LE DIRECT

7 films magnétiques de Virgil Vernier

3 min
À retrouver dans l'émission

Le dernier film de Virgil Vernier, interdit aux moins de 18 ans, et intitulé Iron Maiden est sorti au cinéma la semaine dernière, discrètement. Parallèlement, Shellac sort un coffret regroupant 7 films et un « bonus » du réalisateur. Parmi ces films, Mercuriales, son beau premier et unique long métrage de fiction à ce jour, découvert en salles l’année dernière. Une occasion de s’immerger dans le travail d’un cinéaste singulier, parmi les plus prometteurs de sa génération.

<source type="image/webp" srcset="/img/_default.png"data-dejavu-srcset="https://cdn.radiofrance.fr/s3/cruiser-production/2015/12/c8119098-9ebd-11e5-8e9e-005056a87c89/838_mercuriales.webp"class="dejavu"><img src="/img/_default.png" alt="Mercuriales" class="dejavu " data-dejavu-src="https://cdn.radiofrance.fr/s3/cruiser-production/2015/12/c8119098-9ebd-11e5-8e9e-005056a87c89/838_mercuriales.jpg" width="600" height="368"/>
Mercuriales Crédits : Virgil Vernier

Les critiques disent de lui, depuis plusieurs années déjà, qu’il est « la relève » du cinéma français. Pour le moment, Virgil Vernier a réalisé des documentaires, des courts et des moyens métrages, et l’année dernière seulement est sorti au cinéma son premier, et très beau long métrage intitulé Mercuriales .

Mercuriales
Mercuriales Crédits : Virgil Vernier

Alors que Shellac vient d’éditer un coffret réunissant 7 de ses films, dont Mercuriales, c’est dans une certaine forme de discrétion qu’est sorti la semaine dernière en salles Iron Maiden , son nouveau film. Dans un pays non défini de l’ex empire soviétique, ce film de 24 minutes interdit aux moins de 18 ans montre, dans le détail, une histoire de sexe à trois dans la forêt.

Comme souvent chez Virgil Vernier, il y a deux jeunes femmes aux cheveux longs, complices et prédatrices. Ces deux figures féminines, on les retrouve dans son moyen métrage Orléans , et aussi dans Mercuriales , dont je vous propose d’écouter un extrait :

Télescopages, plans fixes et panoramiques lents

Le film se déroule dans un décor et un climat contemporain, en haut et au pied des Mercuriales, ces tours jumelles situées près de la porte de Bagnolet, au bord du périphérique parisien. Mais il est vrai que les références aux contes, aux légendes, aux mythologies sont très présentes dans cette histoire d’errance et d’amitié entre deux jeunes femmes venues de l’est et de l’ouest de l’Europe.

Ce télescopage, c’est un autre dénominateur commun du cinéma de Virgil Vernier, dont on pourrait dire qu’il est davantage un cinéma de l’évocation qu’un cinéma de narration. Plasticien de formation, ancien étudiant des beaux-arts, proche de Christian Boltanski, Virgil Vernier montre et suggère plus qu’il ne raconte. Il filme en plan fixe ou en panoramiques lents, les villes et les grands ensembles sous des ciels d’aube ou de crépuscule, et y appose, comme dans Mercuriales, la musique expérimentale de l’américain James Ferraro.

Cinéma quasi documentaire, climat de science-fiction

Du cinéma expérimental, pas forcément, mais d’un cinéma de l’expérience certainement. Ses films, par leur beauté formelle, par leur rythme étrange, sont comme des objets visuels magnétiques vers lesquels on revient pour leur lumière de pleine lune, pour les sons comme intérieurs, métalliques et mélodieux en même temps qui les habitent.

Et dans le même temps, malgré leur singularité visuelle, presque sensorielle, malgré leur aspect conceptuel, les films de Virgil Vernier sont tous ancrés dans le réel du monde actuel. On y voit des jeunes et des vieux de toutes les cultures, des banlieusards, des Orléanais, des vigiles, des strip-teaseuses, des fous qui soliloquent aussi, comme dans le court métrage Vega , l’un des plus beaux films de ce coffret DVD. Lui aussi est éclairé par une lune bleutée, et par la musique de James Ferraro. Il dit l’essence du cinéma de Virgil Vernier, à savoir son étrange capacité à filmer presque uniquement ce qui est réel, ce qu’il a devant lui, à produire un cinéma quasi documentaire qui a pourtant les couleurs et le climat de la science-fiction.

Coffret DVD Virgil Vernier, 8 DVD (7 films 1 bonus cartes postales) édité par Shellac – Durée totale : 281 minutes. Avec les films : Karine (40 min) Thermidor (16 min) Orléans (56 min) Andorre (20 min) Mercuriales (104 min) Vega (7 min) Iron Maiden (24 min) et Bonus (14 min).

L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......