LE DIRECT
Gregory Porter - Take Me To The Alley ( Blue Note)

Gregory Porter, colosse souple en cagoule

5 min
À retrouver dans l'émission

Avec « Take Me To The Alley » le baryton formé au gospel signe un disque de jazz aussi sage qu’élégant, dans la veine de « Liquid Spirit » qui lui valu une renommée mondiale.

Gregory Porter - Take Me To The Alley ( Blue Note)
Gregory Porter - Take Me To The Alley ( Blue Note)
Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

To lie next to you : s'allonger à tes côtés (ou bien) te mentir à tes côtés. Gregory Porter joue aussi bien des mots que de sa voix singulière : l’homme à la cagoule ancien joueur de Football américain et admirateur de Nat King Cole publie aujourd’hui « Take Me To The Alley » nouvel enregistrement chez Blue Note.

Après le beau succès de Liquid Spirit (il est assez rare qu’un disque de jazz se vende à plus d’un million d’exemplaire de nos jours) Gregory Porter rassure ceux qui s’inquiétaient de le voir sortir des répertoires jazz et soul, lui qui dernièrement a collaboré avec les anglais de Disclosure (pour une version de ce même titre Holding On beaucoup plus électronique) mais aussi chanté avec la soprane Renée Fleming.

Gregory Porter « en PF » comme dirait VALD (en Pleine Forme) dans « Don’t Loose Your Steam » Ne perds pas ta vapeur

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Don’t Loose Your Steam recommande Gregory Porter à son fils. Le chanteur californien fidèle à son style d’écriture signe toujours des chansons d'amour et des protest songs, à l'image de « 1960 What? » dans son premier album (Water paru en 2010) qui évoquait à la fois la génération de sa mère et l'enseignement de Martin Luther King pour la sienne. Le baryton se fait lui aussi volontiers apôtre de la non-violence, « c'est dans les bureaux qu'il faut se battre, et pas dans la rue » confie-t-il au magazine Jazz News, médite sur le sort de ceux qui périssent en mer après avoir tout quitté, évoque l’importance de l’éducation et la foi, lui le septième enfant d'une fratrie de huit, élevé par sa mère pasteur pentecôtiste.

La voix puissante et douce de Gregory Porter qui confie avoir compris d’où venait le don de sa voix le jour où un journaliste lui a posé la question. « J’ai réfléchi et réalisé que cette voix, qui aujourd’hui représente toute ma vie, me vient de la personne qui ne m’a jamais rien donné : mon père, qui nous a abandonné ma mère et moi ».

C’est peut-être ca, et le fait d’avoir commencer à chanter à l’Eglise, qui place d’emblée le chant de Gregory Porter du côté de la célébration… (il nous en dira plus tout à l’heure dans Continent Musiques à 15h) en attendant Fan The Flames (attise le feu) : « Monte debout sur la chaise avec tes pieds sales, sois gentil, lève ton point en l'air ».

Extraits diffusés :

  • Holding On
  • Don’t Loose Your Steam
  • Take Me To The Alley
  • Fan The Flames
  • Disque : Take Me To The Alley ( Blue Note)

Concerts : le 25 juin 2016 au Festival Django Reinhardt, le 11 juillet à Jazz à Vienne, le 18 à Jazz à Juan, 28 août 2016 à Rock en Seine

L'équipe
Production
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......