LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Île Maurice 1973-1979 : le Séga, plus fort que tout.

5 min
À retrouver dans l'émission

« Soul Sok Sega » vous écoutez Ti l’Afrique et vous trouvez au point d’entrée d’une anthologie aussi politique que vibrante signée sous le label Strut Records « Séga Sounds from Mauritius ».

Le Séga n’a déjà rien à voir avec la firme japonaise de jeux vidéo. Musique des Mascareignes et notamment de l’île Maurice, né au temps de l'esclavage, cette musique, sa danse, ont longtemps été mal vues quand elles n’étaient pas proscrites par la bonne société de l'île (tout comme le gwo ka en Guadeloupe ou le Maloya de La Réunion, tout proche). Mais dans les années 50 puis 60 des artistes comme Ti Frère puis Serge Lebrasse vont populariser le genre et ce son traditionnel va se nourrir d'influences extérieures : de pop, de jazz de tout ce que l'on écoute à l’époque. C'est pourquoi vous entendez Roland Fatime (alias Ti l'Afrique) remercier Mr.Brown, James Brown dans ce morceau en ouverture. Mais voici, en plage deux, Jean-Claude qui s’adresse à Mademoiselle et demande, lui, la permission…

La compilation porte la signature de deux DJ réunis sous le nom de La Basse Tropicale : Dinh Nguyen (alias Natty Hô) et Antoine Tichon (alias Konsöle), basés à St Pierre à La Réunion et qui depuis leur rencontre en 2012 sont devenus les ambassadeurs des musiques de l'Océan Indien et des Antilles.

En plus de la musique il faut lire les notes extraordinairement précises (de Percy Yip Tong) qui accompagnent le disque, et racontent toute l’histoire d’une scène riche de métissages. Vous apprenez les engagements politiques des uns, ou les parcours en ruptures des autres, comme Yoyo (Denis Joseph Sunee) auteur de « Coco Mamzelle » qui se détournera de la musique pour s’investir dans l'Eglise Pentecôtiste. Ou encore les liens qui unissent les interprètes de « La vie en badinage », Marie Josée et Roger Clancy, figures centrales - ce dernier disparu en janvier 2016 laissait le monde du séga en deuil. D'autres chemins sont plus difficiles et les problèmes de droits d'auteurs reviennent souvent (visiblement la société des Auteurs de l'île Maurice a été créée seulement en 1985). Le plus émouvant tient sans doute au fait que c’est tout simplement leur vies, leurs histoires qu’ils chantent, non sans humour parfois, comme Catherine Velienne « Mo Mari Fini Allé ». On se quitte avec l’irrésistible Claudio Veeraragoo qui mélange les rythmes sega aux styles qawwali et Bollywood, sur un éclat de rire, indien, morisien, gnawa (pourquoi pas ?) on ne sait plus : Bhaï Aboo.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

extraits diffusés :

Ti l’Afrique « Soul Sok Sega »

Jean-Claude « Mademoiselle »

Catherine Velienne « Mo Mari Fini Allé »

Claudio « Bhaï Aboo »

Soul Sok Sega – Sega sounds from Mauritius (1973-1979) label : Strut Records 

L'équipe
Production
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......