LE DIRECT

Trans Musicales, encore

4 min
À retrouver dans l'émission

Monika
Monika Crédits : Radio France

« Comme une évidence » ce titre d’un duo de Rennes, Ruben, qui à défaut de signer des tableaux de maitre s’impose comme le générique idéal pour les Rencontres Transmusicales de Rennes (37ème édition) qui débutaient hier. La fréquentation des salles de spectacle et de concert est en chute depuis les attentats du 13 novembre dernier, mais certains résistent et la soirée de samedi est déjà complète à Rennes. Réussite imposée avec un budget de sécurité qui a doublé, nécessaire aussi pour ceux qui prennent encore le risque de parier, de programmer de créations ou des artistes encore inconnus comme par exemple l’orchestre Thaïlandais Khun Narin’s Electric Phin Band venu du Nord de la Thaïlande…Ils ont entre 16 et 60 ans, jouent d'habitude à même le sol dans des fêtes de village, avec des batteries bricolées, des pédales d'effets et surtout un phin, instrument traditionnel du Laos et de la Thaïlande, sorte de luth à trois cordes qui à l’évidence a des vertus psychédéliques dès lors qu’on l’électrise…Beaucoup de curiosités au programme des Trans cette année encore : dans l’esprit de la COP 21 on signalera le « Holy Oxygen » chanté par Okmalumkoolkat, un rappeur Sud Africain qui s’associe à des Autrichiens, à voir aussi Het Universumpje les néerlandais d’Utrecht (sans rapport avec Spinoza quoique, après tout il est aussi question d’affect). A ne pas rater un duo de Glasgow nommé Hector Bizerk , sans faute d’accent. Le groupe écossais, fondé par une batteuse (Audrey Tait) et un rappeur (Louie) qui récemment adaptait des poèmes l’écrivaine Liz Lochhead, auteur et fierté nationale (indépendantiste par ailleurs). Autre lecture littéraire possible de cette programmation des Transmusicales 2015, c’est Dostoïevski avec Idiotape, un groupe déjà star en Corée et aux Etats-Unis, destination : Pluton. Après la folie délirante de ce trio de Séoul, un peu de répit peut-être ? Oui – quoique – on se quitte avec Monika Christodoulou, alias Monika tout court, ex-chanteuse folk grecque mue en reine soul depuis un déménagement à New York et sa rencontre avec un musicien des Dap Kings, ou comment chanter sobre sur du disco, disco triste même. On danse sur ses larmes. Extraits diffusés : Ruben « Comme une évidence »Khun Narin’s Electric Phin Band « Lai Sing » Hector Bizerk « The Bigger Picture »Idiotape « Pluto » Monika « Secret in the dark »Site des Rencontres Transmusicales de Rennes : http://lestrans.com/Li ens artistes : Khun Narin’s Electric Phin Band Okmalumkoolkat Het Universumpje Hector Bizerk Monika

L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......