LE DIRECT

Malheureux télescopage d’images sur une plage

3 min
À retrouver dans l'émission

Alors que le journal Le Monde publiait en Une la photo du corps du jeune Aylan Kurdi sur une plage turque, on trouvait plus loin, une publicité pour une marque de luxe mettant en scène une femme couchée sur le sable. Retour sur ce télescopage malheureux...

Une du journal Le Monde du vendredi 4 septembre 2015
Une du journal Le Monde du vendredi 4 septembre 2015

D’abord il y a en Une du journal Le Monde daté de ce vendredi 4 septembre 2015 cette photo, bouleversante, du corps sans vie d’un petit enfant syrien, échoué sur une plage de Turquie.

Cette photo, beaucoup s’indignait hier matin de ne pas l’avoir vue ailleurs en Une des grands journaux français, alors qu’elle occupait, bousculait lescouvertures de la presse européenne.

Servi par le fait qu’il demeure un journal du soir, c’est-à-dire qu’il parait l’après-midi, Le Monde a eu la matinée pour selon certains, « sauver l’honneur » de la presse française, et se présenter comme le seul quotidien national à publier cette photo à la Une de son édition du soir. Elle apparaît en haut, à droite, occupant environ un tiers de cette première page. On s’arrête, on voudrait qu’elle change le cours des choses.

Et puis, on tourne une première fois cette page, une deuxième fois, et là en page 5, c’est une autre image qui vient se télescoper avec la première.

Page 5 du Journal Le Monde du vendredi 4 septembre 2015
Page 5 du Journal Le Monde du vendredi 4 septembre 2015

On croirait presque à une blague de mauvais goût, un détournement hyper cynique.

Positionnée en bas à droite de cette page, occupant, elle aussi, environ un tiers de sa surface, cette seconde photo représente une jeune femme blonde, le teint blafard, le regard cerné.

La position de son corps sur le sable humide apparaît identique à celle de l’enfant mort de la page une. Il est placé dans la même direction.

Elle semble, elle aussi échouée. Mais la jeune femme de cette photo est un mannequin, qui tient entre ses bras, sous sa tête comme un petit oreiller, un sac de luxe.

Sur cette photo, elle pose pour une campagne de publicité Gucci, réalisée par le photographe Glen Luchford sous la direction artistique de Chris Simmonds.

Le télescopage de ces deux photos ressemblantes sur le plan de la composition de l’image tombe mal…

Mais faut-il pour autant blâmer le journal ou les auteurs de cette campagne ?Pour commencer, les auteurs de cette photo de mode, qui en elle-même n’est absolument pas choquante, ne pouvaient pas imager que plusieurs mois après eux, la photojournaliste turque Nilüfer Demir fixerait sous un angle similaire l’image du corps d’un garçonnet rejeté par la mer, mort d’avoir tenté de trouver refuge en Europe. Par ailleurs, les espaces publicitaires d’un journal sont répartis dans les pages et vendus aux annonceurs, bien avant que ne se décide le contenu des articles qui viendront cohabiter avec ces publicités.

Reste qu’au regard de la photo terrible qui a fait le tour du monde hier, cette seconde image destinée à mettre en valeur un sac de luxe semble d’un mauvais goût quasi obscène…Parce qu’on la découvre juste après avoir été saisi par l’horreur de la première image, cette photo de mode prend un caractère révulsant. La jeune femme allongée, alanguie sur le sable nous semble tout à coup l’emblème du cynisme de l’industrie du luxe, de l’indifférence de ceux qui ont tout envers ceux qui n’ont plus rien… Mais n’allons pas trop vite. Même s’il y a dans ce télescopage maladroit quelque chose qui apparaît comme un signe du temps, d’une époque où l’on zappe d’une image à l’autre, où tout est placé au même niveau, où l’on finit par ne plus savoir où regarder, où s’arrêter pour penser… Ne faisons pas dire aux images de mode apparues au mauvais moment et au mauvais endroit ce qu’elles ne disent pas.Comme le faisait remarquer Thomas Baumgartner dans sa revue de presse hier matin, « le voisinage des articles, comme des photos, crée parfois une friction inattendue ». Alors suivons donc son conseil, laissons ces deux images se parler entre elles.

Découvrez également un dossier complet sur cette série de photos, avec leur histoire, l'analyse du numéro 2 de Libération et le regard de la presse étrangère, grâce à Thomas Cluzel : "Cette photo qui bouleverse le monde"

Écouter
4 min
Revue de presse internationale
L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......