LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
(PIAS)

Hip-hop pour la Syrie et nuit folles à Gand : AMAL et Belgica

6 min
À retrouver dans l'émission

Entre le projet AMAL (hip-hop instrumental) destiné à venir en aide aux plus jeunes des réfugiés syriens et le bande-son du film Belgica, une certaine idée des fratries, de fraternité aussi. Ou comment penser la question de l'accueil des autres, sous des angles certes très, très différents.

(PIAS)
(PIAS)

AMAL ou « l’espoir » c’est le projet d’un rappeur français d’origine syrienne décidé à faire quelque chose pour les habitants du pays de sa famille. Tarafa Jacques Sahloul alias Liqid a demandé à 21 producteurs de hip-hop qu’il connaissait de travailler à un titre pour AMAL, seule contrainte : mettre en musique des voix et des ambiances qu’il avait enregistrées au cours d’un voyage à Damas en 2005.

Résultat un disque de hip-hop (pas forcément oriental) où vous n’entendrez aucun rappeur, ce sont des instrumentaux dont chacun sera libre d’y mettre les mots qu’il souhaite. Les bénéfices des ventes de la compilation vont tous au profit de l'association A Syrian Dream qui forme des enseignants et donne des cours aux enfants syriens qui habitent dans les camps de réfugiés situés à la frontière Turque (à Antioche dans la Province du Hatay).

Pour afficher ce contenu SoundCloud, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

On aura l’occasion de parler de AMAL avec Tarafa alias Liqid qui est à l’origine du projet, tout à l’heure dans CONTINENT MUSIQUES à 15h, vous entendrez aussi la joueuse de Oud et chanteuse Waed Bouhassoun qui chante les poètes mystiques du XIIème et XIIIème siècle (elle chante aussi Adonis, le grand poète et critique littéraire syrien) et de beaux vinyles de musique syrienne trouvés avec Victor Kiswell dans les archives de Radio France.

Il faut aussi parler d’un film sorti en salles la semaine dernière, qui met en scène la musique et une certaine idée de la fraternité comme rarement on l’a vu, changement de pays et de situation, on va du côté de la Belgique et de la ville Gand avec BELGICA de Felix van Groeningen. L’auteur d’Alabama Monroe et de La merditude des choses filme ici l’histoire de deux frères, qui reprennent un petit bar et vont ouvrir dans l’entrepôt d’à côté une salle de concert et boite de nuit qui va devenir le centre la vie nocturne à Gand.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Un club à l’esprit flamand et international (ils conçoivent l’endroit comme une arche de Noé) : on y accueille tout le monde (en tout cas au début) noirs, blancs, arabes, vieux et jeunes. Belgica montre la fragilité d'une utopie, et ce qui fait l'esprit d'un lieu, du prix des boissons à la programmation musicale en commençant par la sélection (effective ou non) à l'entrée, et les problématiques de service d'ordre dans les limites d'un chaos recherché. Vont défiler toutes sortes de groupes au Belgica : on y entend du rock, une fanfare fabuleuse et même ce groupe turque : Kursat 9000 « Çölde Kutup Ayisi ».

Que ce soit de la musique turque, du reggae ralenti (et sexy), du psychobilly, de la musique électronique avec des voix italiennes… tout est composé par le duo Soulwax, Stephen et David Dewaele (aussi connus sous le noms 2ManyDJs) qui ont inventé ici 15 groupes différents, pour raconter l'ascension et la chute inévitable du club Belgica. Et Felix van Groeningen de signer l’exact contraire de VINYL (la série HBO dont Martin Scorsese a signé le premier épisode) : la musique est ici au centre du film, sans cynisme sur ses moyens ou raisons d’être, elle sert la réalisation et non l’inverse, et c’est paradoxalement avec une fiction assumée que Belgica raconte l’histoire d’un vrai club qui existe à Gand, le Charlatan, tenu un temps par deux frères qui ont du se séparer. Oubliez les critiques qui reprochent « trop de psychologie » quand ce n’est pas un excès de machisme (franchement ?). On éteint la lumière, et on se plonge dans Belgica.

Extraits diffusés :

Bonetrips « Darayya »

Album : AMAL (Mutant Ninja) https://soundcloud.com/liqid/sets/amal-full-album

The Shitz « How Long »

Kursat 9000 « Çölde Kutup Ayisi »

White Virgins « Turn Off The Lights »

Album : Belgica – original soundtrax by Soulwax (PIAS)

L'équipe
Production
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......