LE DIRECT

« Back Home » : Joachim Trier filme les tiraillements familiaux

3 min
À retrouver dans l'émission

Troisième long métrage du cinéaste norvégien Joachim Trier, « Back Home » (dont le titre initial « Plus fort que les bombes » a été modifié en France après les attentats du 13 novembre dernier) sort aujourd’hui en salles. Une histoire de deuil familial encombré par le secret, où surgissent trois portraits sensibles d’hommes embourbés, entre questionnements intérieurs et tiraillements familiaux.

<source type="image/webp" srcset="data:image/jpeg;base64,/9j/2wBDACgcHiMeGSgjISMtKygwPGRBPDc3PHtYXUlkkYCZlo AjIqgtObDoKrarYqMyP/L2u71////m8H////6/ b9//j/2wBDASstLTw1PHZBQXb4pYyl Pj4 Pj4 Pj4 Pj4 Pj4 Pj4 Pj4 Pj4 Pj4 Pj4 Pj4 Pj4 Pj4 Pj4 Pj4 Pj4 Pj/wAARCAAaACoDASIAAhEBAxEB/8QAGQABAQADAQAAAAAAAAAAAAAAAgMAAQQF/8QAJBAAAgEEAQIHAAAAAAAAAAAAAQIAAxEhMQRhcRIiMjNBUVL/xAAWAQEBAQAAAAAAAAAAAAAAAAAAAgH/xAAVEQEBAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAEf/aAAwDAQACEQMRAD8AJqEmaDNfBmY8XSUUKGBOoqgYkDO4Z01wrhQlusVBaS5YZ6xROlTew/Ji1i8uGFQOVFgDiRK5MkNOEWN2OIqnBBXynM7F1FKTXm8emQxU7E6Qq/MC 8yqcwKimD6WHaTNMXM3xNHvL2H1Mja/9k= "data-dejavu-srcset="https://cdn.radiofrance.fr/s3/cruiser-production/2015/12/5fd79bb3-9de1-11e5-8e9e-005056a87c89/838_back-home.visuelaffiche.copyright_jakobihre_motlysas.webp"class="dejavu"><img src="data:image/jpeg;base64,/9j/2wBDACgcHiMeGSgjISMtKygwPGRBPDc3PHtYXUlkkYCZlo AjIqgtObDoKrarYqMyP/L2u71////m8H////6/ b9//j/2wBDASstLTw1PHZBQXb4pYyl Pj4 Pj4 Pj4 Pj4 Pj4 Pj4 Pj4 Pj4 Pj4 Pj4 Pj4 Pj4 Pj4 Pj4 Pj4 Pj4 Pj/wAARCAAaACoDASIAAhEBAxEB/8QAGQABAQADAQAAAAAAAAAAAAAAAgMAAQQF/8QAJBAAAgEEAQIHAAAAAAAAAAAAAQIAAxEhMQRhcRIiMjNBUVL/xAAWAQEBAQAAAAAAAAAAAAAAAAAAAgH/xAAVEQEBAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAEf/aAAwDAQACEQMRAD8AJqEmaDNfBmY8XSUUKGBOoqgYkDO4Z01wrhQlusVBaS5YZ6xROlTew/Ji1i8uGFQOVFgDiRK5MkNOEWN2OIqnBBXynM7F1FKTXm8emQxU7E6Qq/MC 8yqcwKimD6WHaTNMXM3xNHvL2H1Mja/9k= " alt="Isabelle Huppert et Devin Druid dans "Back home"" class="dejavu " data-dejavu-src="https://cdn.radiofrance.fr/s3/cruiser-production/2015/12/5fd79bb3-9de1-11e5-8e9e-005056a87c89/838_back-home.visuelaffiche.copyright_jakobihre_motlysas.jpg" width="838" height="525"/>
Isabelle Huppert et Devin Druid dans "Back home" Crédits : Joachim Trier
On pourrait résumer Back Home en disant qu’il s’agit d’une histoire de deuil familial encombré par le secret. On pourrait dire aussi qu’Isabelle Huppert y tient un rôle à la fois central et secondaire, celui d’une mère reporter de guerre qui s’est suicidée 5 ans auparavant et dont le fantôme ressurgit dans le quotidien de son mari, interprété par Gabriel Byrne, et de ses deux fils. L’un est incarné par Jesse Eisenberg (nouvelle icône générationnelle du cinéma américain) qui joue ici un tout jeune père de famille déboussolé. L’autre par Devin Druid, en ado boutonneux et mutique.

On pourrait dire qu’après son beau film sombre Oslo, 31 août , Joachim Trier signe ici un film sur les tourments inhérents au métier de reporter de guerre… Mais ce serait peut-être passé à côté des aspects les plus réussis du nouveau film du réalisateur norvégien qui a choisi cette fois de tourner aux Etats-Unis. On en écoute un extrait :

La cruauté de l’adolescence et ses désillusions

Il ne s’agit pas d’un extrait de la bande-annonce du film, mais de l’une de ses meilleures séquences. Cette séquence, elle démarre comme un clip. Sur la musique, filmées au ralenti, des pom-pom girls américaines font des figures dans les airs. Assis dans les gradins du stade, les deux frères les observent en discutant de la cruauté de l’adolescence, de l’avenir et de ses désillusions. L’aîné essaie de faire comprendre à son cadet mal dans sa peau qu’il n’a aucune chance de séduire l’une des filles les plus populaires du lycée.

C’est lorsqu’il décortique la relation qui se joue au sein de cette fratrie, mais aussi celle qui unit les deux garçons à leur père, aimant mais maladroit, que le film se révèle le plus juste, et aussi le plus drôle.

Jesse Eisenberg et Devin Druid dans "Back Home"
Jesse Eisenberg et Devin Druid dans "Back Home" Crédits : Joachim Trier

Séquences comiques

On le sait, c’est parfois des situations les plus dramatiques ou des tempéraments les plus sombres que surgit l’humour le plus mordant et le plus puissant.

Les séquences comiques de Back Home tiennent aussi à la construction du film, à la manière dont Joachim Trier revisite une même scène selon différents points de vus, celui du père et celui de son fils cadet.

Pour autant, comme dans Oslo, 31 août, le réalisateur reste avant tout un bon portraitiste du mal-être, du vertige et de la désillusion post-adolescente. Mais il est ici plus optimiste. Et il y a dans son nouveau film et notamment dans le personnage incarné par le jeune Devin Druid, des réminiscences du Little Miss Sunshine de Jonathan Dayton et des Berkman se séparent de Noah Baumbach (dans lequel jouait déjà Jesse Eisenberg).

En parlant de son film, et comme s’il craignait une forme d’incompréhension, Joachim Trier explique qu’ « il ne s’agit pas d’un film sur la profession de reporter de guerre, mais avant tout d’une histoire autour de la relation parents/enfants et des tiraillements familiaux » . Et c’est lorsqu’il se concentre sur ces tiraillements, lorsqu’il s’attache à les mettre en scène que le film est le plus réussi.

Back Home , film de Joachim Trier (Norvège, USA, France) avec Isabelle huppert, Gabriel Byrne, Jesse Eisenberg, Devin Druid. Au cinéma le mercredi 9 décembre 2015.

L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......