-vous lire dans la Charente Libre. Rien, sauf des errements en matière de prévision qui débouchent sur une improvisation confinant à la panique politique et dont l’impact prévisible dans les urnes ne s’effacera pas d’un trait de plume. »

« On ne peut que s’étonner que le gouvernement n’ait pas anticipé ce nouveau choc fiscal, ne serait-ce que pour éviter cet ascenseur émotionnel aux centaines de milliers de Français qui ont dû se dire l’espace de quelques jours qu’ils n’allaient plus arriver à joindre les deux bouts », écrit Olivier PIROT dans la Nouvelle République.

« L’an dernier, déjà, l’ex-ministre Valérie FOURNEYRON avait tiré la sonnette d’alarme et exprimé un regret dans ces colonnes, celles de Paris Normandie, rappelle Stéphane SIRET, regret que la gauche n’ai pas supprimé ce que la droite avait injustement décidé. A l’heure de la simplification, voilà un bel exemple d’imbroglio kafkaïen qui sera finalement démêlé. Mais, conclut l’éditorialiste, ne dites surtout pas qu’il s’agit d’une opération électorale à cinq semaines des Régionales… »

Vous serez alors content d’apprendre, en Une du supplément économie du Figaro… que sous l’article « Impôts locaux, l’Etat va rembourser les retraités modestes »… un autre retraité, aux revenus bien moins modestes lui, va se soumettre pour la première fois depuis 40 ans à l’impôt dans son pays. Il s’agit de ce monsieur, Ingvar KAMPRAD, 89 ans, fondateur de la boutique de meubles avec des trémas et des o barrés… IKEA… qui avait quitté la Suède en 1973 pour la Suisse… l’article nous apprend « qu’il vivait au bord du lac Léman, où il était réputé pour mener un train de vie particulièrement modeste ». De retour au pays, donc, il s’est acquitté pour la première fois de ses impôts… il a payé 6 millions de couronnes, soit 640 000 euros, pour une fortune estimée entre 3 et 4 milliards d’euros.

Deux pas en arrière également pour le climat

Oui, à 1 mois de la COP21, et alors que François HOLLANDE est en visite en Chine pour essayer « d’obtenir l’appui du pays en faveur d’un mécanisme régulier de révision des engagements climatiques, ce à quoi Pékin s’est montré jusqu’ici réticent », explique Guillaume GOBERT dans la Croix… il semblerait qu’il n’y a plus que le président français qui espère encore que la Conférence sur le Climat puisse faire le moindre pas en avant…

« Climat, la course contre la montre des 2 degrés est perdue d’avance » pour Michel de PRACONTAL de Médiapart. « Les Etats s’engagent mais le compte n’y est pas », selon l’Humanité… qui explique que « L’ONU a publié un rapport de synthèse qui compile les engagements pris par 146 pays, des contributions qui ne permettent pas de maintenir le réchauffement climatique à 2 degrés »

« Depuis deux décennies, la cible emblématique des 2 °C a été le point focal des négociations internationales écrit encore Michel de PRACONTAL. Mais les tendances actuelles de la consommation énergétique conduisent à un réchauffement de 4 à 5 °C au-dessus de la moyenne pré-industrielle. Et les promesses des pays qui participent au sommet, permettraient au mieux de limiter le réchauffement autour de 3 °C. »

Il reste « Un mois pour sauver la Terre », écrit pour sa part Jean-François PECRESSE dans son édito dans les Echos. « 2,7 degrés de réchauffement, c’est encore bien trop pour la planète. (…) Négocier pour la Terre : pendant un mois, François HOLLANDE ne devrait plus faire que cela, et oublier un temps les élections et la politique intérieure. »

Et à ce titre, l’affaire Philippe VERDIER – le monsieur météo de France 2 – est assez symptomatique de l’échec à venir… comme l’analyse Daniel SCHNEIDERMANN dans son billet dans Libération… sous le titre « Climatosceptiques, fabrique de martyr, mode d’emploi », il explique comment « Il y avait un erreur à ne pas commettre. Une seule. Et tout indique que France Télévisions est en train de la commettre. Licencier Philippe VERDIER pour délit de climatoscepticisme. (…) Un licenciement qui le fait immédiatement accéder au statut de martyr, la vidéo dramatique dans laquelle il annonce son licenciement a été vue des dizaines de milliers de fois dans la seule journée de dimanche. »

« Mais alors que faire, se demande Daniel SCHNEIDERMANN. Des solutions existent. La chaîne aurait pu lui trouver une nouvelle affectation, en vertu de ses compétences, le nommer envoyé spécial permanent en Arctique par exemple. Ou plus près, l’envoyer en reportage dans le glacier d’Ossoue, dans les Pyrénées, qui a perdu la moitié de sa surface en un siècle et fond d’1m80 par an ».

Ou alors on peut suggérer à Philippe VERDIER de lire cet article du supplément santé du Figaro… « Soulager par le froid, les promesses de la cryothérapie »…

Un article qui explique comment cette technique – s’enfermer pendant 2 à 3 minutes dans une cabine hermétique à -110 degrés… juste vêtu d’un caleçon, d’un bandeau sur les oreilles et d’un masque sur la bouche – cette technique se développe de plus en plus… à l’origine utilisée pour les sportifs de haut niveau pour ses effets sur la réparation musculaire, elle est aujourd’hui prescrite notamment pour les douleurs chroniques…

Pourquoi conseiller la cryothérapie à Philippe VERDIER… et bien parce que, suivant sa logique implacable selon laquelle le réchauffement climatique va être une bonne chose pour les vendeurs de piscine… eh bien on peut imaginer qu’en laissant la porte de la cabine de cryothérapie ouverte un petit bout de temps… ça va faire baisser les températures, non ?

L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......