LE DIRECT

Sainkho Namtchylak : steppes by steppes

5 min
À retrouver dans l'émission

Des steppes de Sibérie orientale jusqu’au désert du Sahara, d’un nomadisme l’autre, vous passez par la voix de Sainkho Namtchylak, originaire de la République de Touva qui enregistre ici un album ovni avec les touaregs du groupe Tinariwen.

« La musique c’est de l’inattendu qui arrive » comme l’écrit la chanteuse dans une note d’intention. Deux jours d’écriture et d’enregistrement dans le Sud de la France entre Said Ag Ayad, Eyadou Ag Leche (bassistes guitaristes et percussionnistes des Tinariwen) le producteur Iann Brennan et Sainkho Namtchylak, et voici que paraît cet album impossible à classer ou à circonscrire « Like A Bird Or Spirit, Not A Face » (comme un oiseau, un esprit, et non un visage). Le visage de Sainkho Namtchylak ici en photo sur la couverture en dit long : expérience et innocence, enfance et dissonances, un peu comme si Brigitte Fontaine avait une cousine venue des steppes.

« Du souffle divin au cri primal » comme le soulignait Mondomix. Vous entendez ici un peu de chant diphonique (le khöömei chez les chamanes touvains) une technique qui consiste à produire deux sons simultanés : le premier, sorte de bourdons dans le larynx, et le second plutôt harmonique avec les lèvres ou la langue, ce qui produit au final l’impression d'entendre deux voix. Technique qui ne masque jamais la poétique d’une écriture singulière : « de la neige qui tombe sans toi, des mots encore jamais chantés »

Sainkho Namtchylak, figure marginale ne serait-ce que par son parcours : (qu’elle rappelle au travers de ses chansons notamment « The Road back » ou le chemin de retour, à revers) née dans un petit village, elle a grandit à Kyzyl, la capitale de la République de Tuva, elle choisit le chant diphonique habituellement réservé aux hommes. Le comité Philharmonique local lui refuse toute reconnaissance académique, un rejet de plus dans un pays qui déjà subit l’opprobre de ses voisins mongoles, méfiants de leur chamanisme. Une singularité résumée dans la dernière chanson « Nostagia too » : « mon habitude est étrange parce que je suis seule ». Sans doute moins en moins.

Extraits diffusés :

Nomadic Mood

The Road Back

The Snow Fall Without You

Nostalgia Too

« Like A Bird Or Spirit, Not A Face » (Ponderosa / Harmonia Mundi)

Concert le 15 février 2016 à l’Alhambra (Paris) Festival Au Fil Des Voix http://www.aufildesvoix.com/paris2016/

L'équipe
Production
Réalisation
À venir dans ... secondes ...par......