LE DIRECT

Et avec la télé, comment ça va ?

3 min
À retrouver dans l'émission

Trente ans après avoir tourné son documentaireIl était une fois la télé , dans le village de Labastide-en-Val, dans l’Aude, la cinéaste Marie-Claude Treilhou renouvelle l’expérience. Tourné au même endroit, Il était une fois la télé, trente ans après poursuit une réflexion collective et critique sur la place de la télévision sur nos vies. Le village est le même, mais les habitants ont changé, et le média télévisuel aussi.

<source type="image/webp" srcset="/img/_default.png"data-dejavu-srcset="https://cdn.radiofrance.fr/s3/cruiser-production/2015/11/ebf7ec04-9159-11e5-8e9e-005056a87c89/838_hqdefault.webp"class="dejavu"><img src="/img/_default.png" alt="Image issue du film "Il était une fois la télé" (1985)" class="dejavu " data-dejavu-src="https://cdn.radiofrance.fr/s3/cruiser-production/2015/11/ebf7ec04-9159-11e5-8e9e-005056a87c89/838_hqdefault.jpg" width="480" height="360"/>
Image issue du film "Il était une fois la télé" (1985) Crédits : Marie-Claude Treilhou

En 1985, la cinéaste originaire de Toulouse, Marie-Claude Treilhou tournait un documentaire intitulé Il était une fois la télé dans le village de Labastide-en-Val, dans l’Aude. Sans commentaire, elle interrogeait les habitants sur le rapport qu’ils entretenaient avec la télévision, sur la place qu’elle occupait dans leur vie, sur ce qu’elle y avait peut-être changé. 30 ans plus tard, Marie-Claude Treilhou, ancienne assistante de Paul Vecchiali, auteure de Simone Barbès ou la vertu (1979) et Lourdes, l’hiver (Prix Jean Vigo en 1983) est retournée à Labastide-en-Val pour filmer et tendre le micro aux habitants du village. Tourné selon le même dispositif, ce nouveau film,Il était une fois la télévision, trente ans après est diffusé ce soir sur France 3, tard, trop tard, à minuit. Il faudra donc, pour la plupart d’entre nous le regarder en « replay », comme un premier constat de ce qui changé, à savoir nos pratiques de téléspectateur.

Outil de divertissement et d’ouverture sur le monde

Les habitants de Labastide-en-Val ne sont plus les mêmes. Ceux qui participaient au premier film, souvent issus du monde viticole, sont morts, et ils ont été remplacés par une population qui se caractérise par une plus grande mixité sociale et un certain cosmopolitisme (des habitants originaires d’Allemagne, du Danemark).

Mais ce qui frappe dans ce nouveau film, c’est que les questions et les critiques, parfois contradictoires, que soulève la télévision auprès des habitants demeurent. Ils la voient comme un outil de divertissement, mais aussi une ouverture sur le monde, une source d’informations, de savoirs variés qui contribuent à faire progresser. Dans le même temps, chacun se plaint du manque d’informations locales. Comme si, à travers la télévision, les habitants du village avaient laissé entrer, exister le monde chez eux, et qu’ils regrettaient de ne pas, eux, exister davantage pour le reste du monde.

Et si dès 1985, certains pointaient la manière dont la télévision nous conditionne, ils l’affirment encore plus nettement aujourd’hui.

Les habitants s’interrogent sur les images, celle du journal de 20h notamment, qui selon eux vont parfois trop loin, et qui à force d’être répétées banalisent l’inacceptable.

Des questions qui se sont encore posées la semaine dernière lorsqu’a été diffusée cette vidéo montrant Abdelhamid Abaaoud souriant au volant de son 4X4 alors qu’il traînait à l’arrière les cadavres de ceux qu’il venait d’assassiner.

Comment les habitants de Labastide-en-Val ont-ils perçu, « digéré » comme ils disent, ces images ? Il faudra sans doute que Marie-Claude Treilhou reviennent un jour leur demander, dans un nouveau film, comme elle le fait ici, sans les piéger, sans ironie, ni angélisme, ni fascination, mais avec la conscience d’être face à des citoyens, qui vivent certes à distance du tumulte, mais sont forts de leur capacité à réfléchir et à exprimer leur point de vue critique sur la télévision, et le monde. Dans un portrait que lui avait consacré l’écrivain et journaliste Hervé Guibert dans le journal Le Monde en 1983, Marie-Claude Treilhou avait disait : « J’ai besoin d’aimer les gens et de les découvrir en même temps sans passer par des cartes de visite ». Vraisemblablement, elle procède toujours comme ça aujourd’hui, et c’est tant mieux.

Il était une fois la télé, trente ans après (2015; 52 min), documentaire de Marie-Claude Treilhou, lundi 23 novembre à 00h00 sur France 3.

Pour (re)voir en intégralité le premier volet documentaire Il était une fois la télé (1985; 55 min) : https://www.youtube.com/watch?v=_1oC-0RTbIE

L'équipe
Production
À venir dans ... secondes ...par......