LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Chasseurs de nuages

3 min
À retrouver dans l'émission

Alors que sort demain en salle « Human », le nouveau film Yann Arthus-Bertrand, spécialiste de la Terre vue du ciel… Regard tourné en direction opposée, c’est à dire, vers le ciel grâce aux photos de ceux que l’on appelle chasseurs de nuages.
<source type="image/webp" srcset="/img/_default.png"data-dejavu-srcset="https://cdn.radiofrance.fr/s3/cruiser-production/2015/09/8a9373dd-55f7-11e5-9f7d-005056a87c89/838_undulatus_asperatus.webp"class="dejavu"><img src="/img/_default.png" alt="Undulatus asperatus" class="dejavu " data-dejavu-src="https://cdn.radiofrance.fr/s3/cruiser-production/2015/09/8a9373dd-55f7-11e5-9f7d-005056a87c89/838_undulatus_asperatus.jpg" width="838" height="558"/>
Undulatus asperatus Crédits : Agathman

                                                                                                            <em itemprop="copyrightHolder">Radio France</em></span></figcaption></figure> 

Et plus précisément de chasseurs d’asperatus (que l’on appelle aussi asperitas). C’est le nom d’un nouveau genre de nuage que tente de populariser la très sérieuse, et très poétique, « Cloud Appreciation Society », sorte de confrérie des chasseurs de nuages à propos de laquelle nous éclairait il y a quelques jours la journaliste Claire Richard dans un article paru sur le site Rue89.

Pour l’instant, l’Organisation mondiale de la météorologie n’a pas encore accepté d’inscrire l’asperatus dans la typologie officielle des nuages. Mais les passionnés qui le chassent et le photographient espèrent le voir bientôt apparaître dans l’atlas international des nuages dont la prochaine édition est prévue en 2016.Comme son nom l’indique en latin, l’asperatus est un nuage âpre, violent, il se déploie dans le ciel comme une sorte de mer houleuse, formant des vagues amples et lourdes. Il apparaît comme une espèce de prologue à l’apocalypse, charge la surface du ciel d’une couverture dont les aspérités ressortent en relief vers le bas, presque comme des montages inversées. Ses ondulations tourmentées peuvent faire penser au ciel noueux du « Cri » d’Edvard Munch, et surtout au romantisme noir, non pas du célèbre « Voyageur contemplant une mer de nuages » peint en 1817 mais du « Rivage avec la lune cachée par les nuages », peint en 1836 lui aussi par Caspar David Friedrich. L’asperatus est-il ou non un nouveau nuage ?

C’est là que réside la discorde entre les chasseurs de nuages de la « Cloud Appreciation Society » qui aimeraient croire à une découverte, pas forcément positive puisque certains pensent que l’asperatus résulterait du réchauffement climatique, et les météorologues qui eux ne voient dans l’asperatus qu’une forme un peu particulière, due à la conjonction de différents facteurs atmosphériques d’undulatus ou de mammatus, deux variétés de nuages déjà répertoriés.

Pourquoi les ciels nuageux fascinent tant les photographes amateurs ?

Faire une photo de nuages, c’est capturer l’éphémère. Et puis à la différence de la lune, par exemple, autre objet de fascination, les nuages sont à portée de smartphones et ne nécessitent aucun téléobjectif ou matériel particulier pour être photographiés. En disposant d’une belle lumière, en choisissant un bon angle, on peut facilement faire des photos de nuages assez spectaculaires qui, lorsqu’en plus, on leur appose un filtre font quasiment de chacun de nous un Yann Arthus-Bertrand en puissance, c’est dire…

Mais par dessus tout, la photo de nuage est une évocation à la fois onirique et métaphysique, qui nous fait entendre autant le poème de Baudelaire « L’étranger », (« Eh ! Qu’aimes-tu donc extraordinaire étranger ? J’aime les nuages… Les nuages qui passent… Là-bas… Les merveilleux nuages »), que le son du vent qui pousse ces nuages, comme dans cette séquence d’ouverture du film « 8 ½ » de Federico Fellini. Car les nuages n’ont pas de son, ils sont silencieux.

L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......