LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Calibro 35 : disciples et traitres

7 min
À retrouver dans l'émission

Musik
Musik Crédits : Radio France

La singularité du cinéma italien des années 60 et 70 a tenu aussi à ses qualités techniques, à ses décorateurs mais aussi à la « colonna sonora » inventée par ses compositeurs : que ce soit du côté du western, du polar ou du giallo (bandes-son qu’on connait surtout en France via Mario Bava et Dario Argento). Calibro 35 rejoue en studio et sur scène le souffle de ces bandes-son, en composant leur propre musique. Leur nom est évidemment un clin d’œil au 35 mm de la pellicule ainsi qu’au genre policier, plein de pistolets. Ce groupe milanais fondé en 2007, part du principe qu’il existe un répertoire de ces musiques de film, reconnu dans le monde entier qui ne demande qu’à être joué, ou plutôt réinventé.

Ici leur album S.P.A.C.E se déroule comme un western dans l’espace, et comme ils l’avaient annoncé à leur débuts : « Ogni riferimento a persone ezistenti o a fatti realmente accaduti è puramente casuale » (Toute ressemblance avec des personnes ou des situations existantes ou ayant existé ne saurait être que fortuite). Evidemment les références de ce groupe retro-futuriste viennent du passé : ce sont les grands compositeurs comme Armando Trovajoli, Luis Bacalov, Riz Ortallani, et bien sûr Ennio Morricone, qui constituent la toile de fond de Calibro 35. Mais il n’y a pas que la musique, ce sont aussi des lecteurs aux goûts précis : leur album précédent « Tradittori di tutti » (traitres à tous) était inspiré du roman de Giorgio Scerbanenco, un des maitres du roman noir dans les années 70 (la série des Duca Lamberti adapté par Yves Boisset - Cran d'arrêt avec Bruno Cremer).

Pour revenir à cet album plus spacial, le disque s’achève sur une Sérénade pour un satellite tout à fait inquiétante, on va entendre « An Asteroïd called death » où de troubles accords côtoient des voix innocentes…

Un peu à la manière dont Quentin Tarantino insiste sur le fait qu’il ne filme qu’en pellicule, Calibro 35 rappelle qu’ils ont enregistré in vivo, directement sur bande et sans montage avec Tommaso Colliva leur ingénieur du son, qui est aussi membre du groupe à part entière l’album a été enregistré au Toe Rag Studio de Londres (studios analogiques choisis par des groupes comme Madness ou les White Stripes), on se quitte avec « Bandits on Mars ». L’album met une fois de plus en évidence la virtuosité des musiciens de Calibro 35, capable de rythmique furieuse et de mélodies étincelantes.

Extraits diffusés :

Ungwana Bay Launch Complex

A Future We Never Lived

An Asteroid Called Death

Bandits On Mars

Calibro 35 “S.P.A.C.E” (Records Kicks)

écoute et téléchargement légal : https://calibro35rk.bandcamp.com/album/s-p-a-c-e

En concert le 25 février 2016 au Petit Bain à Paris.

L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......