LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Maurice Ravel intégrale de l'oeuvre pour piano par B.Chamayou (Erato)

Intégrale Ravel par Bertrand Chamayou

5 min
À retrouver dans l'émission

Le pianiste toulousain jusqu’ici romantique dans ses choix de disques enregistre (presque) tout l’œuvre pour piano de Maurice Ravel. Une lecture qui s’impose, à la fois par sa sonorité et sa réflexion personnelle.

Maurice Ravel intégrale de l'oeuvre pour piano par B.Chamayou (Erato)
Maurice Ravel intégrale de l'oeuvre pour piano par B.Chamayou (Erato)

Jeux d’eau de Maurice Ravel ici sous les doigts de Bertrand Chamayou. Né en 1981, un temps présenté comme le jeune surdoué de sa génération, le petit prince du piano est devenu roi comme l’écrivait récemment Bertrand Dermoncourt. Après Liszt et ses Années de pèlerinages, Bertrand Chamayou aborde Ravel par une intégrale de l’œuvre pour piano. Ravel source originelle d’après Chamayou, alors qu’on l’avait vu enregistrer jusqu’ici surtout de la musique romantique, celle de Chopin, César Franck et Schubert.

Ces Jeux d’eau sont à la fois le point de départ de cette intégrale et celui de la relation du pianiste à Ravel : un morceau qu’il essayait déjà de jouer à 9 ans, « c’est la première fois que je faisais cette expérience d’une musique qui essaie de ressembler à une matière. La partition même ressemble à de l’eau » (confiait-il à Albina Belabiod pour Cadences). Et puisqu’il s’agit d’une intégrale* on y trouve les pièces majeures (Gaspard de la nuit, Valses nobles et sentimentales) mais aussi des pièces de jeunesse comme cette Sérénade grotesque de 1893, Ravel avait 17-18 ans.

* : Intégrale ou presque : manquent La Parade, la transcription de Daphnis et Chloé ou encore les Sites auriculaires pour deux pianos. Mais Chamayou ajoute aussi : deux exercices « à la manière de… » Ravel, et un Kaddisch final, transcrit Alexandre Ziloti.

Bertrand Chamayou qui a voulu dit-il « une intégrale raisonnée », qui exige selon ses mots de ne rien surligner dans le jeu : « tout se joue entre les lignes » (au contraire du législateur a priori). Nuance de taille apportée à ce mot souvent attribué à Ravel « Ma musique ne s’interprète pas, elle se joue ». Le pianiste serait-il l’avocat du compositeur qu’il « défend » ?

Extraits diffusés : Maurice Ravel (1875-1937)

Jeux d’eau

Sérénade grotesque

Le Tombeau de Couperin – Prélude

Ravel : Intégrale des œuvres pour piano par Bertrand Chamayou (Erato)

Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......