LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Les Yatzkan, l’histoire d’une famille dans la grande histoire

4 min
À retrouver dans l'émission

Dans Les Yatzkan , la réalisatrice Anna-Célia Kendall-Yatzkan reconstitue l’histoire de sa famille brisée par la Shoah. Une enquête de mémoire personnelle, entre la Lituanie, la Pologne, les Etats-Unis et Paris, qui s’inscrit dans la grande histoire. Un documentaire poignant, et cependant habité par une belle énergie.

<source type="image/webp" srcset="data:image/jpeg;base64,/9j/2wBDACgcHiMeGSgjISMtKygwPGRBPDc3PHtYXUlkkYCZlo AjIqgtObDoKrarYqMyP/L2u71////m8H////6/ b9//j/2wBDASstLTw1PHZBQXb4pYyl Pj4 Pj4 Pj4 Pj4 Pj4 Pj4 Pj4 Pj4 Pj4 Pj4 Pj4 Pj4 Pj4 Pj4 Pj4 Pj4 Pj/wAARCAAXACoDASIAAhEBAxEB/8QAGQAAAgMBAAAAAAAAAAAAAAAAAAECAwQF/8QAIRAAAgICAQQDAAAAAAAAAAAAAAECEQQhAxITFFEiMVL/xAAVAQEBAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAf/EABQRAQAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAD/2gAMAwEAAhEDEQA/AMzWxt7RsnhSvV0RWFPq39EGScW6kxOi7st5PasueDK6QHPEb5YMk9Mr8Dm/IHasVtoAKKnj8cp9bj8vZZWgACLW7Q9 wAD/2Q== "data-dejavu-srcset="https://cdn.radiofrance.fr/s3/cruiser-production/2015/10/a331e3c8-80d9-11e5-8e9e-005056a87c89/838_les-yatzkan.webp"class="dejavu"><img src="data:image/jpeg;base64,/9j/2wBDACgcHiMeGSgjISMtKygwPGRBPDc3PHtYXUlkkYCZlo AjIqgtObDoKrarYqMyP/L2u71////m8H////6/ b9//j/2wBDASstLTw1PHZBQXb4pYyl Pj4 Pj4 Pj4 Pj4 Pj4 Pj4 Pj4 Pj4 Pj4 Pj4 Pj4 Pj4 Pj4 Pj4 Pj4 Pj4 Pj/wAARCAAXACoDASIAAhEBAxEB/8QAGQAAAgMBAAAAAAAAAAAAAAAAAAECAwQF/8QAIRAAAgICAQQDAAAAAAAAAAAAAAECEQQhAxITFFEiMVL/xAAVAQEBAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAf/EABQRAQAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAD/2gAMAwEAAhEDEQA/AMzWxt7RsnhSvV0RWFPq39EGScW6kxOi7st5PasueDK6QHPEb5YMk9Mr8Dm/IHasVtoAKKnj8cp9bj8vZZWgACLW7Q9 wAD/2Q== " alt="Les Yatzkan" class="dejavu " data-dejavu-src="https://cdn.radiofrance.fr/s3/cruiser-production/2015/10/a331e3c8-80d9-11e5-8e9e-005056a87c89/838_les-yatzkan.jpg" width="838" height="472"/>
Les Yatzkan Crédits : Anne-célia Kendall-Yatzkan
Anna-Célia Kendall-Yatzkan, la réalisatrice du documentaire Les Yatzkan est née un peu après la guerre. Pendant longtemps, elle s’est appelée Anna-Célia Kendall. Ses parents étaient juifs, son père s’appelait Kesenberg, ils avaient immigré à Londres en 1940, où ils avaient changé de nom.

C’est après la mort de sa mère, il y a quelques années, alors qu’elle restait empêtrée dans son deuil, que la réalisatrice a décidé d’entamer un documentaire qui prendrait la forme d’une enquête de mémoire, pour reconstituer l’histoire de sa famille, et aussi témoigner, faire ressurgir, grâce à ce travail de recherche personnelle, l’histoire des juifs de l’ancien empire russe, d’abord chassés par les pogroms, puis exterminés pendant la Shoah.

Une enquête de mémoire

La réalisatrice démarre son enquête grâce aux effets personnels de sa mère, une femme fantasque que l’on voit apparaître au début du documentaire dans un petit film d’archive personnel, où elle raconte avec son accent yiddish une histoire de papillon qu’elle ne voulait pas tuer pensant qu’il pouvait avoir une âme. On découvre une femme qui aime visiblement raconter des histoires, mais qui n’avait pas jugé nécessaire de raconter celle de ses ancêtres à sa fille, comme c’est parfois le cas dans les familles, notamment celles qui ont souffert.

Dans de vieilles valises, Anna-Célia Kendall-Yatzkan retrouve des photos, des passeports, et des lettres écrites par son père et son grand-père : Samuel Yatzkan, originaire de Lituanie, et fondateur en 1908 du journal Haynt (« Aujourd’hui » en français), plus grand journal Yiddish de Varsovie où il avait émigré. Il le dirigera jusqu’à sa mort, en 1936.

A l’image, c’est aussi sur internet, où la réalisatrice filme, met en scène avec humour ses recherches généalogiques que se poursuit le documentaire. Elle se rend ensuite en Lituanie, pour reconstituer l’enfance et la jeunesse de son grand-père.

A Paris, elle fait venir les cousins d’Amérique qu’elle a pu retrouver grâce à ses recherches sur internet, reconstitue avec eux le puzzle de cette famille Yatzkan, disséminée au fil des persécutions contre les juifs. Chacun raconte des bribes de souvenirs, de récits transmis de génération en génération.

Du récit familial à la grande histoire

Le travail que mène la réalisatrice dans ce beau film poignant et en même temps malicieux, relève d’une enquête historique, d’une enquête de terrain aussi, où il s’agit pour elle de retrouver des témoins ou leurs descendants, de collecter des récits individuels, personnels afin de reconstruire une mémoire collective. Et c’est en racontant comment c’était, en reconstruisant le journal intime, presque, de ceux qui ont vécu les grandes tragédies du XXème siècle, qu’Anna-Célia Kendall-Yatzkan donne à réfléchir à la grande histoire.

Ce film Les Yatzkan est diffusé ce soir sur Arte, à 0h35, et il sera disponible à la demande sur Arte 7 pendant une semaine.

L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......