LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

« Occupied », une série norvégienne sur fond de crise climatique et démocratique

3 min
À retrouver dans l'émission

Diffusée depuis jeudi 19 novembre sur Arte, la série norvégienne Occupied imaginée par l’écrivain Jo Nesb ø se présente comme une « politique-fiction » sur fond de crise écologique et d’occupation de la Norvège par la Russie. Un thriller d’anticipation en forme de dystopie que n’ont pas goûté les autorités russes.

<source type="image/webp" srcset="/img/_default.png"data-dejavu-srcset="https://cdn.radiofrance.fr/s3/cruiser-production/2015/11/86d7708a-9426-11e5-8e9e-005056a87c89/838_occupied.webp"class="dejavu"><img src="/img/_default.png" alt="Photo issue de la série "Occupied"" class="dejavu " data-dejavu-src="https://cdn.radiofrance.fr/s3/cruiser-production/2015/11/86d7708a-9426-11e5-8e9e-005056a87c89/838_occupied.jpg" width="838" height="472"/>
Photo issue de la série "Occupied"
Le premier ministre écologiste de cette série norvégienne d’anticipation peut avoir l’air d’une vraie girouette. Il commence par annoncer que l’ère pétrolière est révolue, avant de se rétracter quelques heures plus tard en expliquant aux citoyens que le pays a accepté « le soutien – pour ne pas dire l’occupation- des Russes pour redémarrer la production pétrolière en Norvège ».

L’écologie à l’épreuve de la géopolitique

Dans l’intervalle, pendant quelques heures, il a été kidnappé. Par vidéo interposée, il s’est retrouvé face à deux représentants de l’Union Européenne qui lui ont calmement mais fermement expliqué que ses idées novatrices visant à lutter contre le réchauffement climatique allaient passer après les intérêts économiques, et que s’il voulait éviter un conflit armé en Norvège, il avait tout intérêt à redémarrer illico ses installations gazières et pétrolières. Et dans l’indifférence des Etats-Unis (qui dans cette fiction ont quitté l’OTAN), ce sont les Russes qui vont se charger de contrôler la bonne obéissance de la Norvège aux exigences européennes… En prenant le contrôle des centrales, mais aussi en occupant le pays.

« Politique-fiction »

A quelques jours de la COP 21 et dans le contexte géopolitique particulièrement complexe qui est le nôtre, la série Occupied créée par l'auteur de polars norvégien Jo Nesbø porte en elle une étrange résonnance.

Même s’il avait imaginé cette « politique-fiction », comme on dit, avant l’annexion de la Crimée par la Russie en avril 2014, les Russes ne l’on pas tellement goûtée. L’ambassade de Russie à Oslo s’est même fendue d’un communiqué dans ce sens.

Mais dans le climat actuel, c’est aussi d’autres réalités, d’autres questions, d’autres dilemmes aussi qu‘aborde cette série en dix épisodes de 45 minutes qu’Arte diffuse par deux depuis jeudi dernier.

Sur le plan écologique d’abord, elle nous dit à quel point la question cruciale du réchauffement climatique, qui devrait dominer toutes les autres par sa nécessité et son urgence, se retrouve prise dans l’étau de l’économie mondiale et des stratégies géopolitiques.

Au centre de cette série, la question de l’occupation…

L’enjeu moral d’Occupied, c’est l’occupation, qui pose in fine l’éternelle question de la soumission ou de la résistance. Le premier ministre foule au pied ses principes écologistes et décide de ne pas se retirer tant que les Russes seront là. C’est selon lui le seul moyen pour la Norvège de conserver sa souveraineté et d’éviter une guerre. Mais les citoyens, comment vont-ils accepter une telle situation ? Vont-ils décider de collaborer avec l’occupant ? Vont-ils partir ? Ou prendre les armes ? Les scénaristes de la série ne formulent aucune prescription à ce sujet, mais clairement, ils ne voient de réponse ni dans le militarisme, ni dans le nationalisme.

Et au final, ce thriller scandinave très efficace, produit par la société qu’avait co-fondée Henning Menkell (1948-2015) nous interroge tous, sur nos comportements, nos réactions dans un contexte de crise démocratique.

Occupied (10 X 45 min), série d’Erik Skoldbjaerg et Karianne Lund sur une idée de Jo Nesbø, deux épisodes tous les jeudis (depuis le 19 novembre 2015) sur Arte à 20h55.

L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......