LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Rokia Traoré : nudité et force crue de Né So

5 min
À retrouver dans l'émission

La chanteuse malienne, dont le nouvel album vient de paraître, conjugue avec grâce questions morales et croisements culturels, convoquant à la fois Billie Holiday et Toni Morrison.

Né So (traduction : chez moi), titre du nouvel album de Rokia Traoré qui vient de paraître. Chez soi où est-ce au fond lorsqu’on a grandi, comme Rokia Traoré, en fille de diplomate entre l’Algérie, l’Arabie Saoudite, la France et la Belgique avant de finalement s’installer au Mali ? C’est depuis Bamako qu’elle voit en 2012 tout le pays basculer dans la guerre. Le récit de destins de réfugiés (d’où qu’ils viennent), ce qu’il laisse à méditer, c’est tout le propos de la chanson-titre « Né So » qu’elle réserve pour la fin. Parce qu’il y a avant beaucoup de séduction et de chair vibrante dans ce nouveau recueil de Rokia Traoré.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

A son habitude, la musicienne invite ensemble guitare électrique, balafon et batterie… quand elle ne joue pas ici avec le Kronos Quartet puis là aux côtés du trompettiste Erik Truffaz, Rokia Traoré organise une trame de musiciens autour d’elle : ci devant son fidèle joueur de n’goni (Mamah Diabaté), un batteur burkinabé (Moïse Ouatara) un bassiste ivoirien (Matthieu N’guessan), à la guitare et à la production l’anglais John Parish (connu pour son travail avec PJ Harvey) apparaissent aussi John-Paul Jones (le bassiste de Led Zeppelin qui apporte ici sa mandoline) ou même Toni Morrison, l'écrivaine et Prix Nobel de Littérature, qui s’est visiblement penchée sur le dernier texte de l’album, Sé Dan.

Une reprise à noter dans ce disque, celle de Strange Fruit : (chanson marquée par l’interprétation de Billie Holiday évidemment) si Rokia Traoré a toujours dit l’importance de Lady Day, et qu’elle a souvent repris ses chansons (notamment Gloomy Sunday) elle avait toujours refusé de chanter celle-ci seule (jusqu’ici elle l’avait fait en duo avec Dianne Reeves). Signe parmi tant d’autres de la réflexion qui anime les choix de la chanteuse, on se quitte avec ses mots : « Je crois que c’est dans ce mouvement-là, du cas particulier au cas général, que je tiens- et qu’on tient tous- le coup. C’est peut-être ça, la maturité : aimer une vie où l’on n’est pas toujours au centre de sa propre vie. »

Extraits diffusés :

Tu Voles

Obiké

Amour

Ô Niélé

Né So (Nonesuch)

Concerts le 25 février 2016 au 104 à Paris, à Amiens le 5 mars, puis Arles, Toulouse et l'Abbaye de Fontevraud

Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......