LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Cosmos et musique par Jean-Philippe UZAN

6 min
À retrouver dans l'émission

Pour cette matinale des scientifiques, le Cosmologiste français, directeur de recherche au CNRS (et à l'Institut d’Astrophysique de Paris et Institut Henri Poincaré) tente un récit de l'univers par la musique.

Crédit photo: Fotolia, banque d’images, vecteurs et videos libres de droits

EXTRAIT Eddie Ladoire et JP Uzan, Vostok (2010) 

Raconter notre univers en musique. Cela peut sembler paradoxal car on nous le rappelle à la sortie de chaque film de science-fiction, le son ne se propage pas dans le vide. C’est pourtant ce qu’Eddie Ladoire et moi avons tenté en 2010 avec Vostok.Au cours d’un projet dans une classe de CM2 de Bondy en Seine-Saint-Denis, l’astronome aveugle est née. Quelle représentation de l’univers se ferait une humanité aveugle ? Cette question nous renvoie à un thème récurrent en science: aller au delà de la limitation de nos sens pour explorer et mieux comprendre la réalité. Inventer le microscope et le télescope, voir les ultra-violets et les infrarouges.

Fort probablement cette humanité aveugle aurait transformé la lumière des étoiles en son. Rien de très extraordinaire en fin de compte. Vous qui m’écoutez, qu’entendez-vous au juste? Le son de ma voie transformé en ondes électromagnétiques, puis retransformé en son pour finalement parvenir à vos oreilles.

Dans l’univers, tout vibre. Les atomes, les étoiles. Ces vibrations nous parviennent sous forme de lumière ou d’ondes radio. A l’instar d’Elie Arroway (Judie Foster dans Contact), nous pouvons écouter ces ondes. Nous sommes d’ailleurs baignés dans ces ondes, un paysage sonore que l’artiste Christina Kubisch explore depuis 2004 dans ses Electrical walks et qui nous montre que nos téléphones portables et nos antennes polluent ce ciel.

Chaque étoile est un tambour cosmique dont le timbre dépend de sa masse, de sa composition chimique. Des astres plus denses, les pulsars, des étoiles à neutrons, sont des horloges ultra-précises. Certains les utilisent pour tester la théorie de la relativité d’Einstein; d’autres comme Gérard Grisey en font un ostinato rythmique pour accompagner les percussionnistes de Strasbourg.

EXTRAIT Gérard Grisey : le noir de l’étoile

La musique et l’astronomie sont des disciplines sœurs. C’est ce que nous rappelle Platon dans la République. Les relations entre sciences et musique ont en effet une longue tradition, qui remonte à l’antiquité. Elles ont influencé l’enseignement jusqu’à la Renaissance à travers le quadrivium des 4 disciplines mathématiques: l’arithmétique, la géométrie, l’astronomie et la musique. Il est difficile de comprendre l’histoire des sciences si on oublie que tous les penseurs, Oresme, Galilée ou Newton, ont aussi étudié la musique. Louvoyant entre science, mystique et art, l’harmonie des sphères est le thème central de la science de Pythagore à Kepler.

Notre univers a inspiré de nombreux compositeurs, Stockhausen avec Ylem, Penderecki avec Kosmogonia, ou encore Parmegiani et son Origine du Monde. Tout est vibration, la mécanique quantique nous l’enseigne. Varèse s’en est inspiré dans Ionisation. Certaines théories proposent que tout se réduit aux modes de vibrations de cordes fondamentales, qui seraient l’essence de la réalité. Cela n’aurait pas déplu à Frank Zappa et sa Big Note. Acoustique, mathématiques, astronomie, physiologie, neurophysique, philosophie. Suivre ce fil, c’est relire l’histoire de la musique et de la science en observant la bienveillance d’une sœur pour l’autre.

J’aimerais conclure en compagnie de Fabien Waksman, jeune compositeur avec qui je développe un nouveau projet. Faire collisionner dans l’Opéra Bastille l’univers d’étudiants du conservatoire de Paris avec celui d’étudiants de l’université Paris VI. Le résultat se matérialisera les 8 et 9 avril. Il est encore incertain. Si vous aimez les collisions d’univers, rejoignez nous. En attendant, je vous abandonne au milieu de la course folle de quelques protons du CERN. Laissez-vous accélérer. La collision produira peut-être quelques vibrations dignes d’un boson de Higgs.

EXTRAIT Fabien Waksman : Protonic Games

Chroniques
8H45
5 min
La Vie numérique
La Revue numérique : Mercredi 10 février 2016
L'équipe
Production
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......