LE DIRECT

Stranded Horse : Connais-tu cette joie de voir des choses neuves ?

6 min
À retrouver dans l'émission

Stranded Horse ou le cheval échoué : le projet voyageur du normand Yann Tambour, transformé par ses voyages à Dakar, trouve, 10 ans après ses débuts, une suite en majesté avec LUXE, album tout en lumière où chaque musicien apporte une nouvelle facette aux textes.

On entend rarement les paroles à la première ou la deuxième écoute : « Oui mais ces jours le monde, Montre tout d’un doigt ferme Et chacun, chaque seconde Trouve aussi son blasphème » Les voix ce sont celle de Yann Tambour et d’Éloïse Decazes (que certains ont peut-être déjà entendu dans ARLT un groupe dont on a déjà parlé ici), des rives du Cotentin à celles de l’Afrique de l’Ouest c’est un peu l’itinéraire de ce projet Stranded Horse qui associe guitare et kora, la harpe mandingue (tenue ici par Boubacar Cissokho). YannTambour, au départ guitariste investi dans un autre projet, très différent et plus électrique (Encre) a tout mis de côté après la découverte de cet instrument pour revenir à sa passion pour la musique folk et le finger picking (la cueillette aux doigts : quand avec la main qui pince les cordes, vous jouez certaines cordes avec l'index, d'autres au majeur, au pouce… vous attribuez le jeu). Technique ici adaptée de la guitare à la kora. Et une Kora que Yann Tambour transforme, fabriquant lui-même ses manches il développe une kora chromatique avec des leviers de harpes qui permettent de changer de gamme, prochain modèle en formica, la formikora.

Côté répertoire rien n’interdit de reprendre Joy Division, les Smiths ou encore ici Jackson C. Frank et l’émouvante « My Name is Carnival ».

On reconnaît ici le balafon (joué par Bakoutoubo Dambakhate) mais aussi le son du Riti – violon peul (tenu par un certain Poulo K.), qui croise dans l’album l’élite des cordes aventurières française (Sarah Murcia à la contrebasse, Gaspar Claus au violoncelle, Carla Pallone et Christelle Lassort aux violons) tous au service d’une versification, d’une langue qui chez Yann Tambour peut passer par l’anglais comme le français au besoin qu’il soit question de langues acérées (Sharp Tongues) ou de répondre au lancinant « A qui dois-tu montrer les dents ? » titre sous l’influence évidente de Mansfield Tya.

« Connais-tu cette joie de voir des choses neuves / Ô voix je parle le langage de la mer » dixit Apollinaire. Retour au Tambour, à son cheval échoué et à la voix d’Eloise Décazes pour ce dessein poétique en écho : Refondre les hémisphères.

Extraits diffusés :

Monde

A Faint Light

My Name Is Carnival (Jackson C. Frank)

Refondre Les Hémispheres

Luxe (Talitres)

en tournée française : PARIS / au 104 le 11 février 2016 puis le 11 mars à Marseille, le 13 mars à Rennes, aux Nouvelles Scène de Niort le 17 mars (puis Roubaix, Caen, Tours, Mayenne…)

Bibliographie

Luxe

Luxele Cherche Midi, 2007

L'équipe
Production
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......