LE DIRECT

Ecoutez le cinéma de Martin Scorsese

5 min
À retrouver dans l'émission

scorcese
scorcese Crédits : Radio France

C’est parait-il sur de petits détails que Bernard Hermann accepta de composer une musique pour un film qui parlait d’un chauffeur de taxi. Martin Scorsese se souvient que, celui qui restera le compositeur d’Hitchcock, a finalement aimé son script « notamment les particularités de Travis, comme son habitude de verser de l’alcool de poire sur ses flocons de céréales. Il n’y avait pas encore de cassettes video (… mais) quand il a vu la scène où De Niro fait de la culture physique dans sa chambre, il a décidé : « Pas de cordes. Seulement des cuivres. Ce gars-là vit dans un monde très dur, il veut se durcir lui-même »

Voilà pour vous donner un avant-goût de l’exposition Martin Scorsese qui commencera dans deux semaines à la Cinémathèque française. Avant-goût par le son puisque paraîtra vendredi un important coffret de 4CD The Cinema of Martin Scorsese, dans l’excellente collection Ecoutez le cinéma ! dirigée par Stéphane Lerouge.

C’est un peu comme les souvenirs d’enfance du réalisateur, il y a des chansons italiennes, de l’opéra, des big band, du doo-wop, des symphonies, du rock et bien sûr, du jazz, comme celui de Jimmy Smith…Walk on the Wild Side, solo sur une note frénétique de Jimmy Smith comme les convulsions de violence de Joe Pesci alias Nicky.

« Pour la direction d’acteur, comme pour la musique, un seul mot d’ordre : à bas le réalisateur! » confiait Stephen Frears* à propos des rapports parfois difficiles entre réalisateurs et compositeurs, quand ils ne font carrément pas appel à des musiques déjà existantes. Martin Scorsese lui, a fait les deux dans sa filmographie, mais ses collaborations sont toujours passionnantes (y compris avec sa monteuse Thelma Schoonmaker, et Robbie

Robertson, guitariste de The Band et conseiller et superviseur musical sur plusieurs films).

Howard Shore raconte comment, pour un film dont le sujet central était le temps ou la gestion du temps, il a eu l'idée de composer une base rythmique à base de tic-tac électronique, une musique 100% électronique, sans instrument acoustique ni micro : After Hours : 9 PM

Un court apercu ici (et forcément c’est frustrant) de toutes les musiques qui font ressurgir le cinéma de Martin Scorsese…vous verrez en fermant les yeux comment le tango du film Les Infiltrés devient une danse de mort, pourquoi la Passacaille de la symphonie n°3 de Penderecki fait passer Di Caprio et le spectateur dans un autre monde quand ils pénètrent dans Shutter Island… Et puis plusieurs pépites : cette partition inédite d’Elmer Bernstein, non utilisée pour Gangs of New York ou encore The Marty suite spécialement enregistrée par le compositeur Jean-Michel Bernard, miscellanées de quelques-unes des grandes partitions originales composées pour Scorsese, c’est un peu l'art du montage porté au piano. Bref, Start spreading the news…

Extraits diffusés :

Taxi Driver – Bernard Hermann : Diary of a taxi driver (avec la voix de Robert de Niro)

Casino – Jimmy Smith : Walk on the Wild Side

After Hours – Howard Shore : 9 PM

New York New York – Liza Minnelli Liza Minelli : Theme from New York , New York

The Cinema of Martin Scorsese (DECCA) collection Ecoutez le cinema!

L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......